Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Luciano Canfora, Il Viaggio di Artemidoro. Vita e aventure di un grande esploratore dell’Antichità

Germaine Aujac
p. 248-249
Référence(s) :

Luciano Canfora, Il Viaggio di Artemidoro. Vita e aventure di un grande esploratore dell’Antichità, Milan, Rizzoli, 2010, 350 p.
18, 50 euros / isbn 978-88-17-03833-1.

Texte intégral

1C’est à de fort intéressants voyages dans le temps et dans l’espace que nous convie Luciano Canfora. Tout d’abord celui d’Artémidore d’Éphèse, qui vivait vers la fin du iie siècle avant notre ère, puis celui d’un pâle imitateur (et faussaire) de ce grand Ancien, Simonidis, qui vécut pour sa part au xixe siècle.

2Qui était Artémidore ? C’est à cette question que Luciano Canfora (L. C.). répond dans la préface. Très certainement lié au culte si célèbre de l’Artémis d’Éphèse, Artémidore était suffisamment estimé par ses concitoyens pour avoir été envoyé en ambassade à Rome afin de défendre les intérêts de la déesse dans une contestation portant sur la propriété des lacs voisins de l’embouchure du Caystre. On sait qu’il fit également de longs voyages d’un bord à l’autre de la Méditerranée et qu’il est l’auteur d’une Géographie en onze livres, malheureusement perdue, mais dont se sont beaucoup servi ses successeurs, au premier rang desquels figure Strabon. Wilamowitz allait même jusqu’à dire que, si l’on pouvait lire Artémidore d’Éphèse, on ne tiendrait plus aucun compte de Strabon. N’est-il pas troublant, d’ailleurs, que Pline l’Ancien, citant ses sources, rende très souvent hommage à Artémidore, notamment dans sa description de l’Espagne, alors qu’il ne cite jamais Strabon ?

3Dans une copieuse première partie, L. C. présente Artémidore le géographe et ses voyages. L’ambassade à Rome, dont le succès valut à Artémidore d’être honoré par une statue d’or dans sa ville (Strabon, xiv, 1, 26), peut être placée vers 104-101. Quant aux informations que, suite à ses voyages, il avait consignées dans ses traités géographiques, elles étaient probablement destinées à éclairer les Romains sur l’étendue de leur empire (les distances sont toujours fixées, avec plus ou moins de précision) et aussi sur l’importante diffusion, dans le bassin Méditerranéen, du culte d’Artémis. Si la Géographie d’Artémidore est assez bien connue, c’est non seulement par les citations de cette œuvre que l’on trouve chez Strabon et chez Pline l’Ancien, mais aussi par un Épitomé qu’en fit, vers le ive siècle, Marcianus d’Héraclée ; cet épitomé, aujourd’hui perdu, fut l’objet, vers le xe siècle, d’une version abrégée qui figure dans un manuscrit du xiiie siècle, le Parisinus Supplément Grec 443. L. C. analyse en détail le contenu de ce manuscrit et en montre l’extrême complexité. Artémidore a beaucoup voyagé en Occident, franchissant les colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar), visitant le Promontoire sacré (cap Saint-Vincent), la Lusitanie. Mais il s’est aussi aventuré en Orient, évoquant notamment les énormes serpents de l’Inde (Strabon, xvi, 4,16) et bien d’autres animaux fantastiques. Les observations faites durant ces voyages alimentaient les onze livres de sa Géographie.

4L. C. évoque ensuite les voyages de Simonidis, d’après l’enquête à laquelle il s’est livré (deuxième partie), et il en apporte des preuves (troisième partie). La rencontre avec Artémidore remonte pour Simonidis à son troisième séjour au mont Athos (1851), au cours duquel il soustrait plusieurs folios au précieux Vatopedi 655, qu’il revend ensuite au British Museum ; dans son butin figurait aussi l’épitomé d’Agathémère, fondé sur Artémidore. Quand, donc, Constantinos Simonidis publie, d’après un faux papyrus, Le Périple d’Hannon (Londres, 1864), il mentionne l’épitomé d’Artémidore et Ménippe. Les supercheries de ce faussaire lui valent une grande renommée à Londres ou à Paris (où il jouit notamment de l’appui de Sainte-Beuve).

5À Berlin, on est moins crédule. Jacob Burckhardt, dans une conférence prononcée en 1882, évoquait « un Grec, Simonidis, qui, il y a une vingtaine d’années, a réussi à fabriquer rien de moins que l’œuvre complète d’un écrivain grec ancien et à la publier comme authentique » (p. 201). Les falsifications semblent avoir été monnaie courante au xixe siècle. Simonidis n’hésita pas à publier en 1861 des fac-similés de quelques passages de l’Évangile de saint Matthieu, soi-disant écrits sur papyrus au ier siècle de notre ère (mais fabriqués par lui-même) : d’où un immense succès, mais aussi d’âpres protestations. Il serait trop long de décrire en détail le parcours complet de ce faussaire, si bien reconstitué par L. C., qui montre notamment que les voyages de Simonidis sont les correspondants presque exacts de ceux effectués, bien des siècles auparavant, par Artémidore.

6La troisième partie, qui en apporte la preuve, est très éclairante. L. C. met en parallèle le Voyage d’étude archéologique de Simonidis et le texte de Strabon (xvi, 4, 5 et 24) relatant l’expérience d’Artémidore. Simonidis s’y attribue les mêmes trajets, énumère les mêmes toponymes. Ces indices, et bien d’autres dont L. C. dresse l’inventaire, militent en faveur de l’attribution à Simonidis du soi-disant « papyrus d’Artémidore » récemment publié.

7De plus, L. C. souligne l’intrusion, dans ce texte attribué (faussement selon lui) à Artémidore, d’expressions qui trahissent l’appartenance au xixe siècle. Les relations amicales qu’entretenait Simonidis avec les frères Zosimadai, qui éditèrent tant de livres grecs, à Vienne ou à Moscou, lui permirent d’acquérir de solides connaissances géographiques qu’il compléta par son expérience personnelle.

8La mort de ce personnage fut aussi déroutante que sa vie. La Revue des études grecques le fait disparaître en 1890, la même année qu’Heinrich Schliemann, décédé à Naples le 26 décembre 1890 ; tous les deux avaient eu maille à partir avec la science allemande. Mais tandis que Schliemann, triomphant d’elle après sa mort, garde une célébrité justifiée, Simonidis est très vite tombé dans l’oubli.

9La lecture de cet ouvrage très stimulant est aussi plaisante qu’utile, nous invitant à la prudence devant certaines découvertes qui risquent fort de n’être que des leurres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germaine Aujac, « Luciano Canfora, Il Viaggio di Artemidoro. Vita e aventure di un grande esploratore dell’Antichità », Anabases, 12 | 2010, 248-249.

Référence électronique

Germaine Aujac, « Luciano Canfora, Il Viaggio di Artemidoro. Vita e aventure di un grande esploratore dell’Antichità », Anabases [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/936

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page