Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Olivier Devillers (éd.), Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy

Philippe Le Doze
p. 339-341
Référence(s) :

Olivier Devillers (éd.), Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy, Bordeaux, Ausonius, 2015, 321 p.
25 euros / isbn 978-2-35613-132-4

Texte intégral

1Cet ouvrage, publié en hommage à N. Méthy, a été l’occasion pour ses col­lègues de l’Université de Bordeaux 3 de recueillir différentes études (dont quatre de N. Méthy, parmi lesquelles un inédit qui ouvre le volume) sur l’un de ses sujets de prédilection, Pline le Jeune. Plusieurs contributions permettent, par ailleurs, d’évoquer le contexte historique et cultu­rel au début des Antonins. Vingt textes ont ainsi été répartis en trois parties : la pre­mière traite du contexte politique et idéo­logique, la seconde, du contexte culturel et littéraire, la troisième, enfin, de divers thèmes et textes de Pline. Un bref avant-propos vient compléter l’économie d’un livre auquel il ne manque qu’une conclu­sion qui aurait été la bienvenue, de manière à donner une réelle unité à un livre par ail­leurs en bien des points fort intéressant.

2La première contribution de N. Méthy s’attache, en se fondant sur les lettres échangées entre Pline et le prince, à distin­guer dans la pratique du pouvoir par Trajan l’exercice concret de celui-ci (en définitive fort pragmatique et aux ambitions limi­tées) de l’idéal trajanien tel qu’il transparaît dans les discours officiels. Une seconde étude souligne, à travers le regard posé par les empereurs sur les provinces et les Bar­bares, le fait que le siècle des Antonins a été une période de mutations. Les types moné­taires (notamment) vont alors dans le sens d’un approfondissement de l’impérialisme romain qui se veut plus humain. St. Benoist s’attache lui, afin de mieux appréhender le régime impérial, à analyser les références au prince (manière de le nommer, évocation – répondant à des stratégies diverses – de ses vertus, volonté de tracer une figure impé­riale idéale…) dans les œuvres de Pline et de Fronton. Il insiste avec raison sur le fait que la construction d’une figure impériale idéale relève d’une œuvre collective, impli­quant en particulier un dialogue avec les élites destiné à promouvoir une monarchie acceptable par tous. On ne saurait, par ail­leurs, que souscrire à l’heureuse formule de « république impériale ». M. P. González-Conde, pour sa part, souligne la volonté de Pline de minorer dans le Panégyrique le rôle historique de Nerva de manière à opposer plus frontalement le principat de Trajan à celui de Domitien. Le rôle du père biolo­gique est ainsi valorisé dans le Panégyrique aux dépens du père adoptif. Plotine et, plus encore, Marciana, trouvent dans l’éloge une place particulière, témoin d’un programme dynastique initié par les proches du prince dès le début de son règne. O. Devillers, enfin, montre que Pline le Jeune a exploité l’image de Néron à la fois pour rehausser celle de Trajan et pour établir un parallèle entre ce qu’il a vécu sous Domitien et ce qu’ont vécu les opposants à Néron. Il a aussi souhaité justifier l’ouvrage historique écrit par son oncle, lequel paraît avoir été fort cri­tiqué (notamment par Tacite) en raison de la faiblesse des analyses politiques et du goût pour l’anecdotique. Un troisième article, fort intéressant, de N. Méthy ouvre la seconde partie. À tra­vers les exemples de Fronton et d’Apulée, elle relève que la traditionnelle dualité entre « petite » et « grande » patrie tend à se résoudre dans une notion nouvelle, celle d’Occident. L’attraction exercée par Rome relève désormais avant tout de l’état de fait : c’est là que se réalisaient les grandes carrières. Une dernière contribution de N. Méthy s’interroge sur le sens exact de felicitas associé à herbae dans Pline, Nat., 23, 19 et, par là même, sur les propriétés « magiques » de la plante dont il est question dans un épisode lié à la bataille de Pharsale. N. Boëls-Janssen montre, pour sa part, un Pline conservateur concernant la ques­tion des femmes (toutes les femmes évo­quées dans les Lettres sont des matrones à la moralité irréprochable), mais adhérant dans le même temps aux évolutions de son époque plutôt que de les regretter. Les femmes de Pline sont certes vertueuses, mais elles ne sont pas austères. Il ne s’of­fusque pas de les voir mener une vie indé­pendante, apprécie celles qui sont cultivées et accorde une place centrale aux senti­ments dans le couple. I. Marchesi évoque elle, à partir de Pline, Ep., 2, 6, les banquets ayant manqué aux règles du bon goût en tant que topos littéraire et souligne la diffé­rence de traitement que connaît ce thème chez Pline et Martial. Ce dialogue, plus ou moins explicite, entre les deux hommes est également au cœur de la très intéressante contribution de M. Neger qui souligne les liens étroits entre les vers légers de Pline et l’œuvre de Martial. Les allusions de Pline à ce dernier sont multiples et permettent à celui qui se voudrait le Cicéron de l’époque trajane de se présenter également en poète à succès. H. Zehnacker évoque l’usage des mots grecs dans la correspondance entre Pline et Trajan, ce dernier se montrant, en tant que prince, moins enclin à cer­taines facilités langagières que le premier. La question du bilinguisme, très présente dans les Vies de Suétone, trouve un prolon­gement dans la contribution de B. Rochette, lequel souligne que si l’attitude des empe­reurs a varié face au grec (quand bien même le philhellénisme a plutôt été la règle), c’est plus par scrupule (notamment politique) que par ignorance qu’Auguste a manifesté tant de réserve face à l’usage grec. On ne peut que souscrire à cette idée. Il faut d’ail­leurs sans doute lier cette attitude à l’entre­prise de promotion des lettres latines qui trouva alors une forme d’aboutissement.

