Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Frédéric Hurlet, Auguste. Les ambiguïtés du pouvoir

Carine Giovénal
p. 351-352
Référence(s) :

Frédéric Hurlet, Auguste. Les ambiguïtés du pouvoir, Paris, Armand Colin, 2015, 286 p.
25 euros / isbn 9782200275310

Texte intégral

1« Il n’y eut pas un mythe d’Auguste, mais des mythes qui ne cessèrent de se reconfigu­rer au fil des siècles. Chaque époque fabri­qua son Auguste en fonction du contexte » (p. 265). C’est par ces mots que Frédéric Hurlet conclut sa biographie du premier empereur romain. Fils adoptif de César, le jeune Octave est l’homme qui fit disparaître par son action la République romaine pour redonner à Rome un gouvernement monar­chique, le principat, dont il prend lui-même la tête en tant qu’empereur divinisé. Par quel génie réussit-il le tour de force de faire accepter – et révérer – à ces Romains qui haïssaient tout ce qui pouvait de près ou de loin ressembler à un roi et à un gouverne­ment personnel, cette forme même de pou­voir qui allait perdurer après lui pendant près de cinq siècles ? À travers cette mono­graphie passionnante, Frédéric Hurlet nous guide dans les pas de celui qui, jeune ado­lescent et neveu favori de César, devient le fils adoptif de celui-ci et le destinataire du destin glorieux que le conquérant des Gaules espérait pour lui-même (1re partie). Ainsi que le montre l’auteur, rien n’aurait été possible pour Auguste sans César, qui constitua en tant que précédent une réfé­rence inévitable tant du vivant de l’empe­reur que pour la postérité. Un diptyque qui permet cependant d’éclairer efficacement les stratégies politiques d’Auguste, son intelligence et sa conception du pouvoir. À rebours des méthodes brutales de César, son héritier agit avec prudence en respec­tant les institutions existantes, parvenant à déguiser un coup d’État en une restauration du bien commun qu’est la res publica. À sa monarchie, il ne manque que le nom qu’il se garde bien de lui donner, parvenant ainsi à fonder durablement un nouveau régime à la tête duquel il gouverne Rome pendant un demi-siècle (2e partie). Après une vie entière passée à combattre et une mort pai­sible à l’âge canonique de soixante-quinze ans, l’histoire devient mythe : l’image glo­balement positive que l’on garde d’Auguste – celui d’un fondateur d’empire et d’un prince de la paix – s’adapte aux évolutions de la destinée romaine et apparaît a poste­riori comme annonciatrice de l’avènement du premier empereur chrétien que sera Constantin. Ce mythe commence à s’élabo­rer dès la mort de l’empereur en 14 ap. J.-C, en se fondant en premier lieu sur la déno­mination Imperator Caesar Augustus qui devient l’onomastique impériale officielle et fait perdurer la mémoire du fondateur jusqu’à l’époque contemporaine, puis sur ce statut exceptionnel de fils de César divinisé, élément décisif qui fait de l’empereur et de ses successeurs des personnalités surhu­maines expressément choisies par les dieux pour devenir l’un des leurs. La littérature chrétienne de la fin du IIe siècle enclenche l’étape suivante en soulignant la synchro­nie existant entre la naissance de Jésus et la création par Auguste d’un nouveau régime rétablissant la paix, condition nécessaire au développement du christianisme : avant la fin de l’Antiquité, Auguste apparaît comme un instrument au service de Dieu, créateur d’une monarchie faisant elle-même partie des plans divins. Durant le Moyen Âge où le personnage romain dominant est Virgile, la figure d’Auguste se place plus en retrait ; le souvenir de la personne s’éloigne au profit du nom Imperator Augustus que reçoit sym­boliquement Charlemagne lors de son cou­ronnement à Rome, en 800, puis Otton Ier, fondateur à venir du saint empire romain germanique, en 962 : l’appellation fait réfé­rence à la figure de l’empereur romain plus qu’à la personne spécifique d’Auguste. Il faut attendre la Renaissance pour voir réapparaître le personnage en tant que référence naturelle de toute réflexion sur le pouvoir et la forme monarchique deve­nue la norme en Europe. À une époque où la monarchie se veut de droit divin, l’am­bivalence du premier empereur romain, qui n’entre pas dans les catégories d’alors, commence à être perçue et critiquée ; prototype du despote, moins flamboyant que César, ennemi du couple passionnel Antoine-Cléopâtre, Auguste apparaît chez Shakespeare comme un être froid et cal­culateur, tandis que Corneille exploite les ambiguïtés prêtées au personnage en met­tant sur scène un Auguste déchiré entre ses crimes passés, sa lassitude du pouvoir et ses devoirs de prince vertueux. Valorisé sous le règne de Louis xiv, l’empereur subit de virulentes critiques au siècle suivant : « un des plus infâmes débauchés de la répu­blique romaine », « homme sans pudeur, sans probité, fourbe, ingrat, avare, sangui-naire, tranquille dans le crime », assène Vol­taire dans son Dictionnaire philosophique. Les travaux de Mommsen et Syme aux xixe et xxe siècles défendent chacun une vision spécifique du personnage d’Auguste : fon­dateur d’un nouveau régime durable pour le premier, opportuniste à la recherche du pouvoir et prêt à tout pour s’en emparer pour le second. De cette opposition fron­tale, Frédéric Hurlet retient qu’ « il vaut mieux retenir que le système politique mis en place par Auguste peut être présenté dans deux perspectives différentes selon qu’on se fonde sur la légitimité du pouvoir et sa mise en forme ou sur ses pratiques », (p. 234). L’historiographie française fait quant à elle le choix d’occulter ou de déni­grer le personnage d’Auguste, pâle reflet de César et artisan d’un régime despotique, qui sans être classé parmi les empereurs monstrueux – Caligula, Néron –, ne figure pas non plus parmi les vertueux – Trajan, Marc-Aurèle. Les régimes totalitaires sau­ront quant à eux récupérer cette figure his­torique et lui offrir une visibilité inédite, inspirés par cet homme issu d’un milieu modeste qui réussit à gravir tous les éche­lons pour former un régime nouveau fonda­teur pour Rome d’une ère nouvelle : Mus­solini fait de lui le modèle du nouvel État fasciste, l’universitaire allemand Weber voit en lui la figure messianique annon­ciatrice de l’avènement d’Hitler (3e partie). Pour conclure, une biographie claire, pré­cise et détaillée dont le fil ne se perd jamais, qui s’adresse aussi bien au lecteur curieux qu’au spécialiste d’histoire romaine, et qu’on parcourt avec autant de plaisir que d’intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Giovénal, « Frédéric Hurlet, Auguste. Les ambiguïtés du pouvoir », Anabases, 24 | 2016, 351-352.

Référence électronique

Carine Giovénal, « Frédéric Hurlet, Auguste. Les ambiguïtés du pouvoir », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5772

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page