Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus de lecture

Eric M. Moormann, Pompeii’s Ashes. The Reception of the Cities Buried by Vesuvius in Literature, Music, Drama

Claude Aziza
p. 358-359
Referencia(s):

Eric M. Moormann, Pompeii’s Ashes. The Reception of the Cities Buried by Vesuvius in Literature, Music, Drama, De Gruyter, 2015, 488 p.
94,95 euros/ isbn 978-1-61451-885-3

Texto integral

1Sur Pompéi, innombrables sont les études, mais le livre de E. M. Moormann ouvre, avec un réel talent d’écriture et une érudition sans faille, un nouveau champ d’études, à savoir tout ce que Pompéi (et à un niveau plus modeste Herculanum) a engendré : témoignages antiques, récits de voyage, fictions littéraires, musicales, artistiques et cinématographiques. Travail gigantesque que celui auquel l’auteur s’est attelé. Il est vrai que les nombreux travaux qu’il a consacrés à Pompéi abordaient déjà certains aspects du sujet – notamment la fiction historique – travaux qu’ont va voir développés tout au long de dix chapitres, où le lecteur va de découvertes en découvertes.

2Passons un peu vite sur le premier, qui reprend l’histoire des fouilles et attardons-nous sur les aspects plus novateurs des sui­vants. D’abord les voyageurs, dont on a du mal à évaluer le nombre exact. On connaît les plus célèbres. Les Goethe, cas unique de trois générations qui portent un regard chaque fois différent lors de leurs visites en 1740 (le père), 1787-1788 (son fils, l’écrivain), 1830 (son petit-fils).

3Puis les écrivains anglo-saxons : Scott, en 1842, Dickens, en 1845, Twain, en 1869, Henry James, en 1873 et bien d’autres. Parmi les Français : Chateaubriand, en 1804, Madame de Staël, en 1805, Lamartine, plusieurs fois, entre 1811 et 1844, Stendhal (qui aurait – on ne peut le croire – laissé sa signature sur le temple d’Isis ou à côté…), six fois entre 1811 et 1839, Nerval, en 1834, Dumas, en 1841, Flaubert, en 1851, Gautier, en 1852, Taine, en 1864, Sartre et Simone de Beauvoir en 1936.

4Quant aux célébrités européennes, elles font toutes le voyage à Pompéi, François Ier d’Autriche, en 1819, Marie-Louise, l’ex­impératrice, en 1824, la reine Victoria, en 1838, le pape Pie IX, en 1949. Après bien des hésitations Freud s’y rend en 1902, Young, en 1917, et tant d’autres encore.

5Après les récits de voyage, la fiction, celle qu’on a en mémoire et celle qu’on découvre avec étonnement : Cazotte (Le Diable amoureux, 1772), Joseph Mery, l’ami de Dumas (Scènes de la vie italienne, 1834), Léon Daudet (Les Bacchantes, 1931), tous ont placé Pompéi dans un coin de leurs romans. Même Frédéric Mazois, à qui l’on doit l’essentiel de la documentation sur les premières fouilles, s’est risqué – avec bon­heur – à devenir romancier, dans Le Palais de Scaurus, 1822.

6Certes Les Derniers Jours de Pompéi (G.E. Bulwer-Lytton, 1834), Arria Marcella (T. Gautier, 1852), Gradiva (W. Jensen, 1903) demeurent les trois récits emblématiques du statut – tout au long du siècle – de la cité. Où le voyageur se risque solitaire au début du siècle, puis en petit groupe en son milieu et qui devient un lieu de voyage touristique à sa fin. Mais que de fictions où le fantasme s’installe définitivement, depuis les varia­tions sur la Gradiva (A. Robbe-Grillet, S. Sontag, G. Albatazz) jusqu’aux illuminés, fantômes des victimes vésuviennes, comme ce Fou du Vésuve (roman d’A. De Lamothe, 1881).

7L’auteur a poussé le raffinement jusqu’à faire le tri entre les personnages de la fic­tion : ici des païens, comme dans beaucoup de romans contemporains, là des Juifs et des chrétiens (même si le terme est, en 79, anachronique), qui foisonnent dans les récits du xixe siècle.

8Le chapitre VII est particulièrement passionnant, qui examine les vrais et faux manuscrits trouvés à Pompéi. On sait que le thriller archéologique contemporain, le roman policier et, souvent, le roman his­torique se fondent sur de pseudo-manus­crits trouvés au fond d’une amphore ou au détour d’une ruine !

9Il faut attendre le chapitre VIII pour découvrir que musique et beaux-arts n’ont pas attendu Bulwer-Lytton pour déplorer les derniers jours de Pompéi. Le premier opéra, celui de Pacini, date de 1825 et le pre­mier tableau, celui de Brioulov, de 1833. On aurait aimé quand même, dans ce domaine, voir figurer les nombreuses chansons consacrées au sujet.

10Le chapitre IX est consacré à Hercula­num, parente pauvre – il faut bien l’avouer – de la fiction, quelques romans, un seul film. C’est d’ailleurs dans le domaine cinémato­graphique que l’auteur donne le moins de détails. Certes, il analyse – un peu vite – les diverses adaptations des Derniers Jours de Pompéi, ne faisant pas toujours clairement la différence entre fiction et docu-fiction, mais il reste un peu en deçà des attentes d’un lecteur, trop comblé pour ne pas deve­nir (trop ?) exigeant.

11Quoi qu’il en soit, ce livre est un grand livre qui fera date dans toutes les publications pompéiennes. Il sera désormais difficile de faire mieux. D’ailleurs la tache qui attend le lecteur est immense : retrouver et lire (ou écouter) toutes les œuvres citées. Bref, on pourra, après des années de lectures, et déjà avant, remercier M. Moormann pour cette magnifique étude.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Claude Aziza, « Eric M. Moormann, Pompeii’s Ashes. The Reception of the Cities Buried by Vesuvius in Literature, Music, Drama », Anabases, 24 | 2016, 358-359.

Referencia electrónica

Claude Aziza, « Eric M. Moormann, Pompeii’s Ashes. The Reception of the Cities Buried by Vesuvius in Literature, Music, Drama », Anabases [En línea], 24 | 2016, Puesto en línea el 15 noviembre 2016, consultado el 29 marzo 2017. URL : http://anabases.revues.org/5781

Inicio de página

Autor

Claude Aziza

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3
claude.aziza@laposte.net

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Anabases

Inicio de página