Navigation – Sitemap
Traditions du patrimoine antique

Enquête sur la présence d’Ælius Aristide et de son œuvre dans la littérature grecque du IIe au XVe siècle de notre ère

Fabrice Robert
p. 141-160

Zusammenfassungen

Grâce aux recherches menées depuis près d’un siècle par d’éminents philologues, l’œuvre d’Aelius Aristide, un des représentants majeurs de la Seconde Sophistique, est en train de sortir progressivement de l’oubli dans lequel il fut plongé depuis la Renaissance jusqu’au xixe siècle. La présente enquête s’inscrit dans le prolongement des travaux en cours de réalisation sur cet auteur, et aborde une question qui n’a pas été examinée jusqu’ici : la réception d’Aristide dans l’Antiquité tardive et à Byzance. L’étude ne saurait naturellement épuiser la matière d’un si vaste sujet, mais elle constitue la première étape, et pour ainsi dire le laboratoire de recherches ultérieures plus approfondies. Fondée sur un corpus de quatre cent quatre-vingt-dix-huit textes, qui ont été collationnés dans la littérature grecque entre le iie et le xve siècle, elle indique les grandes orientations du questionnement sur le Nachleben d’Aristide, et livre les premiers résultats obtenus, lesquels intéressent à la fois la connaissance du sophiste et l’histoire de la culture et de la transmission des textes.
L’exploration transversale et synthétique du vaste corpus réuni est menée par le biais de trois axes d’investigation successifs. Il s’agit dans un premier temps de considérer les sources des extraits, afin de découvrir quels auteurs connaissaient Aristide, et dans quels milieux se diffusa son œuvre. Dans un deuxième temps, nous nous intéressons au jugement porté par la postérité sur Aristide, et essayons de relever les indices attestant la haute estime dans laquelle il était tenu. De l’homme, l’attention passe enfin aux discours, dont on constate qu’ils connurent une fortune pour le moins inégale : si le corpus aristidien comportait, aux yeux de la postérité, plusieurs chefs-d’œuvre maintes et maintes fois cités, d’autres discours semblent n’avoir guère suscité l’enthousiasme, et il est intéressant de dresser un bilan statistique synoptique de ces divergences de fortune ; nous commentons pour finir quelques extraits qui apportent certains éclairages sur l’histoire de deux discours marginaux du corpus aristidien, l’un étant aujourd’hui considéré comme apocryphe et le second nous étant parvenu fortement mutilé : le discours En l’honneur de l’empereur (or. 35) et le Sixième discours sacré (or. 52).

Seitenanfang

Volltext

  • 1 Aristide, Discours sacré V (Or. 51), 52 : ὅτι νὴ Δί’, ἔφην ἐγὼ, σπουδαιότερόν μοί ἐστιν ἐπελθεῖν τι (...)

1Au cours d’un rêve relaté dans le cinquième Discours sacré, le sophiste Ælius Aristide répondit à un médecin qui l’interrogeait sur les raisons pour lesquelles il n’avait pas donné de récente séance publique de déclamation : « C’est que, par Zeus, disais-je, il est plus important pour moi de m’appliquer à quelques-uns de mes écrits, car je dois m’entretenir aussi avec les hommes de l’avenir1. » Quoique transposée dans l’univers onirique, c’est certainement une préoccupation réelle du sophiste qui transparaît ici : Aristide envisageait déjà de son vivant la postérité de son œuvre, et il ne faisait aucun doute pour lui qu’il obtiendrait une gloire posthume éternelle.

  • 2 Pour une revue complète des éditions et traductions anciennes d’Aristide, on se reportera à la list (...)
  • 3 On signalera en particulier qu’une édition des œuvres complètes d’Aristide est en cours de préparat (...)

2Au regard de la place qu’occupe l’auteur dans les travaux philologiques de l’époque moderne, le vœu d’Aristide semble ne pas s’être réalisé : peu lu, relativement peu édité et rarement étudié, le corpus aristidien est demeuré dans l’ombre depuis la Renaissance jusqu’au xixe siècle2. Un tel effacement peut s’expliquer par de multiples raisons, qu’il n’y a pas lieu de rechercher ici, mais on peut noter qu’il coïncide d’une manière générale avec la mise à l’écart, durant ces siècles, de la quasi-totalité de la littérature grecque d’époque impériale, à l’exception notable d’un Plutarque ou d’un Lucien. C’est essentiellement dans le courant du xxe siècle que le corpus aristidien fut redécouvert, et qu’un intérêt croissant se manifesta pour son auteur, notamment grâce aux travaux pionniers d’U. von Wilamowitz, d’A. Boulanger, de F.W. Lenz et de Ch.A. Behr. La réhabilitation de cet auteur comme de la production sophistique de son époque est toujours en cours aujourd’hui3.

3Entre l’époque à laquelle vécut Aristide (117 - ap. 180) et le début de l’époque moderne, existe un intervalle de quatorze siècles environ ; les questions relatives à la destinée de l’œuvre aristidienne durant cette période sont nombreuses. Quel cas a-t-on fait d’Aristide dans l’Antiquité tardive et à Byzance ? Quelle diffusion connut son œuvre ? Le sophiste bénéficia-t-il, fût-ce pendant un moment, de la gloire posthume à laquelle il aspirait, ou bien son œuvre sombra-t-elle très tôt dans l’oubli dont elle commence seulement de sortir ? Autant d’interrogations qui portent sur la réception d’Aristide auprès de la postérité, et qui n’ont jamais jusqu’ici été étudiées en détail. Ceci n’a en soi rien d’étonnant : étant donné que l’étude du corpus aristidien n’a suscité l’intérêt des philologues que depuis une date relativement récente, et que de nombreuses investigations restent à mener dans ce domaine, il est aisément compréhensible qu’on ne se soit pas encore penché sur la destinée de cette œuvre avec toute l’attention que requiert un tel sujet.

  • 4 Cf. A. Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au iie siècle de notre (...)

4Si le Nachleben d’Aristide et de son œuvre n’a pas fait l’objet d’une étude d’ensemble, il existe néanmoins quelques travaux qui, depuis près d’un siècle, ont ouvert la voie à une enquête plus approfondie et plus systématique4, mais la lecture de la bibliographie sur ce sujet appelle un double constat : d’une part, les études touchant au Nachleben d’Aristide sont très espacées dans le temps, puisqu’elles sont souvent séparées par un intervalle de vingt à trente ans ; d’autre part, chacune d’elles n’envisage qu’une portion restreinte et très circonscrite de la destinée de l’auteur et de son œuvre. Dans le prolongement de ces contributions épisodiques et partielles, une étude exhaustive sur le Nachleben d’Aristide reste donc à mener.

  • 5 Ce corpus a été présenté in extenso dans la seconde annexe de notre thèse de doctorat consacrée aux (...)
  • 6 Ont donc été écartées les reprises d’une formule ou d’un tour aristidien, qui n’étaient pas accompa (...)

5Un premier travail de collation, mené de façon systématique dans la littérature grecque du iie au xve siècle, a permis d’établir un corpus de quatre cent quatre-vingt-dix-huit textes, de longueur et de nature variables, qui constituent la base d’une enquête sur le Nachleben d’Aristide dans l’Antiquité tardive et à Byzance5. Précisons toutefois que ce corpus n’est plus qu’une première recension, et ne prétend aucunement à l’exhaustivité, en particulier pour la période postérieure au viie siècle. Qui plus est, nous nous sommes volontairement limité aux passages dans lesquels des auteurs évoquaient nommément Aristide, soit pour rappeler un trait de sa personnalité ou de sa vie, soit pour citer un extrait de son œuvre6. L’ampleur du corpus réuni, en dépit des limites qui viennent d’être exposées, fait d’emblée percevoir toute la différence qui existe entre la période médiévale et l’époque moderne : Aristide occupait, entre le iie et le xve siècle, une place de choix parmi les auteurs anciens. L’intérêt d’étudier le Nachleben d’Aristide se fait dès lors jour, car les pistes d’investigation sont nombreuses et prometteuses, mais apparaît aussi, corollairement, la difficulté de mener une enquête d’une telle envergure.

  • 7 Nous projetons de reprendre le travail effectué à l’occasion de notre thèse, et d’enrichir aussi bi (...)

6L’ambition de la présente contribution n’est pas de réaliser l’étude complète que l’on est en droit d’attendre sur le Nachleben d’Aristide, ni même de livrer au lecteur tous les textes qui composent le corpus provisoire. Elle vise, plus modestement, à poser les bases d’une investigation ultérieure plus approfondie, et à présenter quelques-unes des premières conclusions que nous sommes en mesure de tirer sur la réception du sophiste, en nous fondant sur les textes les plus remarquables du corpus7. Une telle étude, quoique partielle, contribuera, nous l’espérons, aussi bien aux études aristidiennes qu’à l’histoire de la culture grecque dans l’Antiquité tardive et à Byzance.

Les voies multiples de la survie d’Aristide

7Le corpus est d’emblée remarquable par le nombre et la diversité des sources. Du iie au xve siècle, ce sont quelque soixante-dix auteurs qui mentionnent explicitement Aristide, dans des œuvres aussi variées que des traités, des lettres, des discours, des ouvrages d’érudition, des ouvrages à caractère scolaire ou encore des scholies. Cette diversité permet d’apprécier l’extraordinaire diffusion de l’œuvre d’Aristide, dont on constate qu’il n’était pas lu uniquement dans les milieux proches de la rhétorique.

  • 8 Cf. Pseudo-Aristide, Art rhétorique I, 141-143 ; 144, 3-9 ; 174, 1-6 ; 175-181. – Hermogène, Sur le (...)
  • 9 Ménandros connaissait plus de discours d’Aristide que nous n’en connaissons, car trois de ces quato (...)
  • 10 Cf. Progymnasmata, 34 et 57 Felten.
  • 11 Cf. Sur les quatre parties d’un discours complet, in Chr. Walz (éd.), Rhetores graeci, vol. III, p. (...)