3La troisième partie de l’ouvrage s’ouvre sur une contribution de G. Galimberti Bif­fino où l’on voit Pline aborder la question de la maladie dans sa dimension à la fois indi­viduelle (dans la mesure où elle permet de mieux se connaître) et sociale, étude com­plétée par celle de S. Stucchi qui constate que, pour Pline, la réaction des individus face à la douleur, la perte, la souffrance, révèle leur véritable nature, d’où la néces­sité d’une réaction mesurée, respectueuse des convenances et gage de la victoire de la raison sur les affects. L. Deschamps s’intéresse, pour sa part, à l’évocation par Pline (pour se justifier d’écrire des vers légers, activité jugée indigne d’un sénateur) du Varron des Satires Ménippées (qui avait lui-même, sans avoir atteint le consulat, effectué une belle carrière). Le portrait de Varron a pour objectif, via quelques arran­gements avec la tradition (les uersaculi de Pline n’ont en réalité pas grand-chose de commun avec les Satires Ménippées qui avaient fait la renommée de Varron), d’en faire un modèle de vie. Sp. Tzounakas sou­ligne, lui, la volonté de Pline d’apparaître comme l’un des orateurs les plus impor­tants de son époque. Dans ce cadre, ses réfé­rences à Démosthène ont constitué un biais pour rivaliser avec Cicéron et faire de lui le véritable « Démosthène romain ». À partir de l’Ep., 9, 26, Chr. Whitton s’intéresse à la réflexion de Pline sur la rhétorique et sur la nécessité de l’audace (laquelle n’est pas sans danger), en particulier dans les métaphores. A. Billault, dans une affaire qui oppose Dion de Pruse à d’autres personnalités de la cité, souligne que jamais Dion n’existe dans la correspondance de Pline, alors gouverneur de Bithynie, en tant qu’orateur grec et que, dans leur échange, ni Pline ni Trajan ne lui réservent un traitement particulier. Billault nous invite à travers cet épisode « à relati­viser l’importance réelle de la rhétorique grecque à l’époque romaine ». La très inté­ressante contribution d’E. Manolaraki ana­lyse la longue évocation par Pline dans son Panégyrique de l’impopulaire taxe de 5 % sur les héritages qu’avait imaginée Auguste et les modifications apportées par Trajan. Pline se pose ici comme celui qui éclaire les décisions de Trajan, met en valeur les motifs de la réforme de manière à ce qu’elle ne soit pas mal interprétée et donc préju­diciable au prince. G. Flamerie de Lacha­pelle évoque enfin un critique et auteur du xixe s. aujourd’hui oublié, Jules Janin, qui a notamment composé un essai tendant à réhabiliter un Pline le Jeune qui s’est sou­vent heurté à l’hostilité des Modernes.

4Au final, un ouvrage riche et qui, sans révolutionner notre perception de Pline le Jeune, apporte des éclairages variés sur cette personnalité incontournable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Doze, « Olivier Devillers (éd.), Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy », Anabases, 24 | 2016, 339-341.

Référence électronique

Philippe Le Doze, « Olivier Devillers (éd.), Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5747

Haut de page

Auteur

Philippe Le Doze

Université de Reims Champagne-Ardenne
Philippe.le-doze@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page