Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Richard J. A. Talbert and Richard W. Unger (éd.), Cartography in Antiquity and the Middle Ages. Fresh Perspectives, New Methods

Germaine Aujac
p. 263-265
Référence(s) :

Richard J. A. Talbert and Richard W. Unger (éd.), Cartography in Antiquity and the Middle Ages. Fresh Perspectives, New Methods, Leyde-Boston, Brill, 2008, Technology and Change in History, vol. 10, 299 p. +14 planches en couleur
103 euros / isbn 978 90 04 16663 9.

Texte intégral

1Ce très intéressant volume, écho du 35e Atelier médiéval qui réunit à Vancouver, en octobre 2005, une quinzaine de spécialistes, est dédié à la mémoire des pionniers que furent, pour l’histoire de la cartographie, John Brian Harley et David Woodward, disparus respectivement en 1991 et en 2004. Ces deux infatigables savants avaient lancé et mis partiellement à exécution l’History of Cartography Project, dont le premier volume, Cartography in Prehistoric, Ancient and Medieval Europe and the Mediterranean (Chicago, University of Chicago Press), parut en 1987. Depuis lors, bien des progrès ont été faits dans la recherche et la mise en œuvre des documents connus, ou nouvellement découverts, ce qui justifie une révision et la modernisation de cette première publication.

2Les quinze spécialistes réunis pour l’occasion (huit femmes et sept hommes) venaient de divers horizons (huit des USA, un du Canada, trois d’Oxford, un de Paris, un de Jérusalem, un d’Istamboul). Ils étaient tous de distingués médiévistes, d’où la légère inexactitude du titre : l’Antiquité y est très peu représentée. En revanche, l’accent est mis sur les nouvelles méthodes, issues de la numérisation, qui se révèlent si utiles pour une étude approfondie du matériel cartographique.

3Les deux éditeurs, dans une brève introduction (p. 1-7), évoquent l’heureux changement de perspective opéré par B. Harley et D. Woodward : à leur avis, les cartes ­devaient servir à mieux comprendre les sociétés passées et leur culture. Les treize contributions illustrent, chacune dans son domaine, les progrès réalisés, ou encore à venir, après cette première prise de conscience des intérêts multiples attachés à l’étude des cartes.

4R. Talbert (p. 9-27) souligne les bienfaits de la numérisation, qui lui a permis de produire le Barrington Atlas of the Greek and Roman World (Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2000). La mise en image digitale de la carte de Peutinger, le Stanford Forma Urbis Project qui réunira les quelque mille fragments de marbre du plan de Rome, la découverte du monument érigé à Patara en l’honneur de l’empereur Claude, l’édition de la Géographie de Ptolémée par A. Stückelberger et G. Grasshoff (Bâle, Schwabe Verlag, 2006), sont la manifestation concrète du grand élan insufflé à l’histoire de la cartographie par Harley et Woodward.

5P. Gautier Dalché (p. 29-66) se propose pour sa part de montrer que « les mappae mundi, qu’elles soient schématiques ou détaillées, ont pour prototypes des cartes de l’Antiquité tardive, c’est-à-dire élaborées, en gros, entre le iiie et le viie siècle » (p. 31). Elles peuvent d’ailleurs avoir un rôle politique non négligeable.

6J. Trimble (p. 67-97) s’intéresse à la carte extraordinaire, gravée entre 203 et 211 sous le règne de Septime Sévère, représentant un plan détaillé de la ville de Rome ; il en reste un millier de fragments, que le Stanford Project se donne pour mission de photographier pour les intégrer dans un ensemble cohérent.

7Les deux contributions suivantes, de T. Elliott et de E. Albu, portent sur la carte de Peutinger. La première (p. 99-110) montre l’intérêt que représente la digitalisation des fragments de cette carte, exécutée à Chapell Hill. La seconde (p. 111-119) suggère que cette carte fameuse, loin d’être la copie d’une carte romaine, serait plutôt celle d’un prototype carolingien, à but essentiellement politique.

8Y. Rapoport et E. Savage-Smith (p. 121-138) décrivent de conserve une carte du monde rectangulaire découverte dans un traité arabe de cosmographie, datant des environs de 1200. Cette carte, à l’échelle, et les dix-sept autres cartes du traité suggèrent l’influence non seulement de Ptolémée, mais aussi d’Al-Khwarazmi, actif à Bagdad du temps d’Al-Mamoun.

9M. Kominko (p. 139-153) compare les images du paradis illustrant et la Topographie chrétienne, attribuée à Cosmas Indicopleustes, et le Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liebana. Dans les deux cas, les cartes combineraient d’anciennes traditions géographiques avec des interprétations bibliques.

10B. Z. Kedar (p. 155-168) regrette l’absence de toute référence à des cartes hébraïques dans l’History of Cartography. Or Rashi, qui vécut surtout à Troyes entre 1040 et 1105, est l’auteur d’un important commentaire juif sur le Pentateuque, dont trois manuscrits contiennent des schémas de la terre d’Israël. Kedar, les comparant à d’autres cartes contemporaines, suggère une certaine familiarité de Rashi avec la cartographie alors en usage, dans l’Europe catholique.

11N. Lazowsky (p. 169-188) souligne le rôle de propagande joué parfois par les cartes, quand elles montrent les pays conquis par les souverains ou encore des lieux historiquement importants. Charlemagne, par exemple, s’intéressait surtout aux cartes qui montraient l’étendue rêvée de son pouvoir impérial.

12L. E. G. Donkin (p. 189-217) étudie deux mosaïques médiévales, de la fin du xiie s., l’une à Turin, l’autre à Asti, dans lesquelles elle décèle le désir de cartographier, fût-ce très sommairement, les extrémités du monde dans un cas, les fleuves du Paradis dans l’autre. Son analyse ne manque pas d’intérêt.

13E. Edson (p. 219-276) montre, en s’appuyant sur les textes (et leurs illustrations) d’Isidore de Séville et d’Orose, comment les idées de l’Antiquité tardive ont pu influencer les cartes du haut Moyen Âge.

14R. Clemens (p. 237-256) présente les schémas illustrant la Sphera en vers, inspirée de la Sphère de Sacrobosco, que son auteur, Gregorio Dati, marchand de soie à Florence, destinait à l’instruction des enfants des riches marchands florentins.

15C. Serchuk (p. 257-276) attribue l’introduction de cartes dans les manuscrits historiques français à l’intervention des « remanieurs ». La mappa mundi qui se trouve à la fin des Grandes Chroniques de France, rédigées vers 1374 pour Philippe le Hardi, serait peut-être une illustration de quelque revendication territoriale en cette période troublée de la guerre de Cent Ans.

16Une abondante bibliographie, un index, quatorze planches en couleurs (sans compter les nombreuses illustrations à l’intérieur de l’ouvrage) font de ce recueil d’articles un instrument de travail indispensable pour les médiévistes intéressés par l’histoire des mentalités et un excellent complément au volume I de l’History of Cartography qui date de 1987, une époque où la numérisation n’avait pas encore révélé toutes ses possibilités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germaine Aujac, « Richard J. A. Talbert and Richard W. Unger (éd.), Cartography in Antiquity and the Middle Ages. Fresh Perspectives, New Methods », Anabases, 12 | 2010, 263-265.

Référence électronique

Germaine Aujac, « Richard J. A. Talbert and Richard W. Unger (éd.), Cartography in Antiquity and the Middle Ages. Fresh Perspectives, New Methods », Anabases [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/944

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page