Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Monika Bernett – Wilfried Nippel – Aloys Winterling (éd.), Christian Meier zur Diskussion. Autorenkolloquium am Zentrum für Interdisziplinäre Forschung der Universität Bielefeld

Corinne Bonnet
p. 242-244
Référence(s) :

Monika Bernett – Wilfried Nippel – Aloys Winterling (éd.), Christian Meier zur Diskussion. Autorenkolloquium am Zentrum für Interdisziplinäre Forschung der Universität Bielefeld, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2008, 331 p.
44 euros /
isbn 978-3-515-09148-0.

Texte intégral

1Il est rare qu’un historien soit, de son vivant, l’objet d’une « discussion ». C’est néanmoins le cas pour Christian Meier, qui a été fêté à Bielefeld en 2004, à l’occasion de son 75e anniversaire, par treize collègues qui ont sélectionné un aspect de son œuvre d’historien de l’Antiquité et l’ont soumis à la discussion. Né en 1929, professeur émérite de l’université de Munich depuis 1997, Christian Meier est assurément un des antiquisants les plus originaux et féconds de sa génération. Non seulement il couvre à la fois le monde grec, athénien en particulier, et le monde romain, spécialement de la fin de la République, comme c’est habituel en Allemagne, mais il a fait des incursions remarquables dans des domaines extérieurs aux sciences de l’Antiquité. Son apport à la question de la Geschichtschreibung est également très original, de même que ses analyses sur les concepts de démocratie et de nation (en rapport avec la réunification), sur les structures juridiques et institutionnelles antiques, sur le théâtre, etc. L’éventail remarquablement riche de ses intérêts et compétences trouve naturellement un écho dans les diverses contributions du volume.

2Johannes Renger s’interroge sur le rapport entre l’Orient et la Grèce et sur la pertinence actuelle du modèle ex oriente lux. Sa contribution réexamine des sujets bien connus : alphabet, échanges, art orientalisant, mythologie, astronomie, mathématiques, puis tente de définir les contours des concepts de science et de rationalité en Mésopotamie, qui s’incarnent dans des domaines qui, à nos yeux de modernes, ne relèveraient ni de l’un ni de l’autre, comme la divination. L’auteur conclut sur les apports grecs et orientaux à la culture de l’Europe.

3En matière de mythologie comparée, l’essai de Kurt Raaflaub envisage en parallèle Zeus et Prométhée et leurs modèles proche-orientaux, après avoir réfléchi aux questions de lieux, dates et modalités de leur transmission. Au cœur de l’analyse, le concept d’eunomia, l’ordre juridique, voire cosmique (la Maât des Égyptiens) qui organise l’ensemble des rapports sociaux. Une attention particulière est prêtée à la figure du roi, clé de voûte de la société humaine et divine. Par-delà les analogies, l’auteur souligne bien la diversité des discours mythologiques et des univers de référence des Grecs et des Orientaux.

4L’anthropologie de la pensée politique est ensuite abordée par Jochen Martin qui s’intéresse notamment à l’idée, chère à Christian Meier, d’une Streitkultur (le concept grec de stasis), tandis que Bernd Seidensticker affronte la question du rapport entre tragédie et polis, entre paideia et paidia. Comment évaluer aujourd’hui le rôle de politische Kunst attribué par C. Meier à la tragédie ? Et comment rendre compte de la dissolution de ce lien au ive siècle ? La polis, en l’occurrence Athènes, sa démocratie et sa structure sociale, sont aussi au cœur de la contribution de Peter Spahn. Il s’interroge sur la place des artisans dans la société et dans l’économie, sur leur rapport aux autres composantes de la polis et sur leur appréhension idéologique. Loin de s’en tenir à une seule cause, l’auteur montre que le monde de l’artisanat est plus complexe et moins marginalisé qu’on ne l’affirme souvent. La contribution se termine par une ouverture en direction des mondes romain et américain moderne. On doit ensuite à Hans-Joachim Gerhke une belle synthèse sur le ive siècle tel qu’il est vu, ou ignoré, par Christian Meier. Car, comme le dit l’auteur d’entrée de jeu, l’histoire grecque pour C. Meier s’arrête pratiquement en 404.

5Avec l’essai de W. Nippel, nous passons dans le monde romain : « règle et exception » dont la constitution romaine est le sujet envisagé. Il rend hommage à la première monographie de C. Meier, Res publica amissa, parue en 1966. Du mos maiorum comme source de droit aux imagines maiorum, traitées par Luca Giuliani, il n’y a qu’un pas. Les statues, particulièrement dans le cadre de la pompa funebris, sont envisagées ici comme traces d’une Extensivierung de la res publica. M. Bernett traite ensuite le thème de la « crise » de la République romaine et de son caractère plus ou moins conscient parmi la population (Bewusstsein), par référence à une typologie de ce phénomène proposée par C. Meier et aux questions importantes dans son œuvre de la Macht et de l’Erkenntnis. L’auteur appelle de ses vœux une « anthropologie de la crise » que l’on verrait bien comparatiste.

6Cicéron, et son éthique politique, sont passés au crible par Siegbert Peetz. La philosophie serait-elle une alternative à la politique ? Et si oui, quelle philosophie ? Cicéron se montre critique tant envers les épicuriens qu’envers les stoïciens et les péripatéticiens, et propose ses propres standards éthiques. Face à Cicéron, Jules César ne pouvait manquer, lui que C. Meier a étudié avec tant de sagacité. Martin Jehne l’aborde sous l’angle de la fascination exercée par l’Aussenseiter, l’outsider, anticonformiste et anti-establishment. La fin de la République est encore au cœur de l’analyse proposée par A. Winterling qui s’inspire de la thèse centrale de C. Meier dans Res publica amissa, à savoir qu’il se serait agi d’une « crise sans alternative ». La contribution évolue élégamment entre le plan historiographique – analyse des ressorts de l’argumentation de C. Meier – et historique – étude de la crise en question, comparée avec d’autres –, le tout débouchant sur une reformulation nuancée de la proposition initiale de C. Meier.

7Le volume se termine par une substantielle étude d’Hinnerk Bruhns sur la signification de Max Weber pour l’œuvre de C. Meier. On signalera que cette magnifique analyse a paru en français dans Anabases 10.

8Les pages 259-310 contiennent les réponses de C. Meier, qui constituent une des parties les plus passionnantes du livre. Il répond à chaque intervenant, argumente au départ de ses positions d’hier et d’aujourd’hui, nuance certaines analyses et éclaire grandement les lecteurs sur l’évolution de sa pensée, de ses outils d’analyse, de ses références théoriques.

9Un index clôt le volume. Une bibliographie de C. Meier aurait sans doute rendu des services. Au final, le livre est très dense ; il illustre merveilleusement la grande fécondité de la pensée de C. Meier et la vivacité des sciences de l’Antiquité en Allemagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Monika Bernett – Wilfried Nippel – Aloys Winterling (éd.), Christian Meier zur Diskussion. Autorenkolloquium am Zentrum für Interdisziplinäre Forschung der Universität Bielefeld », Anabases, 12 | 2010, 242-244.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Monika Bernett – Wilfried Nippel – Aloys Winterling (éd.), Christian Meier zur Diskussion. Autorenkolloquium am Zentrum für Interdisziplinäre Forschung der Universität Bielefeld », Anabases [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/932

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page