Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
Ressources informatiques sur l'Antiquité (3)

Gallia Romana, un outil de référence sur la réception de l’architecture antique gallo-romaine (xve-xviie siècles)

Frédérique Lemerle
p. 274-277

Gallia Romana, un outil de référence sur la réception de l’architecture antique gallo-romaine (xve-xviie siècles)
Programme Architectura. Architecture, textes et images en France (xvie-xviie siècles), Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance (umr 6576 – Université François Rabelais) http://architectura.cesr.univ-tours.fr

Le programme Architectura est l’un des trois programmes pluridisciplinaires menés par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (umr 6576 – Université François Rabelais), avec Ricercar pour la musicologie et l’édition musicale et les Bibliothèques virtuelles humanistes pour la littérature générale. Ce programme, conçu et dirigé par Frédérique Lemerle et Yves Pauwels depuis 2004 a pour objectif de mettre à la disposition de la communauté scientifique un ensemble de ressources informatiques unique, accessible en français et en anglais, sur la réception de l’architecture antique et moderne aux xvie et xviie siècles à partir des représentations graphiques et textuelles de l’architecture entre 1500 et 1700. Il regroupe trois bases : « Les livres d’architecture », bibliothèque numérique d’ouvrages relatifs à l’art de bâtir (théorie, esthétique, technique) et à ses domaines annexes (géométrie, perspective, horlogiographie, fortifications, art des jardins, serrurerie…) publiés en français ou en France (bibliographie, présentation scientifique et notice bibliographique de l’exemplaire mis en ligne), « L’architecture française à travers les textes », en cours d’élaboration, qui recensera les témoignages et représentations contemporains français et étrangers sur l’architecture française aux xvie et xviie siècles, et « Gallia Romana », corpus exhaustif des témoignages écrits et graphiques relatifs à la réception de l’architecture de la Gaule antique à la Renaissance par les Français et les étrangers.

La découverte des antiquités de la Gaule à la Renaissance méritait qu’on s’y intéressât. Après l’Italie, la France est avec la péninsule ibérique le pays qui conservait sur son territoire le plus grand nombre de ruines romaines. À la Renaissance l’Antiquité ne fut à proprement parler ni découverte ni retrouvée. Le Moyen Âge en effet n’a pas ignoré les monuments antiques qui faisaient partie intégrante du paysage urbain. Absorbés par les villes, héritières des cités gallo-romaines, beaucoup furent transformés (ce qui les préserva) : les portes ou les arcs de triomphe tinrent lieu de forteresse (porte d’Auguste à Nîmes, arc d’Orange), furent incorporés dans les enceintes (porte romaine de Langres) ou enclavés dans des bâtiments modernes (Porte noire à Besançon). Les théâtres et les amphithéâtres furent englobés dans les fortifications (tour de Roland au théâtre d’Arles), servirent de citadelles (amphithéâtre de Nîmes, théâtre d’Orange) ou de bastions (amphithéâtres de Périgueux, de Tours ou d’Amiens). Les temples transformés en églises gardèrent une fonction religieuse (temple d’Auguste et de Livie à Vienne, « temple de Diane » à Nîmes). Les aqueducs furent réparés et développés : le pont de l’aqueduc au-dessus du Gard, en usage jusqu’au ixe siècle, se mua en pont à péage. Les stations thermales continuèrent à être exploitées ; les vastes complexes thermaux intra muros comme ceux de Cluny furent lotis à des boutiquiers et à des artisans ; à Cimiez, les thermes de l’Ouest ou bains des femmes furent occupés par la cathédrale et son baptistère.

On trouve en France la même évolution qu’en Italie, sans toujours le décalage que l’on imagine. Dès le milieu du xve siècle, le pays s’était ouvert à l’humanisme. Après la prise de Constantinople, certains érudits grecs avaient trouvé refuge dans le royaume (Grégoire Typhernas, Andronicos Callistos, Hermonyme de Sparte, le maître de Budé…). Très tôt prélats, souverains, grands personnages constituèrent de magnifiques collections d’antiques et d’objets d’art. Les personnages moins fortunés créèrent des collections plus modestes, au fil des découvertes archéologiques faites sur le sol national. Les antiquaires lyonnais et dauphinois se passionnèrent très tôt pour l’épigraphie. Ces derniers, quelques décennies seulement après leurs homologues d’Italie du Nord, pionniers en ce domaine, ont relevé les inscriptions de leur cité. Dès 1507 le médecin et savant Symphorien Champier publiait les inscriptions éparses ou insérées dans les murs des édifices de Lyon (Tropheum Gallorum). À la même époque le juriste Aymar du Rivail avait réuni les inscriptions du Dauphiné dans son histoire des Allobroges (De Allobrogibus). En 1539 le chanoine Rainouard rassemblait celles qui avaient été incluses à Narbonne dans les murailles lors des travaux de fortification. Jules-Raymond de Solier recueillait les inscriptions de la Narbonnaise entre 1560 et 1580, Balthazar Burle celles d’Aix et de la région à la fin du xvie siècle, suivis par Anne de Rulman et Peiresc au début du xviie siècle.

