Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Craig Kallendorf, The Other Virgil. Pessimistic Readings of The Æneid in Early Modern Culture

Sarah Rey
p. 346-347
Référence(s) :

Craig Kallendorf, The Other Virgil. Pessimistic Readings of The Æneid in Early Modern Culture, Oxford, Oxford University Press, « Classical Presences », 2007
252 p.,
47 livres (hb) / isbn 978-0-19-921236-1.

Texte intégral

1L’Énéide n’a jamais cessé d’être reprise. Craig Kallendorf, qui enseigne les lettres classiques et la littérature anglaise à l’Université du Texas, suit quelques réécritures de Virgile depuis le xvie siècle jusqu’au début du xixe siècle, de la Sphortias de Francesco Filelfo (1398-1481) à La Araucana d’Alonso de Ercilla au siècle suivant, de la Columbiad (1787) de Joel Barlow au Virgile en France (1807-1808) de Victor Le Plat, dont le sous-titre est explicite : La nouvelle Énéide, poëme héroï-comique en style franco-gothique… pour servir d’esquisse à l’histoire de nos jours. Pour un lecteur français, ces textes, y compris celui de Le Plat, sont souvent méconnus : le premier mérite de ce livre est de les faire découvrir. Les prédécesseurs de l’auteur qui ont, comme lui, analysé la fortune de Virgile à partir de la Renaissance, ont établi que la modernité n’avait lu qu’en termes « optimistes » le poème ancien. Avec les Modernes, Énée aurait incarné le juste conquérant, héros par sa force et par sa piété. Craig Kallendorf a l’intention de rectifier cette erreur de perspective. Il a repéré, au contraire, des réutilisations « pessimistes » de Virgile, dans lesquelles les personnages secondaires, les vaincus, se font entendre. Il a ainsi pris le contre-pied de l’école d’Harvard, qui a cru que seule l’époque contemporaine pouvait apercevoir les ombres du texte virgilien. Cet Other Virgil peut être dérangeant : C. Kallendorf rapporte qu’en Europe ses études récentes sont controversées et qu’il a même récemment provoqué la fureur d’une jeune Napolitaine, encore admiratrice d’Auguste et de la romanité.

2Ce travail sur l’Énéide dans ses réapparitions est mené sur différentes aires géographiques : le Milan des Sforza et l’Italie de la Renaissance (Filelfo), l’Espagne et la Méditerranée de Philippe II (Ercilla), les États-Unis de l’Indépendance (Barlow), la France révolutionnaire (Le Plat). Les œuvres sont citées largement, en langue originale puis en traduction. Deux appendices apportent des éclaircissements sur les manuscrits de Filelfo. Le tout est agrémenté d’une dizaine de belles illustrations (frontispices, gravures, pages annotées), qui ne sont malheureusement pas toujours commentées.

3Chaque fois, des remises en contexte sont proposées. Le poème de Filelfo est rapproché de l’Africa de Pétrarque, du De fortitudine de Giovanni Pontano (1426-1503), du Dialogo dell’honore d’Antonio Possevino (1533-1611) et de l’Orlando furioso. La Araucana est mise en relation avec les Lusiades de Camões et La Tempête de Shakespeare.

4L’épopée virgilienne sert de matrice aux récits de conquête, aux réflexions politiques. Chez Filelfo, Énée, qui rappelle Francesco Sforza, dédicataire de l’œuvre, n’est pas sans faille ; la colère s’empare de lui, et les habitants de Plaisance vaincus par les Milanais deviennent les nouveaux Rutules. Chez Ercilla, le sac de Concepción du Chili copie le sac de Troie, Lautaro fait figure de Turnus du xvie siècle et l’Inca Tegualda ressemble à Didon. Quant à la vision que Barlow attribue à Christophe Colomb, elle est calquée sur le rêve d’Anchise. Enfin, avec Le Plat, Louis XVI a les traits de Priam.

5Toutes ces Énéides reconstruites, l’auteur les décrit comme pessimistes. À certains égards, ce qualificatif manque de nuances. Au vrai, les ruptures de ton, les contrastes, les changements de point de vue sont partout, dans le modèle ancien et dans ses épigones. Et les trois parties de l’ouvrage de Kallendorf, « I. Marginalization », « II. Colonization », « III. Revolution », inspirées de références théoriques attendues (Michel Foucault, Hayden White, Edward Said), peuvent paraître artificielles : les développements qu’offre la Columbiad sur la place des Indiens Manco Capac et Montezuma, dans le versant « Revolution », auraient pu tout aussi bien s’inscrire dans la démonstration du premier volet sur la marginalisation.

6Mais ce qui importe, c’est de comprendre la puissance d’un classique, c’est-à-dire sa malléabilité et sa polysémie. À ce propos, des indications sur la postérité médiévale de Virgile (les Troyens et la noblesse franque) et des données sur le nombre de traductions, d’éditions, de commentaires de l’Énéide auraient été les bienvenues. Quoi qu’il en soit, ce livre aide à retrouver le long destin des Anciens, et, au jeu de l’intertextualité, l’infinité des possibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « Craig Kallendorf, The Other Virgil. Pessimistic Readings of The Æneid in Early Modern Culture », Anabases, 9 | 2009, 346-347.

Référence électronique

Sarah Rey, « Craig Kallendorf, The Other Virgil. Pessimistic Readings of The Æneid in Early Modern Culture », Anabases [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/586

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page