8Très tôt, les théoriciens de la rhétorique firent une place dans leurs traités à des exemples tirés de discours d’Aristide. Ce dernier apparaît ainsi, dès la fin du iie siècle, dans les ouvrages du Pseudo-Aristide et d’Hermogène8, puis on le rencontre, ne fût-ce qu’à travers une unique occurrence, dans presque tous les traités rhétoriques que nous connaissons jusqu’au xie siècle. Cette présence ininterrompue dans la théorie rhétorique, déjà remarquable en soi, l’est plus encore si l’on s’avise de la diversité des préceptes que les références à Aristide visent à illustrer : loin d’être perçu comme le spécialiste d’un type précis de discours, le sophiste pouvait servir de modèle pour de nombreux procédés rhétoriques et stylistiques, et son œuvre était envisagée comme une inépuisable mine d’exemples de toutes sortes, s’appliquant dans tous les domaines de l’éloquence. Ainsi, chaque théoricien pouvait, au gré de ses centres d’intérêt, faire appel à l’autorité d’Aristide : Ménandros voyait en lui un excellent modèle pour maints types de discours épidictiques, c’est pourquoi il le cite à quatorze reprises dans l’ensemble des deux traités transmis sous son nom9 ; Romanos le sophiste s’intéressait davantage aux Discours platoniciens, dans lesquels il voyait une bonne illustration du genre hybride de la contradiction (ἀντίρρησις) 10 ; citons enfin, en plein cœur du Moyen Âge, un petit traité anonyme qui mentionne Aristide comme une autorité à la fois pour le genre épidictique et pour le genre délibératif11.

  • 12 L’édition critique la plus récente et la plus claire de cet ensemble composite que sont les Prolégo (...)
  • 13 Cf. Souda, M1009 : Μητροφάνης, Εὐκαρπίας τῆς Φρυγίας, σοφιστής. ἔγραψε περὶ τῆς Φρυγίας αὐτῆς βιβλί (...)
  • 14 Pour l’édition de référence, cf. M. Gigante (éd.), Teodoro Metochites. Saggio critico su Demostene (...)

9Aristide devint donc très vite un auteur classique, et ce non seulement parce qu’il figurait dans les traités rhétoriques, mais également parce que certaines de ses œuvres étaient lues et commentées dans la classe des rhéteurs. Ses discours n’étaient pas uniquement considérés comme des viviers d’exemples, mais ils étaient jugés dignes de faire l’objet d’études critiques indépendantes. Sopatros, qui fut professeur à Athènes au ive siècle, rédigea ainsi des Prolégomènes à Aristide, qui comprennent une introduction générale à la vie, à l’œuvre et au style de notre sophiste (traités B et C), et deux introductions spécifiques à la lecture du Panathénaïque (traité Pan) et du Pour les Quatre (traité Te)12. La Souda nous apprend que le sophiste Métrophanès composa également, à une date inconnue, un Commentaire sur Aristide13. Le même intérêt exégétique se rencontre encore pendant la Renaissance des Paléologues, époque à laquelle Théodore Métochitès rédigea un Essai sur Démosthène et Ælius Aristide14.

  • 15 Cf. par exemple Lettres, 1262, 1.

10Qu’ils aient été professeurs de rhétorique ou non, les orateurs, d’une façon générale, furent des vecteurs essentiels de la renommée acquise par Aristide. Ils furent nombreux à le citer, à l’imiter, voire à proclamer leur admiration envers lui. Le cas le plus emblématique est sans nul doute celui de Libanios, au ive siècle. L’orateur syrien reconnaissait à Aristide une suprême qualité oratoire, qui devait servir de modèle à tout un chacun15, mais plus encore, il éprouvait à son égard une véritable fascination, si bien qu’il prit soin de préciser, au début d’un discours dans lequel il entreprenait de réfuter son prédécesseur :

  • 16 Libanios, Réponse à Aristide pour la défense des danseurs (Or. 64), 4.

Τὸν μὲν οὖν ἐμὸν εἰς Ἀριστείδην ἔρωτα καὶ ὡς αἱρέσεώς μοι δοθείσης ἢ νικῆσαι πλούτῳ τὸν Μίδαν ἢ καὶ κατὰ μικρὸν ἐγγὺς ἐλθεῖν τῆς τοῦδε τέχνης εὐθὺς ἂν ἐγενόμην τοῦ δευτέρου, παντί που δῆλον, « L’amour que j’éprouve pour Aristide ainsi que le fait que, si l’on me donnait le choix entre surpasser Midas par la richesse et m’approcher ne fût-ce qu’un peu de l’art de cet auteur, je choisirais aussitôt la seconde proposition, cela est, je suppose, évident pour chacun16. »

  • 17 Cf. Lettres, 1534, 1 : Ἔχω τὸν Ἀριστείδην, πρᾶγμα πάλαι ποθούμενον, καὶ σοὶ χάριν ἔχω μικροῦ τοσαύτ (...)
  • 18 Cf. Lettres, 965, 4 : Πῶς οὖν ἡμῖν ὁ Ἀριστείδης Ἀσκληπιὸς οὐχὶ καὶ τούτων ἐκόμιζε μέλλων γε δώρων τ (...)
  • 19 Par un hasard de la transmission, l’essentiel des citations, paraphrases ou références explicites à (...)
  • 20 Hymne en prose : Or. 5 ; monodies : or. 17, 60 et 61 ; discours polémiques et apologétiques : Or. 2 (...)
  • 21 Cf. Or. 64, 5. – Sur la manière dont Aristide articule respect et critique de Platon, et sur la lég (...)

11L’admiration pour l’orateur se doublait d’une véritable vénération pour l’homme : Libanios remercia avec chaleur un certain Théodôros de lui avoir envoyé un portrait d’Aristide17, et il alla jusqu’à associer l’orateur au dieu Asclépios, en expliquant que, si Aristide n’était pas capable de procurer les éléments de la guérison, son existence était cependant en elle-même un « don » fait aux hommes18. En dépit de cette fascination, et de façon en apparence contradictoire, le corpus libanien comporte peu de références intertextuelles explicites à Aristide19, mais c’est que Libanios est tellement imprégné par l’éloquence de son prédécesseur que les références ont pris chez lui des formes plus subtiles, peut-être plus profondes aussi. On pourrait relever dans les discours et les déclamations du sophiste d’Antioche maintes réminiscences, imitations ou allusions implicites. Contentons-nous ici de signaler que plusieurs écrits de Libanios constituent des réponses directes à Aristide, l’attitude polémique affichée ne diminuant en rien l’admiration qui préside au choix de ces sujets. Outre la Réponse à Aristide pour la défense des danseurs évoquée plus haut, on peut mentionner la Réponse d’Achille au discours d’ambassade d’Ulysse (Decl. 5), qui fonctionne comme le pendant antilogique du Discours d’ambassade à Achille (Or. 16) d’Aristide. Qui plus est, il existe des ressemblances entre les productions oratoires des deux sophistes : Libanios écrivit des hymnes en prose, des monodies, ou encore des discours polémiques destinés à répondre publiquement à des critiques formulées à son encontre20, autant de genres oratoires dans lesquels Aristide s’était illustré auparavant. Il n’est pas jusqu’à la Réponse à Aristide elle-même qui soit placée sous le patronage d’Aristide, les Discours platoniciens fournissant un précédent pour justifier la réfutation d’un auteur par ailleurs admiré21.

  • 22 Cf. Dion 3, 6 : Ἀριστείδην τε ὁ πρὸς Πλάτωνα λόγος ὑπὲρ τῶν τεσσάρων πολὺν ἐκήρυξεν ἐν τοῖς Ἕλλησιν (...)
  • 23 L’article 2098 de la Souda mentionne, parmi les œuvres de Porphyre, « une Réponse à Aristide en s (...)
  • 24 Cf. Georges le Syncelle, Ecloga Chronographica, p. 312 Mosshammer : Πρὸς ταῦτα, φασὶν οἱ Πλατωνικοὶ (...)

12S’il n’est somme toute pas étonnant qu’Aristide ait été connu et cité dans le milieu de la rhétorique, il est en revanche plus remarquable de constater qu’il était également lu et mentionné par des philosophes, de Porphyre à Pléthon, en passant par Olympiodore et par Psellos. Cette continuité de la présence d’Aristide dans ces sphères résulte sans nul doute de sa propre incursion sur le territoire de la philosophie : le sophiste prit en effet la défense de la rhétorique contre Platon dans trois discours connus sous le titre commun de Discours platoniciens (Or. 2-4). Aristide devenait donc un interlocuteur à part entière pour l’exégèse platonicienne, d’autant que ses Discours platoniciens, et en particulier le Pour les Quatre, contribuèrent grandement à sa renommée, si l’on en croit Synésios22. Quoi qu’il en soit, ces écrits étaient connus de la postérité, et Aristide est en général mentionné par les philosophes ultérieurs dans une perspective de réfutation. Dès le iiie siècle, le néoplatonicien Porphyre contre-attaquait dans un Contre Aristide en sept livres, dans lequel il prenait vraisemblablement la défense de Platon contre les Discours platoniciens23, et d’autres philosophes, dont nous ignorons malheureusement les noms, suivirent son exemple24. Même quand ils ne nourrissaient pas directement le projet de s’opposer à Aristide, les commentateurs de Platon ressentaient le besoin de réfuter, au fil de leurs exégèses, certaines de ses affirmations. Ainsi, dans l’introduction de son commentaire à l’Alcibiade de Platon, Olympiodore écrit :

  • 25 Olympiodore, Commentaire à l’Alcibiade de Platon, 2, 94-97 Westerink. La présence de l’expression p (...)