Dès le début du xvie siècle, les humanistes lyonnais recueillirent aussi médailles, statues, bas-reliefs et fragments d’architecture. Comme à Rome, les collections de Claude Bellièvre et de Guillaume du Choul furent exposées dans les jardins de leurs propriétaires. En même temps se constituaient les premiers cabinets de curiosités, où étaient rassemblées les pièces les plus fragiles et les plus précieuses. Les Provençaux ne furent pas en reste : Lantelme de Romieu à Arles, à Aix Pierre Antoine Bagarris, futur intendant du cabinet des Antiques d’Henri IV, furent aussi de grands collectionneurs. À Bordeaux, Lyon, Langres ou Autun comme à Arles, Aix, Nîmes ou Narbonne, les érudits collectaient infatigablement les précieux legs de l’Antiquité.

Mais tous les antiquaires ne s’intéressèrent pas à l’architecture monumentale. Les édifices gallo-romains demandaient pour être décrits, identifiés et partant étudiés, une culture architecturale qui ne fut partagée que par une élite et par les architectes eux-mêmes. Curieusement les témoignages des antiquaires sur les vestiges de la Gaule comme les représentations des antiquités gallo-romaines par l’architecte non bâtisseur Jacques Androuet du Cerceau, l’ingénieur et topographe royal Claude Chastillon ou l’architecte jésuite Étienne Martellange n’ont pas été jusqu’ici sérieusement pris en compte par les historiens de l’art. Or l’influence des antiquités du royaume sur la pratique est patente. Il s’avérait donc nécessaire d’enquêter sur la découverte et la réception des antiquités gallo-romaines, fondamentales non seulement pour l’histoire de l’archéologie et l’histoire de l’architecture mais aussi, de façon plus générale, pour l’histoire du goût et de la curiosité. Il fallait pour cela dans un premier temps recenser toutes les sources écrites et graphiques, non seulement françaises mais aussi étrangères. Car les étrangers qui sillonnèrent le royaume accordèrent la même attention à l’amphithéâtre de Nîmes qu’à ceux de Vérone ou de Rome. C’est dans ce cadre qu’a été créée « Gallia Romana ».

La base a été conçue par Frédérique Lemerle comme l’équivalent français du Census of Antique Works known to the Renaissance (programme mis en place à la Humboldt Universität de Berlin avec le concours de la Biblioteca Hertziana de Rome, des Getty Information Institute et Getty Research Institute de Los Angeles, du Warburg-Haus de Hamburg). Elle propose un corpus inédit des textes (imprimés et manuscrits) et des représentations des antiquités nationales laissés par les Français et les étrangers aux xvie et xviie siècles (historiens, géographes, cosmographes ou topographes, voyageurs, étudiants, artistes, architectes…). À origine elle s’est développée en symbiose avec le programme area-France (Archives of European Archeology) mené par l’inha, qu’elle précise et complète dans le champ chronologique qui lui est propre et dans le domaine de l’architecture monumentale et son décor.

La liste des sites et la bibliographie des textes et images (dessins, gravures, tableaux) des antiquités nationales sont en ligne depuis juillet 2004. La bibliographie comporte à ce jour une liste de 35 recueils de dessins ou gravures conservés en France mais aussi à l’étranger (Cambridge, Oxford, Windsor Castle, Londres, Escorial, Berlin, Munich, Vienne, Saint-Pétersbourg, Parme, Sienne, Vatican, The Metropolitan Museum of Art…), plus de 50 manuscrits, 110 imprimés des xvie et xviie siècles et 160 références modernes. Une mise à jour est faite chaque année. Sur 116 sites répertoriés, 67 sont déjà en ligne, soit près de 200 monuments ou fragments d’architecture antique indexés. Le corpus compte à ce jour 168 textes transcrits dans leur langue d’origine (français, latin, grec, espagnol, italien, anglais, allemand, dialecte bâlois) et indexe 54 images, dont la diffusion (format jpeg) est tributaire des autorisations concédées par les ayants droit.

Tous les textes transcrits sont consultables et téléchargeables sous format pdf. Le moteur de recherches utilisé permet des recherches à partir de plusieurs entrées (site, type de monument, auteur, sujet, date, texte ou image…). En 2010 le site va être rénové et amélioré. Une dizaine de sites, dont des sites majeurs comme Nîmes, Orange et Vienne, seront traités informatiquement. Les sites restants seront progressivement mis en ligne (2009-2011), à raison d’une quinzaine par an. À terme, une extension européenne de la base en partenariat avec des centres de recherches étrangers est prévue.

  • 1 F. Lemerle, La Renaissance et les antiquités de la Gaule, Turnhout, Brepols, 2005.

Depuis sa création la base connaît un succès certain. Au premier semestre 2006, alors qu’un quart des sites seulement était en ligne, 59 258 connexions étaient comptabilisées. Les recherches menées pour Gallia Romana ont débouché sur une publication qui est la première étude spécifique consacrée à l’architecture monumentale gallo-romaine, des guerres d’Italie à la Fronde1. Cette contribution montre comment la Renaissance française a tenu sa place dans la longue histoire de la redécouverte du passé.

Direction Architectura :
Frédérique Lemerle
Chargée de recherche au cnrs-hdr

Yves Pauwels
Professeur d’histoire de l’art moderne
Membre de l’Institut universitaire de France

Webmaster :
Sébastien Busson
http://architectura.cesr.univ-tours.fr/GalliaRomana/index.asp

Notes

1 F. Lemerle, La Renaissance et les antiquités de la Gaule, Turnhout, Brepols, 2005.

Haut de page