Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Constanze Güthenke, Placing Modern Greece. The Dynamics of Romantic Hellenism, 1770-1840

Laure Caillot
p. 337-338
Référence(s) :

Constanze Güthenke, Placing Modern Greece. The Dynamics of Romantic Hellenism, 1770-1840, Oxford, Oxford University Press, 2008, 276 p.
55 livres /
isbn-13: 978-0-19-923185-0.

Texte intégral

1Cette étude fit l’objet d’une thèse de doctorat, The Topos of Freedom : The Importance of Greek Landscape and Locality in German and Greek Writing, 1770-1840, présentée à l’Université d’Oxford. Constanze Güthenke tente de répondre à la question des représentations littéraires de la Grèce entre 1770 et 1840, période qui vit le développement de l’hellénisme et la formation d’un État grec, tant du point de vue politique que territorial. L’auteure s’est particulièrement penchée sur les relations entre l’Allemagne et la littérature grecque moderne en étudiant la littérature des philhellènes allemands proposant une certaine image du paysage et de la nature grecque, vus de l’Allemagne. Mais ce qu’elle retient ici repose sur une vision romantique qui prenait en compte la réalité matérielle du romantisme hellénique et de l’idéalisation des représentations de la Grèce. En étudiant la perception du paysage dans les relations unissant la Grèce et la nature, elle propose une autre approche de la légitimité politique de la Grèce qui prit naissance dans le philhellénisme européen : l’imaginaire idéalisé et la réalité matérielle sont intimement liés selon elle. Elle inclut et réaffirme ainsi la dimension de l’espace comme une catégorie à part entière des études grecques modernes.

2L’ouvrage comporte cinq chapitres qui présentent une approche précise de la question du paysage grec vu par les auteurs allemands de la fin du xviiie et du début du xixe siècle. Elle débute en présentant les différentes manières dont le paysage grec était perçu dans la littérature de l’époque. Le deuxième chapitre s’intéresse plus particulièrement à la perception de ce même paysage dans ce qu’elle nomme « the German Soul » dans l’héritage des voyageurs des siècles passés, mais aussi à l’œuvre du poète Hölderlin et à son roman Hyperion qui propose une première visualisation spatiale d’un idéal du paysage grec romantique : les lieux sont ainsi définis par des noms aux consonances esthétiques et philosophiques. D’un point de vue romantique, le paysage est donc partagé entre une esthétique raisonnée et une esthétique sensorielle. Elle rappelle d’ailleurs à ce titre l’héritage germanique important laissé par Winckelmann où la nature était liée au développement et à la culture de la Grèce.

3Le chapitre 3 s’intéresse plus particulièrement aux influences du philhellénisme allemand sur la guerre d’indépendance grecque qui éclata en 1821, notamment grâce aux nombreux étudiants grecs qui, grâce à diverses bourses, vinrent étudier dans les universités allemandes. Dès lors, la nature devint un enjeu de politisation : l’association entre la perception de l’espace géographique et l’histoire devint une des positions constitutives du nouvel État grec en devenir. L’auteure explore la même problématique, étudiant l’utilisation faite des liens entre la nature et le folklore grec. Le chapitre suivant s’intéresse au rôle de la poésie dans la formation de ce nouvel État à partir de 1830. L'auteure compare ici les auteurs allemands à la production littéraire grecque de ces années-là qui furent dominées, du côté grec, par les visions d’Alexandros Rizos Rangabé, ministre du roi Othon Ier, et montre comment le deuxième tiers du xixe siècle vit un changement dans la perception de la nature, entrée dans une relation ambivalente puisque la solidité du monde grec et l’image de cette Grèce moderne étaient constamment testées. L’étude s’achève par une présentation de la perception du territoire grec par les auteurs originaires des îles Ioniennes, région dominée par la culture vénitienne.

4Cette étude qui propose de nombreuses traductions de textes grecs et allemands commentés, ainsi qu’une bibliographie importante nous offre une description de la formation d’une autre des caractéristiques de l’imaginaire national grec : la représentation de la Grèce s’affirmant dans l’Antiquité et l’archéologie, mais en même temps dans la définition de la nature et de son territoire qui étaient alors perçus comme des « médiums » de communication par les auteurs du nouvel État grec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Caillot, « Constanze Güthenke, Placing Modern Greece. The Dynamics of Romantic Hellenism, 1770-1840 », Anabases, 9 | 2009, 337-338.

Référence électronique

Laure Caillot, « Constanze Güthenke, Placing Modern Greece. The Dynamics of Romantic Hellenism, 1770-1840 », Anabases [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/576

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page