Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Le Cardinal Capella de Henry de Montherlant. Fragments d’un récit inachevé

Pierre Duroisin
p. 183-200

Résumés

Comme le manuscrit de Jules César qui fut présenté dans le n° 18 d’Anabases, celui du Cardinal Capella appartient au fonds Montherlant de la Bibliothèque nationale de France. Mais là s’arrête la ressemblance : Jules César est un dialogue datant de 1921 qui fut mené à son terme, alors que Le Cardinal Capella est un récit des années 1929-1930 et inachevé. Par ailleurs, le personnage de Jules César est partout dans l’œuvre de Montherlant, alors que Capella n’y est nulle part cité. Le sujet enfin est différent : la dimension politique qu’on avait dans le dialogue de 1921 est totalement absente du récit de 29-30. Capella est un prélat athée de la Renaissance italienne (il y a en cet Espagnol quelque chose des Borgia) dont le premier souci est la quête du plaisir, mais qui vit dans la peur, peur d’être démasqué, d’être trahi, d’être égorgé. L’expédition nocturne où l’a lancé son créateur fait un peu penser à celles que Suétone impute à Néron, ou à Caligula, mais le personnage est plus complexe qu’il n’y paraît, et s’il annonce par certains côtés le Costals des Jeunes Filles, le Guiscart de La Rose de sable ou le Don Juan de La Mort qui fait le trottoir, il est aussi parent, pour de plus hautes raisons, de l’abbé de Pradts de La Ville dont le prince est un enfant et des Garçons, voire du Celestino du Chaos et la nuit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Le texte
Les notes
La place du Cardinal Capella dans l’œuvre de Montherlant

Aperçu du texte

En 2013, Anabases a publié un manuscrit de Montherlant conservé à la Bibliothèque nationale de France qu’il avait paru légitime d’intituler Jules César. Le manuscrit qu’on présente aujourd’hui sous un titre qui va pareil­lement de soi : Le Cardinal Capella, appartient au même fonds.

Le document compte vingt feuillets, un feuillet de notes, réparties sur les deux faces d’une lettre des Éditions du Capitole datée du 27 février 1930, pour dix-neuf feuillets d’un texte à lire en trois temps : onze pages numérotées, par l’auteur, de 1 à 11, quatre pages numérotées de 1 à 4 et de nouveau quatre pages numérotées de 1 à 4, chaque section correspondant à une étape du récit. Récit hélas incomplet sans qu’on puisse dire si Montherlant s’arrêta tout net dans son effort ou si les parties manquantes se sont volatilisées. Il ne semble pas, en tout cas, que l’écrivain ait jamais fait, dans ses carnets ou ailleurs, la moindre allusion à Capella.

De quand date ce projet abandonné  ? La réponse est a p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Duroisin, « Le Cardinal Capella de Henry de Montherlant. Fragments d’un récit inachevé », Anabases, 24 | 2016, 183-200.

Référence électronique

Pierre Duroisin, « Le Cardinal Capella de Henry de Montherlant. Fragments d’un récit inachevé », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 29 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5959 ; DOI : 10.4000/anabases.5959

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page