Ἐπειδὴ δὲ δεῖ τὸν φιλόσοφον φιλοθεάμονα εἶναι τῶν τῆς φύσεως ἔργων, στέλλεται καὶ εἰς Σικελίαν θεασόμενος τοὺς κρατῆρας τοῦ πυρὸς τοὺς ἐν τῇ Αἴτνῃ, καὶ οὐ Σικελικῆς τραπέζης χάριν, ὦ γενναῖε Ἀριστείδη, ὡς σὺ φῄς, « Puisque le philosophe doit apprécier l’observation des œuvres de la nature, [Platon] se met justement en chemin pour la Sicile dans le but d’observer les cratères enflammés de l’Etna, et non pour la “table sicilienne”, comme tu l’affirmes, noble Aristide25. »

  • 26 Cf. Pour les Quatre, 73 et 618-620.

13Au xie siècle encore, les attaques d’Aristide contre Platon, au nom de la rhétorique, provoquent la hargne d’un Michel Psellos. Ce dernier a à l’esprit l’affirmation d’Aristide selon laquelle, quoi qu’il en dise, Platon était très sensible au choix des mots et à la beauté du style26, quand il écrit :

  • 27 Michel Psellos, Theologica, 2, 98 Westerink.

Ἐρρέτωσαν γὰρ Ἀριστεῖδαι καὶ Διονύσιοι καὶ εἴ τις ἕτερος κακῶς εἶπε τὸν ἄνδρα περὶ τὴν τῶν ὀνομάτων ἐπιλογήν, « Qu’aillent au diable les Aristides, les Denys et n’importe quel autre qui médit de cet homme [Platon] concernant le choix de ses mots27 ! »

14Si l’opposition à Aristide, comme on le voit, put être parfois violente, il n’en reste pas moins que l’existence même de cette opposition prouve que les Discours platoniciens étaient lus dans les milieux philosophiques, et que l’opinion du sophiste était jugée digne d’une repartie.

15Lu par les sophistes, les rhéteurs et les philosophes, l’œuvre aristidienne a également retenu l’attention des grammairiens et des lexicographes, qui y trouvèrent de nombreux passages écrits dans un attique de la plus haute correction. Il n’est besoin, pour s’en convaincre, que de considérer le nombre de citations d’Aristide qui figurent dans la volumineuse Ecloga vocum Atticarum, compilée au xive siècle par Thomas Magistros : ce sont deux cent trente-sept extraits qui sont retenus par le lexicographe ; seul Thucydide y est cité plus qu’Aristide. Cette qualité de modèle atticiste fut, elle aussi, reconnue très tôt à Aristide, car, si les traités grammaticaux et lexicographiques conservés datent essentiellement de la période byzantine, Longin écrivait déjà, au iiie siècle :

  • 28 Longin, fr. 50, 12 Patillon-Brisson.

Ὅτι τὴν πλεονάσασαν περὶ τὴν Ἀσίαν ἔκλυσιν ἀνεκτήσατο Ἀριστείδης· συνεχῶς γάρ ἐστι καὶ ῥέων καὶ πιθανός., « Aristide a restauré le relâchement qui s’était amplifié en Asie ; en effet, il est constamment limpide autant que persuasif28. »

16L’auteur oppose ainsi les deux tendances linguistiques traditionnellement présentées comme antithétiques que sont l’asianisme et l’atticisme, ce dernier étant caractérisé par une « limpidité » que Longin attribue sans réserve à Aristide, l’asianisme étant au contraire perçu comme un « relâchement ».

17Ce rapide tour d’horizon des sources du corpus met en évidence la variété des facettes d’Aristide qui ont intéressé la postérité : le sophiste était connu non seulement pour ses qualités oratoires et rhétoriques, mais aussi pour l’originalité de sa pensée et pour la pureté de sa langue. Il continua donc d’être lu et commenté pour de multiples raisons dans les siècles suivants. La collation et la classification d’un corpus de références à Aristide donnent déjà lieu en elles-mêmes à des remarques significatives sur la destinée de l’œuvre aristidienne dans l’Antiquité tardive et à Byzance.

18Concernant les sources du corpus, il peut être intéressant de faire encore une remarque, qui montre que l’étude du Nachleben peut avoir aussi des incidences sur l’histoire de la transmission du texte aristidien. On note en effet la présence dans le corpus de Maxime Planude, qui cita le début du Discours d’anniversaire en l’honneur d’Apellas (Or. 30) dans une scholie à l’Œdipe roi de Sophocle :

  • 29 Maxime Planude, Scholies à l’Œdipe roi de Sophocle, 246c.

Ἐπεύχομαι ἐπὶ εὐχῆς, ἀπεύχομαι δὲ τὸ ἀπαγορεύω. κατεύχομαι δὲ τὸ καταρῶμαι, ἔστι δ’ οὗ καὶ ἐπὶ καλοῦ καὶ εὐχῆς. Ἀριστείδης· ‘ὅσα δὴ γενεθλίοις θεοῖς κατηῦκται, « Epeuchomai se dit pour une prière, tandis que apeuchomai a le sens de apagoreuô (“je dissuade”). Kateuchomai a le sens de katarômai (“je maudis”), mais il se dit aussi en certaines circonstances pour une prière visant un bien. Aristide : “Toutes les prières qui ont été accomplies pour les dieux de la naissance…”29. »

  • 30 Pour la datation du manuscrit, cf. L. Quattrocelli, “Ricerche sulla tradizione manoscritta di Elio (...)

19Ce passage prouve que l’érudit byzantin connaissait Aristide, et il se révèle particulièrement important car il vient conforter une hypothèse formulée par L. Quattrocelli sur la datation d’un des principaux manuscrits d’Aristide, le Laurentianus 60, 8 (T). En s’appuyant sur l’étude de l’écriture et sur des considérations codicologiques, L. Quattrocelli a avancé l’idée que ce manuscrit, traditionnellement daté du xie siècle, devait plus probablement l’être du xiiie siècle, et pourrait avoir été confectionné dans le cercle de Maxime Planude30. En apportant la preuve que Planude connaissait Aristide, l’extrait cité accroît donc la plausibilité de ces démonstrations, et étaye la thèse de L. Quattrocelli par un argument d’ordre littéraire.

Les références à l’homme Aristide

20Au sein du vaste corpus réuni, se dégagent deux sous-ensembles distincts : les textes qui font référence à une œuvre, voire à un passage précis d’une œuvre aristidienne, et ceux qui évoquent l’auteur lui-même, mentionné pour diverses raisons (biographiques, chronologiques, illustration de pratiques sophistiques ou de traits stylistiques, etc.). Les extraits de ce type offrent matière à de nombreuses et riches investigations, et ils permettent notamment d’apprécier le jugement que la postérité a porté sur Aristide. L’examen de cette question, auquel nous choisissons de nous consacrer ici, fait apparaître que notre sophiste occupait une place éminente au sein du panthéon des auteurs anciens.

  • 31 Cf. par exemple Or. 48, 82 ; Or. 50, 95 et 102 ; Or. 51, 29.

21Qu’en est-il, en premier lieu, de la réception de l’œuvre aristidienne du vivant même de son auteur ? La réplique onirique citée en ouverture de cette contribution ne laisse pas de susciter des interrogations légitimes : si Aristide envisageait avec autant d’ardeur sa gloire posthume, était-ce qu’il n’obtenait pas de son vivant le succès escompté ? Ou bien était-ce au contraire l’ampleur de sa renommée qui l’avait conduit à nourrir de si hautes ambitions pour sa destinée future ? La lecture du corpus aristidien semblerait indiquer que la seconde hypothèse est la bonne : les notations fugitives contenues dans les discours conservés et certains épisodes narrés plus longuement dans les Discours sacrés donnent d’Aristide l’image d’un sophiste adulé, apprécié pour la qualité de son éloquence et le brio de ses prestations publiques31. Mais cette image, que l’on pourrait à la rigueur attribuer à l’excessive fatuité d’un personnage qui ne se distinguait pas par sa modestie, est-elle confirmée par les témoignages de ses contemporains ?

  • 32 Cf. Ælius Aristide, p. 450-451.
  • 33 Ibid., p. 450.
  • 34 La mention figure dans une partie du Commentaire au Timée de Platon, IV, qui ne nous a été transmis (...)
  • 35 Cf. Photios, Bibliothèque, 158 : Ἀριστείδου […] τότε ἀκμάζοντος.

22Les premières pages de la conclusion d’A. Boulanger visent à nuancer le témoignage apporté par Aristide lui-même sur la gloire qu’il recueillit de son vivant. Le savant remarque à juste titre que les témoignages contemporains sur le succès d’Aristide sont quasi inexistants, et il estime que l’éloquence érudite et ciselée du sophiste n’était pas susceptible de lui valoir un véritable succès populaire, seuls quelques rares auditeurs étant véritablement aptes à comprendre et à apprécier son atticisme strict et ses références culturelles32. Le savant se montre toutefois peut-être un peu trop sévère, allant jusqu’à écrire que « ses oreilles avaient la propriété d’amplifier les applaudissements33 ». Il est vrai que les mentions d’Aristide chez des contemporains sont peu nombreuses, mais il convient de ne pas minimiser la portée des quelques témoignages dont nous disposons. Lorsque Galien mentionne Aristide, c’est certes moins par intérêt pour ses prouesses oratoires que pour ses pathologies, mais il est dès lors d’autant plus significatif qu’il le désigne comme « un des orateurs les plus éminents34 », donnant ainsi l’impression de relayer une opinion, voire une appellation communément usitée à propos de notre sophiste. À la même époque, Phrynichos faisait un vif éloge d’Aristide dans le livre XI de sa Préparation sophistique, et le décrivait, selon Photios, comme un orateur « en plein succès35 ». C’est encore un témoignage indirect qui nous renseigne sur l’avis d’un autre contemporain. Le sophiste Damianos d’Éphèse constitue l’une des principales sources orales de Philostrate à propos d’Aristide ; or, dans la notice qu’il consacre au premier, l’auteur des Vies des Sophistes écrit :

  • 36 Vies des Sophistes II, 23, 605.

