Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Stéphane Ratti (dir.), Une Antiquité tardive noire ou heureuse ? Colloque international de Besançon, 12 et 13 novembre 2014

Claude Aziza
p. 363-364
Référence(s) :

Stéphane Ratti (dir.), Une Antiquité tardive noire ou heureuse ? Colloque international de Besançon, 12 et 13 novembre 2014, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté 2015, 274 p.
23 euros/ isbn 978-2-84867-528-2

Texte intégral

1Une Antiquité tardive noire ou heureuse ? Voilà un colloque dont l’intitulé a de quoi surprendre. Moins dans le thème abordé que dans l’opposition de deux termes qu’on ne met pas en général sur le même plan. L’explication viendra ensuite tout au long de treize communications, précédées d’une longue introduction de Stéphane Ratti, l’organisateur du colloque, et suivies de conclusions de Jean-Michel Carrié. Le tout en trois parties : Historiographie et ques­tions de Périodisation (1), Païens et chré­tiens : violences, polémiques et appropria­tions (2), La dernière Antiquité tardive : les Ve et VIe siècles (3).

2Bas-Empire ou Antiquité tardive ? Giuseppe Zecchini a raison de signaler que les deux termes, pour la même période, ont, le premier un connotation négative – l’opposition avec le Haut-Empire – et le second une connotation positive, indiquant une évolution de l’Antiquité. Le premier terme remonte à l’historiographie française du XVIIIe siècle, confortée ensuite par Gibbon qui fait partir du règne de Commode le début d’une longue décadence. Le second a été introduit et développé par P. Brown, dans les années 1980. L’historien voit non plus une décadence mais un changement radical qui prend son essor à partir de l’Empire chrétien. On sait que, derrière cette idée, il y a le refus d’une chute de l’Empire Romain sous les coups des barbares et l’affirmation d’une transition douce vers le monde médiéval. Ce débat est encore d’actualité et la thèse de Brown est aujourd’hui combattue par des historiens comme Bryan Ward-Perkins dans sa Chute de Rome (2005) qui montre que les barbares ont bien détruit la civilisation romaine.

3Mais le terme même d’Antiquité tardive pose un épineux problème de périodisation, à savoir son début. On voit s’affronter ici de nombreuses hypothèses : fin du iiie siècle (Règne de Dioclétien), fin du ive siècle (mort de Théodose), voire des dates-clés, comme la défaite d’Andrinople devant les Goths en 378.

4Mais quelles que soient les dates choisies pour fixer les limites de cette Antiquité tar­dive, que certains font perdurer très tard, reste la question de l’attitude de l’Empire chrétien envers les païens et, accessoire­ment, les juifs. Il est évident que périodes de violences et de paix sociale changent selon les époques et les lieux. Il y eut, parfois, une cohabitation apaisée entre les communau­tés, voire dans une même famille. Si l’atti­tude de l’Empereur est de protéger tous ses sujets, il doit aussi s’incliner devant le pouvoir de l’Église quand il veut punir, par exemple, la destruction d’une synagogue. Mais il apparaît que, peu à peu, des mesures sont prises pour en finir avec le paganisme. Le bref sursaut de Julien en sa faveur et son désir, pour rallier à lui la communauté juive, de reconstruire le Temple de Jérusalem ne seront qu’un feu de paille, devant une évolu­tion inéluctable. Peu à peu, le christianisme persécuté va se faire persécuteur. Certes, il y aura encore quelques îlots de paganisme tranquille, si l’on en juge par le témoignage, au début du ve siècle, d’un homme d’État­poète, Rutilius Namatianus. Mais il semble bien que l’Antiquité tardive ait, peu à peu, passé d’un rose partiel au noir total.

5Passionnant colloque donc, dont chaque contribution mériterait une analyse détaillée et dont ce compte rendu ne peut être qu’une incitation à une lecture complète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Aziza, « Stéphane Ratti (dir.), Une Antiquité tardive noire ou heureuse ? Colloque international de Besançon, 12 et 13 novembre 2014 », Anabases, 24 | 2016, 363-364.

Référence électronique

Claude Aziza, « Stéphane Ratti (dir.), Une Antiquité tardive noire ou heureuse ? Colloque international de Besançon, 12 et 13 novembre 2014 », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5789

Haut de page

Auteur

Claude Aziza

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3
claude.aziza@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page