Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus de lecture

Anthony Corbeill, Sexing the World. Grammatical Gender and Biological Sex in Ancient Rome

Sarah Rey
p. 338-339
Referencia(s):

Anthony Corbeill, Sexing the World. Grammatical Gender and Biological Sex in Ancient Rome, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2015, 216 p.
45 dollars / isbn 978-0-691-16322-2

Texto integral

1L’ouvrage d’Anthony Corbeill invite à une belle réflexion sur le genre des mots et sur le partage du monde qu’il crée. Dans ce domaine, l’auteur cherche à tester la vali­dité de la thèse des deux anthropologues Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf, qui ont voulu montrer que le langage des indivi­dus conditionnait leurs perceptions. Sur ce point, les Romains – de Térence à Servius, de Catulle à Augustin – apportent à l’auteur de riches confirmations. A. Corbeill soumet à son lecteur des textes étonnants, qui révèlent une pensée « sexuée » des choses, animées ou inanimées, dans laquelle la priorité est donnée au masculin, meilleur par principe : meliori sexui…, id est mascu­lino (Serv., Aen., 2, 457). Une argumentation en cinq chapitres est proposée : 1. Roman Scholars on Grammatical Gender and Bio­logical Sex. 2. Roman Poets on Grammatical Gender. 3. Poetic Play with Sex and Gender. 4. Androgynous Gods in Archaic Rome. 5. The Prodigious Hermaphrodite.

2Cette enquête vise à comprendre l’essen­tialisation du genre grammatical, ou bien ce que l’auteur appelle « l’hétérosexualisa­tion du monde ». Les grammairiens latins s’interrogent sans fin sur le sexus des mots, dont on redoute les confusions ou les varia­tions, d’où les traités De indiscretis generi­bus de Valerius Probus et de Nonius Mar­cellus. Chaque genre doit rester à sa place, dans sa sphère d’action appropriée. Ainsi, Servius (Aen., 8, 571) loue-t-il Virgile d’avoir employé le verbe uiduare pour décrire les méfaits de Mézence : le roi étrusque a dépeuplé la cité, l’a rendue « veuve de » nombreux citoyens ; or, note le scholiaste, le terme Vrbs est féminin, bien propre – par conséquent – à incarner le deuil, à l’imita­tion des Romaines qui jouent un grand rôle dans les cérémonies funèbres.

3Les poètes, quant à eux, prennent des libertés dans l’usage des genres qui désar­ment leurs exégètes antiques. Le jeu sur les mots et leurs sexes permet de lire en creux l’histoire de la soumission volontaire des écrivains latins à leurs prédécesseurs grecs. Si funis devient féminin chez Lucrèce, c’est en souvenir de la seirê grecque. Si arcus est de même féminisé, c’est pour rendre hom­mage à Iris, son modèle hellénique. Cette malléabilité du latin, qui autorise le trans­fert sexué d’un mot aussi important que dies dans le cours du Ier siècle av. J.-C., fait place à une progressive rigidification. A. Corbeill montre au passage que la manipulation des genres n’est pas toujours là où on le croit : les Métamorphoses d’Ovide n’en abusent curieusement pas.

4Avec le passage au christianisme, la grammaire devient un objet de polémique. L’auteur évoque Arnobe, accusant les païens d’avoir besoin d’attribuer un sexe à leurs divinités. Augustin revient à la charge lorsqu’il décrit la cohorte des dieux et déesses du paganisme aux compétences très circonscrites et très marquées par leurs sexes respectifs, dont l’anthropomorphisme trahit la fausseté. Le dieu des chrétiens, lui, outrepasse l’alternative masculin/féminin. L’ouvrage se termine par un chapitre sur les hermaphrodites, ces créatures qui provoquent la terreur des Romains et dont l’existence est vue comme un prodige qui appelle une expiation collective. A. Corbeill explique comment le vocabulaire latin tarde à se stabiliser autour des termes androgy­nus et hermaphroditus, avant de faire un sort à certaines interprétations modernes du phénomène qui forcent les sources antiques (L. Brisson). Dans cette partie du livre, comme il l’a fait ponctuellement ail­leurs, l’auteur ouvre une fenêtre anthro­pologique sur la polyvalence du « troisième sexe » d’une culture à l’autre, et cite notam­ment les Navajos pour qui ces naissances hors norme ne sont pas inquiétantes.

5Étranger au dogmatisme de certaines gender studies, ce Sexing the World intéres­sera les historiens autant que les latinistes. Il est agréable à lire, les considérations grammaticales n’y sont jamais abstruses. Il convainc de la présence chez les Anciens d’une croyance en la « juste » division des sexes. L’argumentation d’A. Corbeill prend la forme d’un libre cheminement, qui ne s’interdit pas, pour le plaisir et l’instruction de son lecteur, des détours par Tristram Shandy, Jules et Jim ou la morphologie des langues modernes. L’histoire des études n’est pas négligée : les théories indo-euro­péennes de Jacob Grimm sur le genre pri­mitif des mots ou l’interprétation du sexe des dieux étrusques par Massimo Pallottino sont judicieusement rappelées. La mention incidente (p. 75) d’une monnaie grecque figurant une allégorie du Sénat romain et dont la légende maladroite désigne « la » sénat (SACRA SINATUS), contamination probable de la boulè, donne à présent l’en­vie de lire le pendant archéologique d’une telle enquête.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Sarah Rey, « Anthony Corbeill, Sexing the World. Grammatical Gender and Biological Sex in Ancient Rome », Anabases, 24 | 2016, 338-339.

Referencia electrónica

Sarah Rey, « Anthony Corbeill, Sexing the World. Grammatical Gender and Biological Sex in Ancient Rome », Anabases [En línea], 24 | 2016, Puesto en línea el 15 noviembre 2016, consultado el 29 marzo 2017. URL : http://anabases.revues.org/5745

Inicio de página

Derechos de autor

© Anabases

Inicio de página