Ἀριστείδου γὰρ δὴ καὶ Ἀδριανοῦ κατειληφότοιν τοῦ μὲν τὴν Σμύρναν, τοῦ δὲ τὴν Ἔφεσον, ἠκροάσατο ἀμφοῖν ἐπὶ μυρίαις εἰπὼν πολλῷ ἥδιον ἐς τοιαῦτα δαπανᾶν παιδικὰ ἢ ἐς καλούς τε καὶ καλάς, ὥσπερ ἔνιοι. καὶ ὁπόσα ὑπὲρ τῶν ἀνδρῶν τούτων ἀναγέγραφα Δαμιανοῦ μαθὼν εἴρηκα εὖ τὰ ἀμφοῖν εἰδότος, « En effet, à l’époque où Aristide et Hadrien s’étaient emparés le premier de Smyrne, le second d’Éphèse, il [Damianos d’Éphèse] les écouta tous les deux, disant qu’il préférait de beaucoup dépenser dix mille drachmes pour de tels favoris, plutôt que pour de beaux garçons et de belles filles, comme faisaient quelques-uns. Et tout ce que j’ai enregistré à propos de ces hommes, je l’ai écrit après l’avoir appris de Damien, qui connaît bien ce qui touche aux deux personnages36. »

23La ferveur montrée par le jeune étudiant pourrait assurément lui être propre, et n’engage pas les sentiments d’un public nombreux, mais le choix du verbe καταλαμβάνειν au début de l’extrait indique assez clairement que le succès d’Aristide dépassait les cercles réduits d’amateurs très cultivés.

24Au regard de ces trois témoignages, peu nombreux mais sans équivoque, le jugement d’A. Boulanger apparaît quelque peu excessif, car ce qui est dit d’Aristide suggère une certaine notoriété et un certain renom, qui ne se limitaient pas, en tout cas, aux seuls cercles d’érudits.

  • 37 Sur la datation et l’histoire de la constitution des Lieux communs, qui s’échelonna probablement en (...)
  • 38 Cf. Photios, Bibliothèque, 167 (notice sur Jean Stobée) : Ῥήτορες δὲ καὶ ἱστοριογράφοι βασιλεῖς τε (...)

25De nombreux éléments révèlent la haute estime dans laquelle fut tenu Aristide au cours des siècles suivants. Il n’est qu’à relever en premier lieu son statut d’auteur classique, que nous avons entrepris de montrer plus haut. Mais Aristide n’était pas seulement lu dans les classes, et l’on peut voir un autre signe de sa gloire dans le fait que des passages de son œuvre ont été recopiés pour figurer dans des florilèges. De tels recueils, malheureusement, ont souvent été perdus, ou bien ne figurent dans les manuscrits médiévaux qu’à l’état fragmentaire. On relève néanmoins, dans les Lieux communs du Pseudo-Maxime le Confesseur, six citations d’Aristide, extraites de six discours différents, auxquelles il convient d’ajouter deux citations d’œuvres perdues37. Photios nous apprend également que Stobée avait relevé dans son Florilège des citations d’Aristide, quoique ces parties de son recueil ne nous soient pas parvenues38. Ceci confirme que notre sophiste figurait parmi les auteurs anciens dont on se souvenait au ve siècle, période pour laquelle nous ne possédons par ailleurs que peu de témoignages.

26Dans plusieurs textes du corpus, le nom d’Aristide figure aux côtés d’illustres auteurs du canon classique. Il est souvent cité comme modèle d’expression et de clarté, comme référence en matière de norme linguistique, aux côtés de Platon, de Thucydide, ou des deux, comme dans cette remarque de Michel Psellos :

  • 39 Michel Psellos, Theologica, 20, 79 Gautier.

Tὸ δὲ ‘διὰ τοῦτο’ ἐνταῦθα οὐκ αἰτιολογικῶς εἴρηται τῷ πατρί, ἀλλ’ οὔτε μὴν ἐκ περιττοῦ, ὡς ἂν εἴπῃ τις· ῥητορικώτερον δὲ εἴρηται, καὶ Ἀριστείδου καὶ Θουκυδίδου καὶ Πλάτωνος ταῖς τοιαύταις περιττότησι τῶν προθέσεων χαιρόντων ὡς μάλιστα, « L’expression “pour cela” (dia touto), ici, n’est pas prononcée par le père dans un sens causal, et cependant elle n’est pas non plus en excédent, comme on dit, mais elle est prononcée de façon plutôt rhétorique, étant donné qu’à la fois Aristide, Thucydide et Platon se plaisent au plus haut point à de tels excédents de prépositions39. »

27Un rapprochement significatif est en outre opéré entre Aristide et Démosthène, qui avaient en commun, selon les Anciens, certains procédés rhétoriques ou certaines figures de style. Dans sa Division des questions, Sopatros releva par exemple une « réflexion » commune aux deux orateurs :

  • 40 Sopatros, Division des questions (VIII, 346 Walz). Le passage fait référence au Pour les Quatre (Or (...)

Δημοσθενικῶς δὲ καὶ τοῦτο θεώρημα, ἤδη δὲ καὶ εἰ βούλει καὶ Ἀριστείδειον· ὁ μὲν γὰρ ἐν τοῖς περὶ Θηβαίων, ὁ δὲ ἐν τῷ περὶ τεσσάρων αὐτῷ κατεχρήσατο, διακόνους γεγενῆσθαι τοὺς ἄνδρας εἰπὼν εἰς τὰ καλὰ τοῖς κρείττοσι, « Cette réflexion est bien dans la manière de Démosthène, mais elle est désormais aussi, si tu veux, la manière d’Aristide ; ils y ont recouru, le premier dans les discours portant sur les affaires de Thèbes, le second dans le discours À propos des Quatre, disant que les hommes sont nés les serviteurs des êtres supérieurs pour ce qui est du beau40. »

28Dès le ive siècle, Aristide s’était donc hissé au niveau des fleurons de la littérature grecque antique. Une des expressions les plus significatives de l’appartenance de notre sophiste à un canon de référence est fournie par une épigramme attribuée à Thomas le Scolastique, qui fut composée après le vie siècle :

  • 41 Anthologie de Planude, 315.

Ῥητορικῆς φιλέω τρεῖς ἀστέρας, οὕνεκα μοῦνοι
πάντων ῥητήρων εἰσὶν ἀρειότεροι·
σεῖο πόνους φιλέω, Δημόσθενες· εἰμὶ δὲ λίην
καὶ φιλαριστείδης καὶ φιλοθουκυδίδης.
« J’aime trois étoiles de la rhétorique, pour la raison que, seuls
de tous les orateurs, ils sont suffisamment pugnaces ;
j’aime tes œuvres, Démosthène, et je suis extrêmement
amoureux et d’Aristide et de Thucydide41. »

29La répétition litanique du radical de φιλείν réunit les trois auteurs, Démosthène, Aristide et Thucydide, qui sont placés conjointement sur le même piédestal. Ainsi intercalé entre deux figures majeures de la littérature de l’époque classique, Aristide était donc appréhendé à part entière comme un des auteurs-phares du passé.

  • 42 Cf. Souda, H545 : […] Σύγχρονος δὲ ἦν Ἡρώδης Ἀριστείδῃ τῷ σοφιστῇ. (...)

30Étoile de la Seconde sophistique, Aristide devint même à lui seul un repère chronologique. Plusieurs notices de la Souda ne le mentionnent qu’afin de situer chronologiquement des auteurs comme Aspasios de Byblos, Nicostratos de Macédoine ou Pausanias de Césarée, autant de « contemporains » (σύγξρονος) de notre sophiste. Plus remarquable encore : Hérode Atticus lui-même, que les Vies des sophistes de Philostrate présentaient comme l’un des plus brillants sophistes de son époque, n’est plus dans la Souda qu’un « contemporain du sophiste Aristide42 », pâle satellite dont la clarté est voilée par celle de l’astre voisin. C’est dire la supériorité acquise à Byzance par Aristide sur tous les autres sophistes de son époque !

31Dernier indice de la place éminente reconnue à Aristide par la postérité : le sophiste est appréhendé, dans certains témoignages, comme un étalon de la valeur littéraire. Dès le iiie siècle, Longin considérait Aristide non comme un représentant, mais comme une incarnation de la rhétorique, en le comparant, là encore, à Démosthène :

  • 43 Longin, fr. 50, 5 Patillon-Brisson.

Ὅτι Δημοσθένης δεινότατος ὢν ἐν ταῖς ἀντιθέσεσιν οὐκ ἀεὶ τῇ τέχνῃ ἐμμένει, ἀλλ’ αὐτὸς γίνεται τέχνη πολλάκις. ὡσαύτως καὶ Ἀριστείδης, « Démosthène, qui est très habile, ne reste pas toujours dans les limites de l’art en matière d’antithèses, mais il devient souvent lui-même l’art. Il en va de même pour Aristide43. »

32La hauteur prise par le génie aristidien trouve sa plus claire expression dans un passage où Eunape écrit, à propos d’Himérios :

  • 44 Eunape, Vies des philosophes et des sophistes XIV, 2.

Εὔκολος δὲ ἀνὴρ εἰπεῖν καὶ συνηρμοσμένος· κρότον δὲ ἔχει καὶ ἦχον ἡ συνθήκη πολιτικόν· καί που σπάνιος καὶ παρὰ τὸν θεῖον Ἀριστείδην ἵσταται, « [Himérios] est un homme à l’expression aisée et harmonieuse. Sa composition oratoire a un son et une résonance politiques, et d’une certaine manière, en de rares occasions, il se tient au même niveau que le divin Aristide44. »

  • 45 Les deux auteurs sont notamment mentionnés côte à côte dans une épigramme qui ornait peut-être une (...)

33L’exploration synthétique des jugements portés par la postérité sur Aristide révèle que ce dernier fut très tôt un orateur reconnu, admiré, qu’il fut tenu dans les siècles suivant sa mort pour un parfait technicien de la rhétorique et un brillant auteur digne des grands modèles de la Grèce ancienne, et que cette gloire posthume connut une telle ampleur qu’il accéda au statut rare d’auteur « divin », devenant ainsi un parèdre d’Homère dans le panthéon littéraire de l’Antiquité tardive et de Byzance45.

