Navigation – Plan du site
Tradition du patrimoine antique

La réception de l’Antiquité grecque dans le roman policier néo-hellénique, de YannisMaris à PétrosMarkaris

Loïc Marcou
p. 95-107

Résumés

Au pays de naissance d’Œdipe Roi, les auteurs de romans policiers grecs d’après-guerre (années 50 et 60) comme ceux de l’actuelle génération (années 90 et 2000) pouvaient-ils faire l’économie de références à l’héritage antique  ? Le présent article se propose d’étudier la réception, voire l’exploitation, de l’Antiquité dans un genre populaire qui a gagné en littérarité au cours de son histoire dans les lettres néo-helléniques. On tentera de montrer que si l’Antiquité alimente un motif paralittéraire – celui de la chasse aux voleurs d’antiquités – dans la première production policière grecque, elle fait figure de référent culturel et d’hypotexte incontournable dans l’actuelle floraison. La multiplication des références savantes à l’Antiquité ne serait-elle pas, dès lors, la marque constitutive de l’hellénisation du genre policier en Grèce et, in fine, le signe de sa littérarisation  ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2020.

Plan

Le trafic d’antiquités, un leitmotiv dans l’ancienne production policière grecque
De l’antiquité à l’Antiquité  : le roman policier grec, un genre en voie de littérarisation

Aperçu du texte

«  Au long de l’histoire du genre [du roman policier], une référence mythique revient, toujours prête à surgir de derrière les intrigues qu’inspire la civilisation moderne. On n’étonnera pas en disant qu’il s’agit de la légende œdipienne. D’abord, c’est sans doute parce qu’elle est par excellence le grand Mythe […]. Mais ensuite, comme on l’a noté maintes fois, c’est que le roi de Thèbes est, dans l’ordre des littératures, le premier enquêteur, le premier résolveur d’énigmes, et combien talentueux et pathétique. Il ne s’agit pas de dire cependant que la tragédie de Sophocle, Œdipe Roi, est le premier des romans policiers. Redoutons ces anachronismes qui mélangent et les temps et les genres. Il reste qu’une parenté structurale existe et qu’elle s’exprime dans de sensibles et curieuses reprises, toutes partielles qu’elles soient.  »

(Jacques Dubois, Le Roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, «  Le texte à l’œuvre  », 1992, p. 206-207).

Contrairement à ses homologues occidentaux (...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Marcou, « La réception de l’Antiquité grecque dans le roman policier néo-hellénique, de YannisMaris à PétrosMarkaris », Anabases, 25 | 2017, 95-107.

Référence électronique

Loïc Marcou, « La réception de l’Antiquité grecque dans le roman policier néo-hellénique, de YannisMaris à PétrosMarkaris », Anabases [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 29 mai 2017. URL : http://anabases.revues.org/6074 ; DOI : 10.4000/anabases.6074

Haut de page

Auteur

Loïc Marcou

Chercheur post-doctorant associé à l’INALCO
CREE – Centre de recherches Europes-Eurasie
Université Sorbonne Paris Cité
loic.marcou@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page