Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

M’Hamed Hassine Fantar (texte), Bruno Fourure (illustrations), Carthage. La cité d’Hannibal
Karine Safa (texte), Aurélie Blanz (illustrations), La mythologie phénicienne
Karine Safa (texte), Maud Riemann (illustrations), La mythologie babylonienne

Véronique Krings
p. 260-261
Référence(s) :

M’Hamed Hassine Fantar (texte), Bruno Fourure (illustrations), Carthage. La cité d’Hannibal Paris, Gallimard Jeunesse, 2007
18 euros / isbn 978-2-07-057362-2 ;

Karine Safa (texte), Aurélie Blanz (illustrations), La mythologie phénicienne Arles, Actes Sud Junior, 2004, 94 p.
11 euros / isbn 2-7427-5112-2 ;

Karine Safa (texte), Maud Riemann (illustrations), La mythologie babylonienne Arles, Actes Sud Junior, 2007, 96 p.
11,50 euros / isbn 978-2-7427-6473-0.

Texte intégral

1Les livres présentés ici visent à faire découvrir des civilisations anciennes à un jeune public, à partir de 7 ans pour le premier, de 9 ans pour les deux autres, selon les indications des éditeurs. M’Hamed Hassine Fantar est un archéologue-historien reconnu de la Carthage punique, Karine Safa, est docteur en philosophie, spécialiste de l’humanisme de la Renaissance. L’histoire de Carthage et la vie quotidienne dans la grande cité d’Afrique du Nord sont au cœur du premier livre, les Phéniciens et Babylone à travers leurs légendes et leurs mythes au cœur des deux autres. Ces ouvrages sont aussi le fruit d’un travail d’équipe. Bruno Fourure, illustrateur amateur de découpages, Viviane Bettaïeb, directrice de la collection Saga Cités dans laquelle paraît l’ouvrage, et Colline Faure-Poirée, directrice de Gallimard Jeunesse/Giboulées, ont travaillé de conserve avec M. Fantar à Carthage, édition revisitée d’un livre paru pour la première fois à Tunis, chez Alif, les Éditions de la Méditerranée, en 1992 et épuisé. Aurélie Blanz et Maud Riemann sont l’une et l’autre des illustratrices spécialisées dans la littérature de jeunesse.

2Carthage est un livre animé. Le cheminement est le suivant : sept doubles-pages proposent de se pencher successivement sur l’histoire de Carthage de sa fondation à sa destruction par les Romains (814-146 av. J.-C.), sur son rapport à la mer et à la terre, son artisanat, sa pratique de la guerre, ses arts et ses lettres, enfin son attitude face au sacré. Les découpages invitent le lecteur dans les cales d’un navire de commerce, dans un domaine agricole, au pied des remparts de la cité aux côtés d’artisans teinturiers, auprès de ses forces militaires au sein des remparts et enfin dans une bibliothèque. Pour chaque double page, un texte de présentation très synthétique est proposé, accompagné d’illustrations et d’extraits d’auteurs anciens grecs et latins évoquant la grande cité méditerranéenne. Un « carnet de voyage pour remonter le temps » est joint, constitué pour l’essentiel d’une sorte de lexique illustré et de quelques informations pratiques. L’équipe a clairement été motivée par la recherche conjuguée de la qualité dans la documentation comme dans l’animation et le dessin. Il s’agit d’un véritable livre-objet, avec un langage qui lui est propre, répondant bien aux vœux de la directrice de la collection, laquelle vise à proposer des livres animés sur le patrimoine méditerranéen (interview de V. Bettaïeb réalisée en octobre 2007 consultable sur http :///livresanimes.com/actualites/actu0710interviewVB.html).

3La mythologie phénicienne est divisée en quatre parties, la première et la dernière touchant à l’histoire des Phéniciens, avec une insistance particulière sur leur place parmi leurs voisins ainsi que sur leur expansion à travers la Méditerranée, la deuxième étant réservée aux divinités et la troisième à trois grandes figures mythiques : Europe, Cadmos et Élissa. Comme elle l’explique dans une interview en septembre 2008 (http///www.boutique-illustrateurs.com), A. Blanz vise, dans son travail, à s’approprier l’histoire qui lui est proposée, invente des personnages et tisse son propre univers en s’inspirant du texte. Si l’on reconnaît çà et là quelque pièce célèbre ou objet représentatif de l’artisanat phénicien ainsi qu’une évocation de la cité de Tyr, c’est surtout l’histoire, ou plutôt les histoires et légendes rapportées avec passion par K. Safa, que les dessins et les belles couleurs de l’illustration mettent en valeur.

4La mythologie babylonienne présente un plan légèrement différent : si les première et quatrième parties traitent respectivement de l’histoire ancienne et plus récente de la Mésopotamie, la deuxième porte sur la religion et la troisième sur la civilisation, mettant en exergue l’épopée de Gilgamesh, la naissance de l’écriture et le code de Hammurabi. Attentive à l’environnement géographique et au cadre monumental, l’illustration de Maud Riemann n’en est pas moins ici aussi un vrai travail personnel de création autour des dieux, des hommes et des femmes dont les histoires sont rapportées (cf. http://maudriemann.com).

5Au total, ces trois ouvrages constituent autant de voies d’accès à l’histoire de l’Antiquité sur lesquelles il vaut vraiment la peine d’inviter à cheminer les petits et les plus grands.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Krings, « M’Hamed Hassine Fantar (texte), Bruno Fourure (illustrations), Carthage. La cité d’Hannibal
Karine Safa (texte), Aurélie Blanz (illustrations), La mythologie phénicienne
Karine Safa (texte), Maud Riemann (illustrations), La mythologie babylonienne
 », Anabases, 11 | 2010, 260-261.

Référence électronique

Véronique Krings, « M’Hamed Hassine Fantar (texte), Bruno Fourure (illustrations), Carthage. La cité d’Hannibal
Karine Safa (texte), Aurélie Blanz (illustrations), La mythologie phénicienne
Karine Safa (texte), Maud Riemann (illustrations), La mythologie babylonienne
 », Anabases [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/869

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page