Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Sabine MacCormack, On the Wings of Time. Rome, The Incas, Spain and Peru

Sarah Rey
p. 296-297
Référence(s) :

Sabine MacCormack, On the Wings of Time. Rome, The Incas, Spain and Peru, Princeton, Princeton University Press, 2007, 320 p.
24,95 dollars (broché), 50 dollars (relié) / isbn 978-0-12674-6.

Texte intégral

1Que vient faire une antiquisante sur les hauteurs andines ? Sabine MacCormack, spécialiste de l’art romain, n’a pas à se justifier. Dans cette étude, l’abondante littérature qu’elle offre au lecteur suffit à prouver l’intérêt de sa démarche qui consiste à quêter les formes, les mots et les images de l’Antiquité apposés sur l’espace inca au moment de sa découverte. L’historienne donne une suite à son étude de 1991, Religion in the Andes  : Vision and Imagination in Early Colonial Peru. Pour remonter aux sources de l’ethnographie moderne, elle s’est faite elle-même ethnographe. Elle a visité les pays dont elle parle (Espagne, Pérou, Bolivie, Équateur) et photographié les lieux qu’elle a traversés. Dans plusieurs fonds d’archives, elle a débusqué de riches manuscrits et imprimés des xvie et xviie siècles, sans s’interdire ici et là quelques incursions dans le xviiie siècle.

2Elle lit et relit Pedro Cieza de León, Gonzalo Fernández de Oviedo, Augustín de Zárate, José de Acosta, Bartolomé de las Casas, Christophe Colomb, Alonso de Ercilla que Craig Kallendorf a récemment fait connaître (voir le n°  9 d’Anabases). Les textes examinés sont surtout de langue hispanique, quelques Italiens sont cités – outre Colomb. De ses auteurs, elle traque attentivement la culture classique.

3Parmi ces hommes, on trouve des personnages hybrides, entre deux mondes, comme Don Joan de Santa Cruz Pachacuti Yamqui Salcamaygua, auteur d’une Relación de antiguedades deste reyno del Pirú écrite au xviie siècle et Inca Garcilaso de la Vega, qui a laissé des Comentarios reales de los Incas (1609). Ne les appelons pas « métis » puisque selon Sabine MacCormack, le métissage sous sa forme amplement conceptualisée a peut être fait son temps (p. 23).

4Pour tous, la lecture et l’usage intensifs des Anciens servent à prendre la mesure entre le connu et l’inconnu. Dès l’ouverture de leurs histoires, les uns et les autres se placent sous l’autorité de leurs prédécesseurs, Tite-Live ou Virgile par exemple. Au fil de leurs analyses, les références antiques permettent de mieux comprendre et de comparer l’inédit. Le maïs est rapproché du triticum de Pline. À Cuzco, les femmes dédiées au culte du soleil sont un peu des Vestales. Les ponts incas sont aussi beaux que l’ouvrage romain qui, à Cordoue, traverse le Guadalquivir…

5Car entre Rome et les Incas, la balance est parfois plus équilibrée qu’on ne le pense. Le détour par l’Antiquité ne joue pas forcément en la défaveur des Indiens : leurs tatouages ne sont pas plus ridicules que ceux des anciens Bretons, adversaires redoutables de César ; le quechua a autant de valeur que le latin ; dans la tribu des Caquitos, les rites du mazato valent bien le cannibalisme amoureux de la reine Artémise. À lire Sabine MacCormack, on réévalue la portée d’un Las Casas, qui n’est plus le franc-tireur qu’on imagine.

6Affinant les perspectives communes sur les premiers historiens et chroniqueurs du Nouveau Monde, ce livre permet aussi de saisir les imperfections d’un système heuristique : un tel confond « ses » classiques et cite à tort Pline et Strabon au lieu de Valère Maxime ; un tel pratique une ethnographie « de moderne à moderne » : les têtes « trophées » des Corbagos que décrit Oviedo rappellent les dépouilles des animaux chassés par les Espagnols, l’interprétation fait l’économie du medium antique.

7L’ouvrage comporte de riches illustrations, qui sont des respirations au milieu d’un récit dense. La plupart des images trouve une place légitime dans la démonstration, seules quelques-unes (notamment les aquarelles de l’Auteur) sont imparfaitement raccordées à l’ensemble de la narration. Dans le décryptage iconographique, l’historienne prouve une nouvelle fois la minutie de son regard, qui n’oublie ni l’arrière-fond d’une chapelle mal éclairée, ni – sur un frontispice – l’inscription discrète d’un menu phylactère.

8La bibliographie est détaillée, l’index précis. Tout recommande ce voyage d’un continent à l’autre, d’une langue à l’autre, avec l’Antiquité comme passerelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « Sabine MacCormack, On the Wings of Time. Rome, The Incas, Spain and Peru », Anabases, 10 | 2009, 296-297.

Référence électronique

Sarah Rey, « Sabine MacCormack, On the Wings of Time. Rome, The Incas, Spain and Peru », Anabases [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/734

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page