Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Philippe Blaudeau et Peter Van Nuffelen (éd.), L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs

Mathilde Cambron-Goulet
p. 334-336
Référence(s) :

Philippe Blaudeau et Peter Van Nuffelen (éd.), L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs, Berlin et Boston, De Gruyter, 2015, 380 p., 109
95 euros / isbn 9783110406931

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par P. Blaudeau et P. Van Nuffelen vise à comprendre l’histo­riographie tardo-antique dans son contexte culturel et à « interroger la catégorie de transmission culturelle dans son accep­tion la plus large » (p. 5), en réunissant des contributions issues de disciplines variées. Comme le souligne P. Blaudeau, la constitution en objet de l’Antiquité tardive comme période historique autonome est récente, tout comme l’examen de sources narratives à titre de productions intellec­tuelles. En effet, les récits des historiens tardo-antiques peuvent témoigner de chan­gements culturels, voire y contribuer : Van Nuffelen propose ainsi en introduction une riche réflexion sur les pratiques cultu­relles qui conditionnent l’historiographie, et les relations que celle-ci entretient avec d’autres formes de savoirs.

2Dans une première partie consacrée aux sources, D. Moreau étudie les techniques de citation utilisées dans les ouvrages his­toriques des ive-vie siècles : la provenance des actes pontificaux cités et les buts recherchés par ceux qui les citent indiquent que les actes pontificaux ne deviennent des autorités qu’après 425. A. Hilkens, en identifiant les références qui remontent à Andronicus dans les ouvrages de ses suc­cesseurs, déploie la diversité des sources, tant chrétiennes que païennes, qu’Androni­cus cherche à harmoniser.

3Le second thème abordé est celui des logiques d’appartenance. A. Camplani étudie la corrélation entre la documenta­tion citée par les historiens et la dimension géo-ecclésiologique de l’historiographie alexandrine. Il met en lumière le parti pris idéologique qui détermine la sélection des sources transmises, soit une reconfigu­ration de la représentation d’Alexandrie comme ville chrétienne et de l’origine apos­tolique de son siège épiscopal. G. Greatrex, à partir du cas de Théodore et de son épito­mateur du viie siècle, montre qu’au fil de la narration, l’histoire profane tend à prendre une place de plus en plus grande, en raison de la tendance des historiens à traiter davantage de l’histoire politique lorsqu’ils se rapprochent de leur époque. Il souligne avec justesse l’importance, jusqu’ici sous-estimée, des interventions de l’épitomateur, qui supprime ou commente les citations afin d’offrir au lecteur un ouvrage utile.

4Dans une troisième partie sur les diffé­rents genres historiographiques, R. Teja rend compte du débat sur l’authenticité de la Vie de Porphyre de Gaza. Est-il possible d’utiliser ce texte comme source, et si oui, pour quelle période ? Si l’auteur du texte est un faussaire du vie siècle, conclut-il, il pos­sède néanmoins une excellente connais­sance historique des siècles qui précèdent. G. Traina se penche quant à lui sur l’histo­riographie arménienne, qui s’appuie sur des modèles grecs en raison de la formation des intellectuels arméniens, et qui présente une tentative de conciliation de traditions diverses (biblique, tradition arménienne populaire et écrite, emprunts littéraires au Roman d’Alexandre) à des fins idéologiques. T. Deswarte nous invite à lire l’Historia Wambae comme un projet littéraire origi­nal, un genre nouveau dans lequel l’histoire a pour finalité la fidélité des nobles au roi.

5La quatrième partie porte sur la manière dont les historiens tardo-antiques font usage des connaissances issues de savoirs anciens. D. Meyer montre comment diverses épistémologies peuvent être sol­licitées dans les débats théologiques du Ve siècle : explications philosophiques et médicales, citations bibliques et références littéraires classiques côtoient l’argumenta­tion théologique chez Philostorge. L’étude remarquable de U. Roberto explore le glis­sement d’une chronique chrétienne en synchronie avec la datation païenne – celle de Sextus Julius Africanus – à des chro­niques chrétiennes en symphonie avec les savoirs grecs – celle de Jean Malalas intro­duit des éléments théosophiques païens et celle de Jean d’Antioche récupère des éléments étrusques et traite l’histoire de la République romaine dans une perspective eschatologique où l’avènement du Christ correspond à une déchéance de l’huma­nité. B. Bleckmann montre que, quoique dans la Bibliothèque comme dans l’Epitomé Philostorge soit décrit comme un athée aux écrits mensongers, les détails rapportés par Photius permettent de connaître la position doctrinale de Philostorge, et que la rédac­tion de l’Epitomé témoigne d’un véritable intérêt, stylistique, scientifique et histo­rique, pour cet auteur.

6La dernière partie de l’ouvrage porte sur les figures et contre-figures d’autorité. E. Parmentier et F. P. Barone montrent que le thème de la rétribution des fautes, thème essentiel de l’historiographie chré­tienne dans le récit de la mort d’Hésiode, se transforme entre Flavius Josèphe et le Pseudo-Athanase. P. Gaillard-Seux trace des parallèles entre des portraits d’empe­reurs de l’Histoire Auguste et des traits d’animaux – abondamment documentés à l’aide de textes zoologiques – ce qui permet, grâce à une comparaison entre la figure fictive de Firmus dans l’Histoire Auguste et celle de Typhos évoquée par Synésius, de conjecturer une datation du texte pos­térieure à 400. O. Huck signe une contri­bution remarquable sur la construction de l’image de Constantin comme législateur chrétien : Sozomène, qui est juriste, attri­bue à Constantin des lois qui lui sont pos­térieures, construisant ainsi l’image d’un Constantin législateur qui répond à une volonté de réfuter des polémistes païens et d’harmoniser son argumentation avec l’his­toriographie officielle qui fait de Constantin le prédécesseur de Théodose II et le pre­mier grand législateur de l’empire. E. Wir­belauer examine la surprenante construc­tion de la légende de Silvestre : l’absence de sources documentaires contemporaines de Silvestre n’empêche pas la production d’une littérature riche à une époque pos­térieure. T. Stickler, à partir des fragments d’Olympiodore de Thèbes transmis par Photius, montre que ceux-ci transmettent également le discours politique officiel de la domination de l’empire d’Orient sur celui d’Occident. A. Laniado enfin établit qu’au­cune source n’atteste du statut de magister militum de Vitalien avant sa révolte ; or si ce titre lui a été octroyé après la révolte, Vita­lien n’est pas un général devenu rebelle.

7L’intérêt de l’ensemble réside dans la richesse du corpus étudié, ainsi que dans la fécondité des approches et concepts solli­cités : en particulier, ceux de synchronie et de symphonie (Roberto), de géo-ecclésio­logie (Camplani), semblent tout à fait pro­metteurs pour l’étude de l’historiographie tardo-antique. La variété des sources inter­rogées, lues à titre de projets intellectuels légitimes et autonomes, permet au lecteur d’entrevoir la richesse des textes qu’il reste encore à étudier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Cambron-Goulet, « Philippe Blaudeau et Peter Van Nuffelen (éd.), L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs », Anabases, 24 | 2016, 334-336.

Référence électronique

Mathilde Cambron-Goulet, « Philippe Blaudeau et Peter Van Nuffelen (éd.), L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs », Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5741

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page