La fortune variée des discours aristidiens

34Les textes du corpus qui se réfèrent précisément à une ou plusieurs œuvres d’Aristide permettent d’appréhender l’inégale fortune des discours de notre sophiste auprès de la postérité, et il serait intéressant de suivre chacun d’eux individuellement, à travers les mentions qui en furent faites. Mais les limites de cette étude nous engagent plus modestement à faire quelques remarques d’ensemble, susceptibles de donner un aperçu de l’intérêt de l’enquête pour l’édition et le commentaire critiques des œuvres conservées elles-mêmes.

35Toutes les œuvres qui composent le corpus aristidien tel qu’il se présente à nous aujourd’hui n’ont pas joui de la même faveur, ni suscité le même engouement. Au vu de nos textes, on peut définir trois catégories de discours, en fonction de la fréquence à laquelle ils sont mentionnés par les auteurs ultérieurs.

36Loin en tête du palmarès, viennent le Panathénaïque (Or. 1) et le Pour les Quatre (or. 3), qui sont mentionnés respectivement cent trente-quatre et cent dix fois dans les textes que nous avons collationnés. Sans doute n’est-ce pas un hasard si Sopatros consacra précisément à ces deux œuvres un cours détaillé dans son école : celles-ci semblent avoir fait office, très tôt, de figures de proue de la production aristidienne, et avoir été considérées comme les fleurons de son éloquence, devenant par là-même les emblèmes, voire la signature du sophiste. Pour preuve, alors même qu’il s’intéresse exclusivement, dans son propos, aux Discours platoniciens, Olympiodore écrit :

  • 46 Olympiodore, Commentaires au Gorgias de Platon, 36, 4.

Ὁ δὲ Ἀριστείδης ὁ ῥήτωρ, ὁ γράψας τὸν Παναθηναϊκόν, ἐν τῇ Ἐπιστολῇ τῇ πρὸς τὸν Καπίτωνα λέγει ὅτι … « L’orateur Aristide, l’auteur du Panathénaïque, dit dans sa Lettre à Capiton…46 »

37Ce discours était donc si célèbre qu’il participait à l’identification du personnage, et lui était devenu presque consubstantiel.

  • 47 Cf. Ménandros le rhéteur, Division des discours épidictiques, 360, 2-5 : Aristide a mis au compte d (...)
  • 48 Cf. Eustathe, Commentaires à l’Iliade d’Homère I, 272 : Aristide a rappelé que la guerre des Centau (...)
  • 49 Cf. Thomas Magistros, Ecloga vocum Atticarum, 43-44 Ritschl (à propos d’Or. 26, 58) ; ibid., 142 Ri (...)

38L’on peut établir ensuite une deuxième catégorie rassemblant quatorze discours, qui présentent les caractéristiques suivantes : non seulement ils semblent avoir été régulièrement lus, puisqu’ils totalisent chacun entre sept et vingt-huit références, mais surtout ils ont retenu l’attention à plusieurs titres, et ne furent pas systématiquement mentionnés pour la même raison. Appartiennent à cette catégorie, par ordre décroissant de fréquence : la Défense de la rhétorique (Or. 2), le Discours égyptien (Or. 36), Aux Rhodiens à propos de la concorde (Or. 24), le Panégyrique à Cyzique à propos du temple (Or. 27), le Discours sacré II (Or. 48), la Réponse à Capiton (Or. 4), le Contre les profanateurs (Or. 34), le Discours sacré IV (Or. 50), le Discours sacré V (Or. 51), le Discours sicilien I (Or. 5), la Monodie pour Smyrne (Or. 18), À propos de la concorde, aux cités (Or. 23), En l’honneur de Rome (Or. 26). De ce dernier discours, par exemple, les sources font diverses utilisations : il permet d’illustrer un topos encomiastique47, contient une référence mythographique48, fournit le support de commentaires grammaticaux et lexicologiques49, et donne enfin lieu à des discussions philologiques et littéraires, comme on le constate dans un passage particulièrement intéressant, qui donne à voir le type de lecture critique auquel se livraient les auteurs byzantins sur les textes anciens :

  • 50 Nicéphore Grégoras, Lettres 48 (p. 175-176, éd. Guilland).

Σὺ μὲν γὰρ τοὺς ἐς Ῥώμην Ἀριστείδου τοῦ ῥήτορος ἀναγινώσκων λόγους ‘ἔθος’ εἶναι φάσκοντος ‘τοῖς πλέουσι καὶ ὁδοιποροῦσιν εὐχὰς ποιεῖσθαι, καθ’ ὧν ἂν ἕκαστος ἐπινοῇ· ποιητὴς μὲν ἤδη τις εἶπε σκώψας εὔξασθαι κατὰ χρυσόκερω λιβανωτοῦ’, καὶ τὰ ἑξῆς, τέτταρα φῂς ταυτὶ διηπορηκέναι. τίς τε ὁ τῇ χρείᾳ παραληφθεὶς ποιητής, καὶ τίς καθ’ οὗ τὴν εὐχὴν γενέσθαι φησὶ ‘χρυσόκερω λιβανωτοῦ’, καὶ πῶς τῇ ‘κατὰ’ κέχρηται ὧδε προθέσει; καὶ τίς ἡ μεταξὺ παρενθήκη τοῦ σκώψας; « Tu as lu le discours En l’honneur de Rome de l’orateur Aristide, qui dit : “Les voyageurs qui se déplacent par la mer ou par la route ont l’habitude de faire des vœux, en promettant chacun ce qui lui vient à l’esprit ; un poète a dit par plaisanterie qu’on avait fait vœu d’offrir ‘de l’encens aux cornes dorées’ !”, etc. Ce passage comprend, dis-tu, quatre difficultés. Quel est le poète dont il est fait usage ? Qui est celui dont on dit que le vœu portait sur “de l’encens aux cornes dorées” ? Dans quel sens est employée ici la préposition kata ? Quel est le sens de skôpsas, qui est un ajout intermédiaire50 ? »

39Dans la suite de sa lettre, Nicéphore Grégoras se livre à une étude philologique minutieuse de la citation aristidienne, visant à répondre aux quatre questions initialement posées, et ainsi à établir le sens et la portée de l’extrait du discours En l’honneur de Rome.

40Une troisième et dernière catégorie réunit les autres œuvres aristidiennes, qui ne totalisent pas plus de six mentions, à l’exception de six discours, pour lesquels nous n’avons trouvé aucune référence dans la postérité : le second Discours smyrniote (Or. 21), le Discours funèbre en l’honneur d’Étéonée (Or. 31), le Panégyrique pour l’eau de Pergame (Or. 53), et les trois hymnes Athéna (Or. 37), Héraclès (Or. 40) et En l’honneur de Sarapis (Or. 45). Les œuvres qui ressortissent à cette troisième catégorie ne sont guère citées que dans des traités grammaticaux ou lexicologiques. Il est probable qu’elles étaient considérées comme des œuvres mineures de notre auteur, que seuls les grammairiens entreprenaient de lire, afin d’acquérir une connaissance intégrale d’un auteur réputé pour être un modèle d’atticisme. Ils ont de ce fait repéré dans ces discours des tours et des expressions qu’ils ont fait figurer dans leurs recueils.

  • 51 Il convient encore d’ajouter à la liste qui vient d’être dressée des mentions de groupements de dis (...)
  • 52 Les Or. 18, 23, 24, 26, 27 et 34.
  • 53 Nous les envisageons ici globalement, quoique les deuxième, quatrième et cinquième Discours sacrés (...)
  • 54 Seuls le Discours d’ambassade à Achille (Or. 16) et le premier Discours sicilien (Or. 5) sont menti (...)

41La répartition des discours d’Aristide en trois catégories51 révèle que sa célébrité dans l’Antiquité tardive et pendant le Moyen Âge byzantin reposait principalement sur le Panathénaïque, sur ses grands discours épidictiques et moraux52, mais aussi, et ce dans une mesure non négligeable, sur ses œuvres que l’on pourrait qualifier d’anomales, en ce sens qu’elles échappent aux classifications traditionnelles et ne correspondent pas à un genre rhétorique défini ; c’est le cas des Discours platoniciens, en premier lieu du Pour les Quatre, ainsi que du Discours égyptien et des Discours sacrés (Or. 47-52)53. Les déclamations, en revanche, ne faisaient pas partie des œuvres qui assuraient à Aristide son renom54, pas plus que les hymnes en prose.

42Le corpus sur lequel se fonde notre étude apporte également des éléments nouveaux et intéressants sur l’histoire individuelle de certaines pièces de l’œuvre aristidien. Deux exemples seront ici relevés et commentés.

  • 55 Pour une synthèse sur les débats relatifs à ce discours et les preuves de son inauthenticité, cf. e (...)
  • 56 Pour la date, cf. supra (n. 37).

43Le discours En l’honneur de l’empereur (Or. 35), qui est transmis dans les manuscrits médiévaux sous le nom d’Aristide, et a été accepté comme tel durant plusieurs siècles, est aujourd’hui considéré comme inauthentique. Les arguments en faveur de l’athétèse, suggérée en premier lieu par B. Keil, paraissent solides, et les débats portent davantage aujourd’hui sur l’identification de l’auteur et de la date de composition de ce discours55. Quoi qu’il en soit de ces questions, l’étude du Nachleben d’Aristide révèle que son attribution à notre sophiste est ancienne. Trois extraits de notre corpus font référence à ce discours, qu’ils présentent comme une œuvre d’Aristide, sans exprimer ni rapporter le moindre doute à ce sujet. La plus ancienne attestation consiste en une citation littérale relevée par l’auteur des Lieux communs, c’est-à-dire à une date antérieure au plus ancien manuscrit conservé d’Aristide56 :

  • 57 Pseudo-Maxime le Confesseur, Lieux communs, 2.33./34. (éd. S. Ihm, p. 50). La citation provient du (...)

