Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Tanaquil et les chemises noires et brunes

Marie-Laurence Haack
p. 93-116

Résumés

L’article traite de la réception de la figure antique de Tanaquil, donc des femmes étrusques, à l’époque du fascisme et du nazisme auprès de non-spécialistes de l’étruscologie. Il montre que les analyses de la figure antique de Tanaquil par J.J. Bachofen ont connu dans l’Italie et dans l’Allemagne des années 30 un véritable regain d’intérêt encouragé par la publication simultanée, en 1926, de deux anthologies de ses œuvres. A. Rosenberg et J. Evola interprètent tous deux Tanaquil en un sens raciste  : pour A. Rosenberg, Tanaquil incarne la menace de la dépravation orientale et J. Evola montre les efforts qu’a dû déployer le monde romain pour éliminer cette composante préromaine, orientale et gynécocrate.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Aperçu du texte

Par ce titre, j’entends m’intéresser à Tanaquil, donc aux femmes étrusques à l’époque du fascisme et du nazisme, ce qui peut paraître un sujet périlleux  : a priori, on ne voit pas pourquoi Tanaquil, l’épouse de Tarquin l’Ancien, l’un des rois étrusques de Rome, à qui elle aurait prédit qu’il régnerait et à qui elle fait succéder son gendre Servius Tullius, aurait pu acquérir une nouvelle célébrité sous le fascisme et le nazisme. La plupart des étruscologues s’intéressent peu à cet aspect de la société étrusque. À une ou deux exceptions près, l’étruscologie jusqu’aux années 50 est faite par des hommes et pour des hommes ; dans les manuels de cette époque, la question du couple et de la femme étrusque est traitée dans un chapitre consacré à la vie privée, souvent placé en dernier. Le thème est pourtant abordé avec une abondance surprenante durant la période du fascisme et du nazisme par des non-spécialistes, des intellectuels ou des publicistes, qui reprennent les analyses déjà ancie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laurence Haack, « Tanaquil et les chemises noires et brunes », Anabases, 24 | 2016, 93-116.

Référence électronique

Marie-Laurence Haack, « Tanaquil et les chemises noires et brunes », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 26 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5900 ; DOI : 10.4000/anabases.5900

Haut de page

Auteur

Marie-Laurence Haack

Université Jules Verne Picardie / TRAMe EA 4284
Institut universitaire de France
haackml@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page