Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sylvia Estienne, Valérie Huet, François Lissarrague, Francis Prost (dir.), Figures de dieux. Construire le divin en images

Claudine Leduc
p. 345-346
Référence(s) :

Sylvia Estienne, Valérie Huet, François Lissarrague, Francis Prost (dir.), Figures de dieux. Construire le divin en images, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 380 p.
21 euros / isbn 97-2-7535-3522-0

Texte intégral

1Les dix-sept contributions de cet ouvrage sont tributaires d’un travail collectif, déve­loppé dans le cadre du Groupe de recherche européen du cnrs (2008-2011) figvra, où furent traités nombre de problèmes concer­nant la représentation des dieux dans des contextes divers. Elles sont issues des tra­vaux de la XIVesession du programme figvra, consacrés à une réflexion sur la représen­tation du divin dans les mondes grec et romain qui privilégie les images divines comme moyen d’investigation. Il s’agissait de les placer dans leur contexte culturel et d’essayer de découvrir quelle notion du divin elles activent. Les axes de réflexion d’un ouvrage aussi foisonnant seraient dif­ficiles à saisir n’étaient le solide fil d’Ariane de l’introduction et les conclusions lumi­neuses de F. Prost.

2Ici, l’image divine est considérée comme une affaire de construction et de message. L’imagier, le peintre, le sculpteur doivent, à la fois, rendre la divinité reconnaissable et adapter sa figure au contexte culturel et rituel auquel elle est rattachée. Ils doivent donc faire en sorte que l’image offerte porte suffisamment d’éléments pour que soient identifié le dieu et explicité le contexte cérémoniel. C’est en effet l’incorporation de l’image dans une activité rituelle référen­ciée qui lui vaut puissance et vénération et l’instaure comme présentification du divin. Françoise Van Harperen – « Prêtre(sse)s, tauroboles et mystères phrygiens » – met ainsi en évidence la relation très complexe que la construction de l’image divine entre­tient avec le rituel, les desservants du culte et la communauté cérémonielle.

3Cette problématique remet définitive­ment en cause la classification évolution­

4niste des représentations divines initiée par Pausanias. Les différences formelles entre la pierre, le pilier, le xoanon, l’agalma, sont uniquement fondées sur la chrono­logie. Les images des dieux n’ont pas obéi à cette limpide cohérence évolutive et les formes aniconiques ne sont pas le premier stade de la figuration divine. Cette problé­matique invite également à s’interroger sur le conservatisme généralement attri­bué à la construction des images divines. Quelle est la part de l’innovation iconogra­phique ? Quelle est celle de la tradition ? Pour Joannis Mylonopoulos – « Simplicity and Elaboration in the Visual construction of the Divine in Ancient Greece » – un chan­gement iconographique qui introduit une césure dans l’histoire du dieu est en géné­ral mal perçu : l’Aphrodite de Cnide n’a pas été adoptée par les habitants de Cos parce qu’elle n’était pas la déesse qu’ils avaient l’habitude d’honorer.

5La recherche des modalités de la création de l’image divine et de sa mise en scène se retrouve dans plusieurs communications. L’image semble toujours fonctionner par référence, référence au passé, référence au rituel. Pour Emmanuelle Rosso – « Genius Augusti. Construire la divinité impériale en images » –, le style de Polyclète est apparu comme le meilleur langage visuel pour signifier le Genius d’Auguste. Elle estime, avec Jean-Yves Marc, que le style du forum d’Auguste a pesé sur la représentation du Mars de Mandeure. Youri Volokhine – « Remarques sur la vénération des reliefs au chevet des temples en Égypte ancienne : visibilité et accessibilité du divin » – met en évidence les effets illusionnistes qui per­mettent à l’image de présentifier le divin. Ailleurs sont examinés les procédés qui permettent de rendre plus tangible la puis­sance de l’image. Dirk Steuernagel – « Rule of the Game. Individual Donations in rela­tion to the Cult Image during the Helle­nistic Period » – s’intéresse au contrôle de l’accès aux images divines. Caroline Michel d’Annoville – « Penser les images des dieux païens au tournant du IIIe s. » -étudie les procédés de figuration dénoncés par le chrétien Arnobe.

6L’analyse des assemblées de dieux et de leurs assemblages est au cœur de nom­breuses communications même si elle n’apparaît pas dans leur titre. Elle permet de repérer les associations, les hiérarchies, les réseaux que tissent les images pour construire le divin. Comme le dit si bien F. Prost, un dieu en image ne fonctionne jamais seul. Il implique un panthéon, un assemblage complémentaire de forces et de puissance qui complète sa capacité d’action en fonction des besoins des fidèles. Bernard Holtzmann – « Statues de culte et figures associées d’Athéna sur l’Acropole d’Athènes » – montre que la déesse est vénérée selon une combinaison d’images et d’épiclèses à même de représenter la totalité de ses fonctions. Valérie Huet et Stéphanie Wyler – « Association de dieux et d’images sur les laraires de Pompéi » – insistent sur la cohésion des assemblages autour de Dionysos, ce qui impliquerait son appartenance au système religieux de la cité. Thomas Morard – « La double motiva­tion d’Homère et d’Euripide sur l’imagerie de Grande Grèce » – montre que Dionysos, dans la construction des images sur les vases italiotes, est placé en position pri­vilégiée sans qu’il perde sa place dans les assemblées divines.

7Un dernier axe de réflexion est consa­cré, comme le dit Peter Stewart – « Ephe­merality in Roman Votive Images » – aux images divines éphémères créées en vue d’un rituel. F. Frontisi-Ducroux – « Images de Dionysos, le dieu masque et son phal­los » – présente le dossier extraordinaire de cet agalma porté puis charrié à Délos pendant les Dionysia. Didier Viviers – « Quand le divin se meurt. Mobilité des statues et construction du divin » – montre l’importance des dispositifs éphémères qui accompagnent les grandes fêtes civiques grecques. Laurent Coulon – « Du périssable au cyclique : les effigies annuelles d’Osi-ris » – étudie les deux effigies osiriennes confectionnées à Dendera pour le mois de khoiak. Sylvia Etienne – « Aurea pompa venit. Présences divines dans les proces­sions romaines » – attribue un rôle décisif aux processions pour définir la place des dieux. Deborah Steiner – « From the Demo­tic to the Divine. Cauldrons, Choral Dan-cers and Encounters with Gods » – évoque les images chargées de relier, lors de ces fêtes rituelles, mortels et immortels.

8Des travaux qui ne pourront que faire date dans la recherche de la présentifica­tion du divin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Leduc, « Sylvia Estienne, Valérie Huet, François Lissarrague, Francis Prost (dir.), Figures de dieux. Construire le divin en images », Anabases, 24 | 2016, 345-346.

Référence électronique

Claudine Leduc, « Sylvia Estienne, Valérie Huet, François Lissarrague, Francis Prost (dir.), Figures de dieux. Construire le divin en images », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5755

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page