Ἀριστείδου. Tὸ μὲν νικᾶν ἐν ταῖς μάχαις καὶ τοῖς φαύλοις πολλάκις περιγίγνεται, φρονήσει δὲ καὶ σοφίᾳ κρατεῖν δύνασθαι μόνων ἐστὶ τῶν εἰδότων βουλεύεσθαι, « D’Aristide. “La victoire dans les batailles, souvent, revient même aux médiocres, tandis que la capacité de dominer par l’intelligence et la sagesse appartient à ceux-là seuls qui savent délibérer57.” »

  • 58 Pour les autres références à ce discours comme étant d’Aristide, cf. Thomas Magistros, Ecloga vocum (...)

44Dès cette époque, le discours apocryphe était donc intégré au corpus aristidien en circulation58.

45Deux discours d’Aristide nous sont parvenus mutilés : le Discours sacré VI (Or. 52) et le Panégyrique pour l’eau de Pergame (Or. 53). De ce dernier discours, comme cela a été précisé plus haut, nous n’avons trouvé aucune trace dans la postérité. Quant au dernier Discours sacré, il est mentionné à deux reprises, au xive siècle, par l’auteur du commentaire aux Harmoniques de Ptolémée, et ce dans un objectif bien précis : il s’agissait d’énumérer des œuvres qui sont restées inachevées du fait de la mort de leur auteur. Ainsi lit-on dès la préface :

  • 59 Nicéphore Grégoras (?), Préface aux Harmoniques de Ptolémée. Cette œuvre exégétique, transmise par (...)

Ταὐτὸν δέ τι συνέβη καὶ Πτολεμαίῳ ἐνταῦθα περὶ τὸ τῆς ἁρμονικῆς τελευταῖον βιβλίον, ὁποῖον πάλαι Σόλωνι καὶ Πλάτωνι καὶ Ἀριστείδῃ τῷ ῥήτορι καὶ πρός γε ἔτι τῷ μεγάλῳ Βασιλείῳ. Τοῦ γὰρ Σόλωνος τὴν Ἀτλαντικὴν ὑπόθεσιν ἀτελῆ καταλιπόντος ὁ Πλάτων ἐξεργάσασθαι καὶ διακοσμῆσαι φιλοτιμούμενος πρόθυρα μὲν καὶ αὐλὰς μεγάλας τῇ ἀρχῇ περιέθηκεν. Ὀψὲ δ’ ἀρξάμενος ὁμοίως τῷ Σόλωνι καὶ αὐτὸς προκατέλυε τοῦ ἔργου τὸν βίον. Ἀριστείδης δὲ τὸν τελευταῖον τῶν ἱερῶν αὑτοῦ λόγων καὶ αὐτὸς ἡμιτελῆ κατέλιπε τελευτήσας, « Il arriva alors à Ptolémée, concernant le dernier livre de son Harmonique, la même chose qu’autrefois à Solon, à Platon, à l’orateur Aristide, et encore en sus à Basile le Grand. En effet, comme Solon avait laissé inachevé son ouvrage sur l’Atlantide, Platon, qui nourrissait l’ambition de le terminer et de le mettre en ordre, disposa pour le commencement un vestibule et de grandes cours, mais comme il avait commencé trop tard, ainsi qu’il était arrivé à Solon, lui aussi termina sa vie avant son œuvre. Quant à Aristide, lui aussi mourut en laissant incomplet le dernier de ses Discours sacrés59. »

  • 60 Seuls les trois premiers paragraphes du Discours sacré VI ont en effet été conservés.
  • 61 Quoiqu’il rejetât cette explication à propos de l’Or. 52 (cf. Ælius Aristides, p. 91, n. 1), Ch.A.  (...)

46Bien que les témoignages antérieurs fassent défaut, il est probable que l’auteur de ces lignes se faisait l’écho d’une tradition plus ancienne, laquelle tendait à fournir une explication à la survivance d’un discours aussi mutilé60. Notons que l’explication avancée est certainement fallacieuse, et ce type de mutilation fait davantage songer à un accident matériel survenu sur un livre, à un certain moment de la transmission : le discours s’arrête en effet brusquement au milieu d’une phrase61. Ce qui paraît intéressant ici, c’est de remarquer d’une part que l’on a essayé, à date ancienne, de rendre compte de façon cohérente et rationnelle de l’aspect du corpus aristidien, et d’autre part que cette entreprise a vraisemblablement trouvé un matériau dans une autre tradition qui circulait à propos d’Aristide : sa maladie, qui était perçue comme une caractéristique biographique essentielle. Les œuvres aristidiennes conservées contiennent maintes allusions, plus ou moins développées, à l’état de santé fragile de l’auteur, et les trois premiers Discours sacrés consistent même en une énumération des innombrables maux dont le sophiste fut affligé durant sa vie, ainsi que des cures et des remèdes auxquels il se soumit pour en être délivré. De ce fait, la postérité retint comme un élément important de la vie et de la personnalité d’Aristide cette maladie que le sophiste s’efforça de présenter lui-même comme un signe de son destin hors norme et de la faveur divine. Outre le témoignage contemporain de Galien rapporté plus haut, il convient de noter que les deux principaux biographes d’Aristide, Philostrate et Sopatros, mentionnent sa maladie dès le début de leurs études respectives, comme si cette donnée fournissait une clé de lecture de son œuvre et un élément de compréhension du personnage :

  • 62 Philostrate, Vies des sophistes II, 9, 581. – Concernant le tremblement nerveux, Philostrate a mani (...)

Νοσώδης δὲ ἐκ μειρακίου γενόμενος οὐκ ἠμέλησε τοῦ πονεῖν. Tὴν μὲν οὖν ἰδέαν τῆς νόσου καὶ ὅτι τὰ νεῦρα αὐτῷ ἐπεφρίκει, ἐν Ἱεροῖς βιβλίοις αὐτὸς φράζει, […], « Malgré l’état maladif qui l’affecta à partir de son adolescence, il ne négligea pas le travail. La forme de sa maladie et le fait que “ses nerfs étaient pris de frémissements”, lui-même l’indique dans les Livres sacrés62. »

  • 63 Sopatros, Prolégomènes à Aristide, traité B, 5.

Oὗτος δὲ ὁ Ἀριστείδης νέος ὢν πικροτάτην λέγεται νενοσηκέναι νόσον· ἐπιληπτικὸν γὰρ αὐτὸν λέγουσι γεγονέναι, καὶ τὸ τῶν λόγων αὐτοῦ διὰ τοῦτο ἠργηκέναι ἐπί τινα χρόνον, εἶτα ἀπελθὼν ἐν Περγάμῳ,ὡς δὴ τοῦ Ἀσκληπιοῦ πολὺ ἐκεῖσε φοιτῶντος, καὶ παρᾰ μείνας χρόνον ἔτυχεν ἰάσεως, « Notre Aristide contracta, dit-on, dans sa jeunesse, une maladie très dure : on dit en effet qu’il était devenu épileptique, et que c’est pour cette raison qu’il resta quelque temps sans travailler ses discours ; puis, s’étant installé à Pergame du fait qu’Asclépios y rendait force visites, et y étant resté pendant un temps, il obtint la guérison63. »

47Il est donc intéressant de constater qu’une tradition touchant à la biographie du sophiste a pu être utilisée et recevoir des prolongements dans les interrogations relatives aux aspects codicologiques ou ecdotiques de son œuvre.

*

  • 64 À notre connaissance, dans le concert général de louanges, seuls font exception certains philosophe (...)

48Sur plusieurs points, la présente enquête a montré que l’étude du Nachleben d’Aristide et de son œuvre était susceptible d’apporter des nouveautés, et d’enrichir les travaux en cours sur ce sophiste. Ainsi a-t-elle mis en évidence la multiplicité des facettes d’Aristide qui retinrent l’attention de la postérité, et qui expliquent que son œuvre ait été lue et connue, ne fût-ce que partiellement, aussi bien par des orateurs et des rhéteurs que par des philosophes, des lexicographes ou encore des compilateurs de florilèges. Les mentions d’Aristide faites par la postérité révèlent en outre que le sophiste jouissait d’une solide réputation, et figurait en bonne place parmi les auteurs anciens qui servaient de référence ; cette gloire quasi unanime ne se démentit pas pendant près de quatorze siècles64. L’exploration du corpus de références préalablement collationné a enfin mis au jour certains éléments qui se révèlent d’un grand intérêt pour l’édition et l’analyse des œuvres complètes du sophiste : elle a fourni la preuve que Maxime Planude, dont jusqu’ici nous ne faisions que soupçonner qu’il avait pu jouer un rôle dans la transmission du corpus aristidien, avait bel et bien une connaissance directe des œuvres du sophiste smyrniote. Par ailleurs, il s’est avéré possible de dresser un palmarès des œuvres d’Aristide, en fonction de leur notoriété auprès des générations ultérieures, et plusieurs extraits apparaissent particulièrement précieux pour l’histoire individuelle et le commentaire de certains discours conservés.

49En présentant quelques-uns des résultats auxquels aboutit une enquête sur le Nachleben d’Aristide, nous avons avant tout cherché à poser les jalons d’une étude méthodique et exhaustive portant sur la réception d’Aristide dans l’Antiquité tardive et à Byzance, et nous avons envisagé la présente contribution comme un laboratoire destiné à ouvrir des pistes d’investigation et de réflexion. Forte de ces prémices encourageantes, une étude future plus complète du Nachleben d’Aristide devrait permettre d’approfondir notre connaissance de l’auteur et de l’histoire de son œuvre, et elle devrait contribuer en même temps aux recherches sur la culture et la transmission des textes à l’époque médiévale.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Aristide, Discours sacré V (Or. 51), 52 : ὅτι νὴ Δί’, ἔφην ἐγὼ, σπουδαιότερόν μοί ἐστιν ἐπελθεῖν τινα τῶν γεγραμμένων· δεῖ γάρ με καὶ τοῖς ὕστερον ἀνθρώποις διαλέγεσθαι.

