Navigazione – Piano del sito
Traditions du patrimoine antique

Sagesse grecque, sagesse chinoise : la réception des philosophes socratiques par les intellectuels chinois du groupe The Critical Review dans les années 1920 et 1930*

Xin Xu
p. 217-248

Riassunti

L’étude de l’article s’intéresse au groupe The Critical Review (CR), rassemblement de plusieurs intellectuels chinois conservateurs des années 1920 et 1930, dont la réflexion sur la culture chinoise s’articule autour de la comparaison et de l’intégration de deux traditions intellectuelles que sont les philosophes socratiques et les penseurs confucéens. Nous allons, d’abord, étudier la formation de cette réflexion culturelle en tant que résultat de l’interaction culturelle et intellectuelle entre la Chine et l’Occident du premier tiers du xxe siècle. Ensuite, l’étude examine comment la philosphie grecque – l’Idée platonicienne comme exemple – est introduite et présentée par les intellectuels de la CR sous l’influence de cette réflexion.

Inizio pagina

Questo documento sarà pubblicato online con testo integrale in ottobre 2019.

Piano

Introduction
Progrès ou conservation  : les débats culturels en Chine de la fin des années 1910
Les étudiants d’outre-mer et l’introduction de la culture occidentale en Chine
La «  Nouvelle Culture  »  ? La culture moderne en crise  ?
«  Unité  » (tong) et « Essence  » (cui) : l’autre conception culturelle
Chercher la nouvelle tong de la culture chinoise  : le groupe CR et le néo-humanisme
L’origine du groupe CR
Les Confucéens et les Socratiques comme «  humanistes  »
Li et Yu  : le filtre moraliste confucéen comme moyen d’appropriation intellectuelle
La divergence du groupe CR : l’Idée de Platon en Chine
Yili et kaojiu : la recherche des Principes contre la méthode scientifique
Vers l’Histoire de la philosophie
Conclusion

Introduction

« L’humanisme (renwen zhuyi 人文主义) de Confucius et Mencius était autrefois au fondement des mœurs et des activités intellectuelles de notre pays. Nous le comparerons avec les pensées de Platon et d’Aristote pour intégrer [ces deux traditions] et en saisir l’esprit et l’essence. Ensuite, en y ajoutant les études et les écrits des sages illustres et des grands savants de l’Occident de différentes époques, nous les fondrons tout ensemble en vue de constituer la base de gouvernement de la nouvelle société de notre pays. Ceci [nous] permettra la conservation de l’essence nationale (guocui 国粹) et, en même temps l’adaptation de la culture européenne (ouhua 欧化). L’accomplissement merveilleux de ce que l’on attend par l’établissement de la Nouvelle Culture (xin wenhua 新文化) et l’intégration des deux grandes civilisations, orientale et occidentale se réalisera ».

Voici ce que proposait Wu Mi 吴宓 (1894-1978), futur professeur en littérature occidentale de l’Université du Sud-Est (Dongn...

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Xin Xu, « Sagesse grecque, sagesse chinoise : la réception des philosophes socratiques par les intellectuels chinois du groupe The Critical Review dans les années 1920 et 1930* », Anabases, 24 | 2016, 217-248.

Riferimento elettronico

Xin Xu, « Sagesse grecque, sagesse chinoise : la réception des philosophes socratiques par les intellectuels chinois du groupe The Critical Review dans les années 1920 et 1930* », Anabases [Online], 24 | 2016, Messo online il 01 ottobre 2019, consultato il 28 marzo 2017. URL : http://anabases.revues.org/5977 ; DOI : 10.4000/anabases.5977

Inizio pagina

Autore

Xin Xu

Laboratoire ANHIMA (UMR 8210)
xinxu_sorbonne@yahoo.fr

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Anabases

Inizio pagina