Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Arnaldo Marcone, Sul mondo antico. Scritti vari di storia della storiografia moderna

Corinne Bonnet
p. 268-269
Référence(s) :

Arnaldo Marcone, Sul mondo antico. Scritti vari di storia della storiografia moderna, Studi Udinesi sul Mondo Antico 7, Milan, Le Monnier – Mondadori, 2009, 208 p.
22,40 euros / isbn 978-88-00-20860-4.

Texte intégral

1Trente textes d’Arnaldo Marcone sont réunis dans ce volume, en deux sections ; il s’agit de textes déjà publiés dans des revues internationales entre 1989 et 2009. Ils illustrent donc vingt ans de recherche assidue et féconde, dont l’homogénéité autant que la richesse sauteront aux yeux de tout lecteur. La première section porte le titre de Saggi (Essais) et comprend dix-sept textes ; la seconde s’intitule Discussioni li libri (Discussions de livres) et regroupe treize comptes rendus de longueur variable. L’unité de ce recueil tient au champ traité : celui de l’historiographie moderne sur le monde antique dont Arnaldo Marcone est un éminent spécialiste. Il souligne du reste, à bon escient, dans sa préface, sa filiation intellectuelle avec le grand Arnaldo Momigliano, qui fut son maître à Pise, et avec le non moins remarquable Emilio Gabba. La dédicace de l’ouvrage à Leandro Polverini, auquel Arnaldo Marcone a succédé à la chaire d’histoire romaine de l’université de Rome 3, trace une autre ligne de continuité scientifique, à laquelle Anabases est sensible puisque la revue propose précisément un hommage à Leandro Polverini, lui aussi élève de Momigliano et excellent connaisseur des choses historiographiques.

2Les figures majeures de l’historiographie moderne sur l’Antiquité sont traitées dans ce volume : Nieburh, Heeren, Fontenelle, Guizot, Gibbon, Mably, Mommsen, Pais, Ortega y Gasset (article initialement paru dans Anabases 5), Droysen, Harnack et même Pirenne ou le très contemporain Bowersock. Y apparaissent aussi les événements majeurs de l’ère moderne, qui furent l’occasion de solliciter la référence à l’Antiquité comme clé de lecture : la Révolution française, le national-socialisme et le fascisme, la formation et la crise de l’Europe, les débats sur la démocratie, les débats sur la propriété, etc. La lecture de ces textes, nourris d’une érudition fine et profonde à la fois, si élégamment écrits, montre à quel point le rapport à l’Antiquité – prise comme modèle ou rejetée, débattue ou imitée, construite ou démantelée – est constitutif de la pensée moderne. Les innombrables chemins empruntés par le va-et-vient entre passé et présent qui constituent les itinéraires de réception de l’Antiquité sont parcourus avec aisance et précision par Arnaldo Marcone, excellent connaisseur de la culture antique, grecque et romaine, et de la culture moderne, française (ou plus exactement francophone), allemande, anglaise et italienne. Tous les lecteurs apprécieront au plus haut point de disposer de cet élégant recueil de travaux, d’une lecture passionnante, touchant au cœur des sujets chers à Anabases. Un index en rend en outre la consultation plus aisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Arnaldo Marcone, Sul mondo antico. Scritti vari di storia della storiografia moderna », Anabases, 12 | 2010, 268-269.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Arnaldo Marcone, Sul mondo antico. Scritti vari di storia della storiografia moderna », Anabases [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/949

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page