2 Pour une revue complète des éditions et traductions anciennes d’Aristide, on se reportera à la liste dressée par B. Keil, Aelii Aristidis Smyrnaei quae supersunt omnia, vol. II (Or. 17-53), Berlin, 1898, p. xxxi-xxxviii.

3 On signalera en particulier qu’une édition des œuvres complètes d’Aristide est en cours de préparation dans la Collection des Universités de France, sous la responsabilité de L. Pernot. Les onze volumes prévus feront sans nul doute date dans l’histoire des études aristidiennes, car il s’agira de la première traduction française intégrale, et les notes et commentaires qui l’accompagneront feront la synthèse des travaux antérieurs sur Aristide.

4 Cf. A. Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au iie siècle de notre ère (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 126), Paris, 1923, p. 450-458 ; F.W. Lenz, “The Quotations from Aelius Aristides in Olympiodorus’ Commentary on Plato’s Gorgias”, American Journal of Philology 67 (1946), p. 103-128 (= Aristeidesstudien, Berlin, 1964, p. 147-166 : ch. V, “Die Aristeideszitate in Olympiodors Kommentar zu Platons Gorgias”) ; id., Aristeidesstudien, p. 167-197 : ch. VI, “Die indirekte Überlieferung der Reden des Aristeides in der Bibliothek von Photios” ; Ch.A. Behr, “Citations of Porphyry’s Against Aristides preserved in Olympiodorus”, American Journal of Philology 89 (1968), p. 186-199 ; J. Bompaire, “Photius et la seconde Sophistique d’après la Bibliothèque”, Travaux et Mémoires du Centre de recherches d’histoire et civilisation de Byzance 8 (1981), p. 79-86 ; L. Pernot, “Platon contre Platon : le problème de la rhétorique dans les Discours platoniciens d’ælius Aristide”, in M. Dixsaut (éd.), Contre Platon I : Le platonisme dévoilé, Paris, 1993, p. 336-338 ; id., “Mimêsis, rhétorique et politique dans l’essai de Théodore Métochite Sur Démosthène et Aelius Aristide”, in A. Garzya (éd.), Spirito e forme nella letteratura bizantina (Quaderni dell’Accademia Pontaniana, 47), Naples, 2006, p. 107-120 ; id., L’ombre du tigre, Naples, 2006, p. 129-175.

5 Ce corpus a été présenté in extenso dans la seconde annexe de notre thèse de doctorat consacrée aux œuvres perdues du sophiste Aristide. Les extraits y étaient accompagnés d’une traduction française, qui était nôtre dans la plupart des cas, et d’éléments de commentaire.

6 Ont donc été écartées les reprises d’une formule ou d’un tour aristidien, qui n’étaient pas accompagnées d’une référence nominale à notre auteur, car dans ces cas, il est difficile de savoir si l’auteur sait qu’il cite Aristide, ou s’il pense plutôt utiliser un tour devenu proverbial. La prudence invite donc à ne pas relever ces extraits comme des témoignages de la connaissance d’Aristide. – D’autres textes ont été exclus de notre relevé, pour d’autres raisons : il s’agit des pastiches et des imitations d’Aristide. Ces formes d’intertextualité sont difficiles à repérer, dans la mesure où elles nécessitent une lecture très attentive et une connaissance approfondie du style de chaque auteur, pour permettre d’identifier les écarts par rapport à la norme habituelle de son écriture et l’imitation d’un modèle qui demeure anonyme. Quoique certains passages ou certains discours entiers d’Aristide aient pu servir de modèle sous-jacent à des productions littéraires ultérieures, il a semblé préférable de ne pas s’engager ici sur un terrain aussi délicat, afin de ne pas brouiller les objectifs de l’enquête.

7 Nous projetons de reprendre le travail effectué à l’occasion de notre thèse, et d’enrichir aussi bien le corpus que le matériel de commentaire en vue d’une publication ultérieure.

8 Cf. Pseudo-Aristide, Art rhétorique I, 141-143 ; 144, 3-9 ; 174, 1-6 ; 175-181. – Hermogène, Sur les formes du discours I, 6 ; II, 7 ; Progymnasmata, 9.

9 Ménandros connaissait plus de discours d’Aristide que nous n’en connaissons, car trois de ces quatorze mentions font référence à des œuvres aujourd’hui perdues : le rhéteur évoque ainsi un Discours insulaire (345, 17-19), une série de trois discours funèbres (418, 6 - 419, 1), et deux hymnes en prose, intitulés Asclépios et Hygie (343, 27 - 344, 4).

10 Cf. Progymnasmata, 34 et 57 Felten.

11 Cf. Sur les quatre parties d’un discours complet, in Chr. Walz (éd.), Rhetores graeci, vol. III, p. 572 et 573. – D’après une étude philologique récente conduite par Th. M. Conley, “Rummaging in Walz’s Attic : Two Anonymous Opuscula in Rhetores Graeci”, Greek, Roman and Byzantine Studies 46 (2006), p. 101-122, ce traité aurait été rédigé à Constantinople durant la Renaissance des Paléologues, entre la fin du xiiie siècle et les années 1320.

12 L’édition critique la plus récente et la plus claire de cet ensemble composite que sont les Prolégomènes à Aristide a été procurée par F.W. Lenz, The Aristides Prolegomena (Mnemosyne. Bibliotheca Classica Batava, suppl. 5), Leyde, 1959.

13 Cf. Souda, M1009 : Μητροφάνης, Εὐκαρπίας τῆς Φρυγίας, σοφιστής. ἔγραψε περὶ τῆς Φρυγίας αὐτῆς βιβλία βʹ, Περὶ ἰδεῶν λόγου, Περὶ στάσεων, εἰς τὴν Ἑρμογένους τέχνην ὑπόμνημα, εἰς Ἀριστείδην ὑπόμνημα.

14 Pour l’édition de référence, cf. M. Gigante (éd.), Teodoro Metochites. Saggio critico su Demostene e Aristide, Milan, 1969. Sur ce traité difficile, cf. également l’étude de L. Pernot, “Mimêsis, rhétorique et politique”, dont l’essentiel a été repris sous une forme légèrement modifiée dans L’ombre du tigre, p. 100-115.

15 Cf. par exemple Lettres, 1262, 1.

16 Libanios, Réponse à Aristide pour la défense des danseurs (Or. 64), 4.

17 Cf. Lettres, 1534, 1 : Ἔχω τὸν Ἀριστείδην, πρᾶγμα πάλαι ποθούμενον, καὶ σοὶ χάριν ἔχω μικροῦ τοσαύτην, ὅσηνπερ ἄν, εἰ αὐτὸν ἡμῖν ἀναστήσας τὸν ἄνδρα ἐπεπόμφεις.. – La suite de la lettre évoque à nouveau cette γραφή, dans laquelle les commentateurs modernes voient le plus souvent un portrait peint, mais il n’est pas exclu qu’il se soit agi d’un buste sculpté, ainsi que le pensait O. Seeck, Die Briefe des Libanius, Leipzig, 1906, p. 188.

18 Cf. Lettres, 965, 4 : Πῶς οὖν ἡμῖν ὁ Ἀριστείδης Ἀσκληπιὸς οὐχὶ καὶ τούτων ἐκόμιζε μέλλων γε δώρων τὰ μέγιστα κομιεῖν; Ἔστι μὲν γὰρ καὶ αὐτὸς δῶρον ἡδυεπής τις ὢν οὐχ ἧττον ἢ ὁ Νέστωρ, μᾶλλον δ’ ἂν ἀμφοτέροις εὔφρανε.

19 Par un hasard de la transmission, l’essentiel des citations, paraphrases ou références explicites à un passage aristidien précis concerne des œuvres aujourd’hui perdues.

20 Hymne en prose : Or. 5 ; monodies : or. 17, 60 et 61 ; discours polémiques et apologétiques : Or. 2, 4 et 62.

21 Cf. Or. 64, 5. – Sur la manière dont Aristide articule respect et critique de Platon, et sur la légitimité qu’il donne à son entreprise, cf. en particulier Or. 2, 1 et 6-12 ; Or. 4, 8.

22 Cf. Dion 3, 6 : Ἀριστείδην τε ὁ πρὸς Πλάτωνα λόγος ὑπὲρ τῶν τεσσάρων πολὺν ἐκήρυξεν ἐν τοῖς Ἕλλησιν, « Quant à Aristide, ce fut son discours Contre Platon pour les Quatre qui donna le signal de sa gloire en Grèce » (trad. N. Aujoulat, in J. Lamoureux, N. Aujoulat [éd.], Synésios de Cyrène, t. IV [CUF], Paris, 2004, p. 149).

23 L’article 2098 de la Souda mentionne, parmi les œuvres de Porphyre, « une Réponse à Aristide en sept livres » ([…]Πρὸς Ἀριστείδην ζ’) ; pour les hypothèses concernant le contenu de cet ouvrage, cf. en dernier lieu L. Pernot, L’ombre du tigre, p. 307-309 (Appendice “Le Contre Aristide de Porphyre”).

24 Cf. Georges le Syncelle, Ecloga Chronographica, p. 312 Mosshammer : Πρὸς ταῦτα, φασὶν οἱ Πλατωνικοὶ Πλάτωνος ὑπεραπολογούμενοι τοῦ διδασκάλου ἐν τοῖς κατὰ τοῦ Ἀριστείδου, …, « Face à cela, disent les platoniciens qui prennent la défense de leur maître Platon dans les Contre Aristide… » Le pluriel ἐν τοῖς κατὰ τοῦ Ἀριστείδου est susceptible de deux interprétations : soit Georges le Syncelle avait à l’esprit plusieurs réfutations indépendantes, soit il se référait à une seule et même réfutation en plusieurs livres. Le pluriel οἱ Πλατωνικοὶ rend toutefois à nos yeux la première conjecture plus plausible.

