Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Laurent Capdetrey & Jocelyne Nelis-Clément (éd.), La circulation de l’information dans les États antiques

Olivier Devillers
p. 249-250
Référence(s) :

Laurent Capdetrey & Jocelyne Nelis-Clément (éd.), La circulation de l’information dans les États antiques, Bordeaux, Ausonius, 2006, Études, 14, 228 p.
35 euros / issn 1283-2200 / isbn 2-910023-87-7.

Texte intégral

1Issu d’une table-ronde qui s’est tenue en 2002 à l’Institut Ausonius (Pessac), cet ouvrage, qui se place dans la continuité d’un volume paru dans la même collection – L’écriture publique du pouvoir (Études, 10), textes réunis par A. Bresson, A.-M. Cocula & Chr. Pébarthe, Bordeaux, 2005 – rassemble dix contributions réparties en deux sections, l’une sur l’Orient et la Grèce jusqu’à l’époque hellénistique (six articles), l’autre sur le Principat romain (quatre articles). Le thème retenu, à savoir la circulation de l’information au sein des structures administratives et institutionnelles des États antiques, est abordé par tous les auteurs selon une méthode proche et dans un état d’esprit identique ; il s’agit, à partir d’une exploitation minutieuse de la documentation existante (souvent épigraphique, parfois littéraire et papyrologique, maigre et parcellaire dans la plupart des cas), de livrer un état des connaissances. Le mérite en est grand, puisque les écrits internes de l’administration sont assurément les plus mal connus. Cette perspective descriptive est particulièrement nette dans les textes de P. Villard (« Acheminement et réception de la correspondance royale dans l’empire néo-assyrien », avec en annexe la traduction des documents cités), de M. Faraguna (« Gli archivi e la polis (problemi nuovi e vecchi alla luce di alcuni recenti documenti) ») ou de B. Rankov (« Les frumentarii et la circulation de l’information entre les empereurs et les provinces »). Il y a là une dimension pratiquement didactique qui entraîne la récurrence de thèmes d’études, comme la typologie des documents, l’archivage, les réseaux de communication… De même, à travers la diversité des situations considérées – que favorise un certain flottement dans la notion d’« information » (nouvelles au sens d’actualités, ou directives administratives, ou comptes rendus d’activités, ou requêtes de particuliers…) –, quelques problématiques reviennent, comme la complémentarité entre l’oral et l’écrit – un aspect auquel presque tous les contributeurs se réfèrent – ou le rapport entre le document archivé et l’inscription. Néanmoins, la thématique transversale qui domine le volume reste la mise en avant de la circulation de l’information comme mode d’affirmation et de légitimation d’une autorité (son éventuel rôle comme vecteur de propagande n’est guère envisagé). On citera dans ce sens les articles de L. Capdetrey (« Pouvoir et écrit : production, reproduction et circulation des documents dans l’administration séleucide ») et de Cl. Sotinel (« La circulation de l’information dans les Églises »). Cette optique conduit du reste plusieurs auteurs à revoir à la hausse le poids des administrations et des archives dans les États étudiés ; outre M. Faraguna, L. Capdetrey, c’est le cas de Chr. Pébarthe (« La circulation de l’information dans la cité et l’adoption d’un décret à Athènes : le cas des décisions économiques et financières à l’époque de Périclès »).

2Cette uniformité dans la démarche n’exclut pas pour autant les approches plus personnelles. J.-M. Bertrand (« Réflexions sur les modalités de la correspondance dans les administrations hellénistiques. La réponse donnée par Antiochos IV Épiphane à une requête des Samaritains (Flavius Josèphe, Antiquités Juives, 12.258-264) ») met en avant deux modes de transmission de la correspondance entre les souverains hellénistiques et leur administration : la voie hiérarchique et l’envoi direct aux agents subalternes d’exécution avec copie pour contrôle aux agents supérieurs. Il applique ensuite ce second mode de fonctionnement à l’explication d’un cas particulier. N. Massar (« La circulation des décrets dans les cités et entre cités à l’époque hellénistique ») se montre attentive à l’intérêt, notamment diplomatique, que les diverses parties trouvent à la transmission des documents considérés, à savoir des décrets concernant l’octroi d’honneurs. J. Nelis-Clément (« Le gouverneur et la circulation de l’information dans les provinces romaines sous le Haut-Empire »), en remontant la chaîne de la communication, montre que celle-ci est révélatrice de la façon même dont le pouvoir est perçu. R. Haensch (« La gestion financière d’une province romaine : les procurateurs entre résidences fixes et voyages d’inspection ») aborde le thème dans le cadre d’une démonstration sur l’indépendance des procurateurs et des proconsuls dans les provinces romaines.

3Une bibliographie générale et quatre indices achèvent d’assurer la cohérence d’un ensemble très soigné. De rares coquilles néanmoins : p. 24, l. 24, lire « varié » ; p. 73, l. 20, « l’octroi » ; p. 78, l. 16 « A.N. Sherwin-White » ; p. 102, l. 2 « l’un et l’autre » ; p. 132, l. 5 « que des Italiens » ; p. 141, l. 7 « état » ; p. 181, l. 22 « et » (entre « Basilides » et « reconnaît ») ; p. 202 « Paschoud, Fr. ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Devillers, « Laurent Capdetrey & Jocelyne Nelis-Clément (éd.), La circulation de l’information dans les États antiques », Anabases, 11 | 2010, 249-250.

Référence électronique

Olivier Devillers, « Laurent Capdetrey & Jocelyne Nelis-Clément (éd.), La circulation de l’information dans les États antiques », Anabases [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/861

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page