25 Olympiodore, Commentaire à l’Alcibiade de Platon, 2, 94-97 Westerink. La présence de l’expression proverbiale de la “table sicilienne”, évoquant la gloutonnerie, invite à rapprocher ce passage du § 36 du Pour les Quatre, dans lequel le sophiste l’employait également. La remarque du philosophe repose toutefois sur une mauvaise lecture du texte aristidien, car il n’était pas question dans cette section de Platon, mais de Périclès, défendu contre Platon.

26 Cf. Pour les Quatre, 73 et 618-620.

27 Michel Psellos, Theologica, 2, 98 Westerink.

28 Longin, fr. 50, 12 Patillon-Brisson.

29 Maxime Planude, Scholies à l’Œdipe roi de Sophocle, 246c.

30 Pour la datation du manuscrit, cf. L. Quattrocelli, “Ricerche sulla tradizione manoscritta di Elio Aristide. Per la nuova datazione del Laur. 60, 8”, Scriptorium 60/2 (2006), p. 206-226 ; sur l’attribution au cercle de Maxime Planude, cf. du même auteur l’article à paraître dans la Revue des Études Grecques, suite à une communication devant l’Association des Études Grecques, en février 2007.

31 Cf. par exemple Or. 48, 82 ; Or. 50, 95 et 102 ; Or. 51, 29.

32 Cf. Ælius Aristide, p. 450-451.

33 Ibid., p. 450.

34 La mention figure dans une partie du Commentaire au Timée de Platon, IV, qui ne nous a été transmise que par le biais d’une traduction arabe. On en trouvera le texte dans H.O. Schröder, éd., In Platonis Timaeum commentarii fragmenta (Coll. Teubner : Corpus Mediocorum Graecorum supplementum, 1), Leipzig-Berlin, 1934, p. 99 (p. 89-99 : Appendix Arabica, éd. P. Kahle). La traduction française à laquelle nous nous référons pour l’extrait qui nous intéresse est imprimée dans D. Gourévitch, Le triangle hippocratique, Rome-Paris, 1984, p. 20 : « J’ai vu bien des gens dont le corps était naturellement fort, mais l’âme faible, sans énergie, bonne à rien. Leur maladie est ainsi née d’une espèce d’assoupissement, de stupeur, d’épuisement nerveux, d’un état analogue à l’épilepsie. Quant à ceux dont l’âme est naturellement forte et le corps faible, je n’en ai vu que bien peu, parmi lesquels Aristide qui habitait en Mysie. Il était au nombre des orateurs les plus éminents. C’est ainsi que, au cours de l’activité qu’il déploya toute sa vie à enseigner et à faire des discours, son corps tout entier fut rongé par la phtisie. »

35 Cf. Photios, Bibliothèque, 158 : Ἀριστείδου […] τότε ἀκμάζοντος.

36 Vies des Sophistes II, 23, 605.

37 Sur la datation et l’histoire de la constitution des Lieux communs, qui s’échelonna probablement entre le viie et le xe siècle, cf. S. Ihm, éd., Ps.-Maximus Confessor. Erste kritische Edition einer Redaktion des sacro-profanen Florilegiums Loci communes (Palingenesia, 73), Stuttgart, 2001, p. xxii-xxix. – Nous reviendrons sur l’une de ces citations infra.

38 Cf. Photios, Bibliothèque, 167 (notice sur Jean Stobée) : Ῥήτορες δὲ καὶ ἱστοριογράφοι βασιλεῖς τε καὶ σταρτηγοί (καὶ γὰρ καὶ ἐκ τούτων μαρτυρίας συνήθροισεν) οἵδε, Ἀριστείδης, Ἀριστοκλῆς, Αἰλιανός …

39 Michel Psellos, Theologica, 20, 79 Gautier.

40 Sopatros, Division des questions (VIII, 346 Walz). Le passage fait référence au Pour les Quatre (Or. 3), 265.

41 Anthologie de Planude, 315.

42 Cf. Souda, H545 : […] Σύγχρονος δὲ ἦν Ἡρώδης Ἀριστείδῃ τῷ σοφιστῇ.

43 Longin, fr. 50, 5 Patillon-Brisson.

44 Eunape, Vies des philosophes et des sophistes XIV, 2.

45 Les deux auteurs sont notamment mentionnés côte à côte dans une épigramme qui ornait peut-être une statue d’Aristide, et dans laquelle les cités d’Ionie déclarent : […] Σμύρνη τέκε θεῖον Ὅμηρον / ἡ καὶ Ἀριστεὶδην ῥήτορα γειναμένη, « C’est Smyrne qui a enfanté le divin Homère, elle qui a aussi engendré l’orateur Aristide. » (Anthologie de Planude, 320)

46 Olympiodore, Commentaires au Gorgias de Platon, 36, 4.

47 Cf. Ménandros le rhéteur, Division des discours épidictiques, 360, 2-5 : Aristide a mis au compte des mérites de Rome celui d’avoir réuni, dans la constitution du principat, les plus beaux éléments de toutes les constitutions théorisées dans l’Antiquité (Or. 26, 90).

48 Cf. Eustathe, Commentaires à l’Iliade d’Homère I, 272 : Aristide a rappelé que la guerre des Centaures tirait son origine de la colère d’Arès, irrité de n’avoir pas été convié à un banquet de mariage (Or. 26, 105).

49 Cf. Thomas Magistros, Ecloga vocum Atticarum, 43-44 Ritschl (à propos d’Or. 26, 58) ; ibid., 142 Ritschl (à propos d’Or. 26, 1) ; ibid., 243 Ritschl (à propos d’Or. 26, 65).

50 Nicéphore Grégoras, Lettres 48 (p. 175-176, éd. Guilland).

51 Il convient encore d’ajouter à la liste qui vient d’être dressée des mentions de groupements de discours, envisagés globalement : les Discours platoniciens (deux références), les Discours siciliens (une référence), les Discours leuctriens (une référence) et les Discours sacrés (deux références).

52 Les Or. 18, 23, 24, 26, 27 et 34.

53 Nous les envisageons ici globalement, quoique les deuxième, quatrième et cinquième Discours sacrés soient bien plus souvent mentionnés que les autres.

54 Seuls le Discours d’ambassade à Achille (Or. 16) et le premier Discours sicilien (Or. 5) sont mentionnés plus de cinq fois chacun.

55 Pour une synthèse sur les débats relatifs à ce discours et les preuves de son inauthenticité, cf. en dernier lieu l’appendice II de L. Pernot, Éloges grecs de Rome, Paris, 1997, intitulée “Le discours En l’honneur de l’empereur : inauthenticité, contexte historique, identité de l’empereur” (p. 171-183).

56 Pour la date, cf. supra (n. 37).

57 Pseudo-Maxime le Confesseur, Lieux communs, 2.33./34. (éd. S. Ihm, p. 50). La citation provient du § 33 du discours En l’honneur de l’empereur ; la traduction est celle de L. Pernot, Éloges grecs de Rome, p. 158.

58 Pour les autres références à ce discours comme étant d’Aristide, cf. Thomas Magistros, Ecloga vocum Atticarum, p. 75 et 154-155 Ritschl (respectivement à propos des §§ 7 et 10 de l’Or. 35).

59 Nicéphore Grégoras (?), Préface aux Harmoniques de Ptolémée. Cette œuvre exégétique, transmise par le codex Coislin. clxxii, a été partiellement imprimée dans F. Boll, “Studien über Claudius Ptolemäus. Ein Beitrag zur Geschichte der griechischen Philosophie und Astrologie”, Jahrbücher für classische Philologie suppl. 21 (1894), p. 55. La scholie aux Harmoniques, III, 14, contient la même anecdote, mais elle apporte une précision supplémentaire : Aristide serait mort « emporté par une maladie inattendue » (νόσῳ χρησάμενος ἀπροσδοκήτῳ).

60 Seuls les trois premiers paragraphes du Discours sacré VI ont en effet été conservés.

61 Quoiqu’il rejetât cette explication à propos de l’Or. 52 (cf. Ælius Aristides, p. 91, n. 1), Ch.A. Behr formula une hypothèse semblable pour expliquer la mutilation du Panégyrique pour l’eau de Pergame (cf. ibid., p. 114), mais il y renonça par la suite (cf. The Complete Works translated into English, vol. II, Leyde, p. 445, n. 1 [notes to LII et notes to LIII]).

62 Philostrate, Vies des sophistes II, 9, 581. – Concernant le tremblement nerveux, Philostrate a manifestement en tête un passage précis du Discours sacré II (Or. 48), 6, dans lequel on retrouve la formule τὰ νευρα ἐπεφρίκει  ; il s’agit donc d’une citation littérale, non signalée comme telle, c’est pourquoi nous avons pris le parti d’ajouter des guillemets dans la traduction.

63 Sopatros, Prolégomènes à Aristide, traité B, 5.

64 À notre connaissance, dans le concert général de louanges, seuls font exception certains philosophes ou érudits chrétiens, trop éloignés d’Aristide d’un point de vue idéologique pour pouvoir lui vouer une totale dévotion. De telles réserves devront être analysées avec précision dans des recherches ultérieures.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Fabrice Robert, « Enquête sur la présence d’Ælius Aristide et de son œuvre dans la littérature grecque du IIe au XVe siècle de notre ère », Anabases, 10 | 2009, 141-160.

Online-Version

Fabrice Robert, « Enquête sur la présence d’Ælius Aristide et de son œuvre dans la littérature grecque du IIe au XVe siècle de notre ère », Anabases [Online], 10 | 2009, Online erschienen am: 01 Oktober 2012, besucht am 16 April 2014. URL : http://anabases.revues.org/659

Seitenanfang

Autor

Fabrice Robert

Docteur en sciences de l’Antiquité
fabrice.robert3@wanadoo.fr

Seitenanfang

Urheberrechte

© Anabases

Seitenanfang