Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Anthony Grafton, Megan Williams, Christianity and the Transformation of the Book. Origen, Eusebius, and the Library of Caesarea

Aurélie La Torré
p. 335-337
Référence(s) :

Anthony Grafton, Megan Williams, Christianity and the Transformation of the Book. Origen, Eusebius, and the Library of Caesarea, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2006, 383 p., 29,95 dollars / isbn 978-0-674-02314-7.

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, cet ouvrage entend montrer les influences croisées entre la tradition intellectuelle chrétienne, en particulier celle de Césarée dans la Palestine de la basse Antiquité, et la transformation du livre en Occident. En centrant leur étude sur l’habitus de deux érudits chrétiens de cette période, Origène (184-254) et Eusèbe (260-339), les historiens américains Anthony Grafton et Megan Williams s’intéressent à la filiation existant entre deux de leurs écrits présentés en colonnes, et à la signification et réception de ce format.

2Le premier chapitre se centre sur l’identité sociale d’Origène, à partir d’un point de vue original : celui de son rapport aux livres. Les auteurs rompent en effet avec son image imposante et décontextualisée de Père de l’Église tout en évitant la question de son platonisme. Puis, à travers une double comparaison de l’érudition d’Origène avec celle du philosophe romain Plotin (205-270), puis de ses pratiques éditoriales avec celles en vigueur à la bibliothèque d’Herculanum, les auteurs montrent combien son rapport aux livres le situe parmi les philosophes de son temps. Grafton et Williams dégagent ainsi trois traits communs à Origène et à ses pairs : l’accumulation de travaux qui font autorité au sein d’une bibliothèque personnelle ; l’assemblage et la correction de textes ; le recours à un mécène pour l’achat et la copie de livres. Le chapitre se clôt par une réflexion sur le rôle d’Origène à la tête de la bibliothèque de Césarée, qui interroge ses relations avec son mécène, le laïc Ambrose, et souligne son intérêt distinctif pour l’hébreu, qui culminera selon les auteurs dans son ouvrage le plus audacieux : les Hexaples.

3Le chapitre 2 débute ainsi par une description de ce livre qui présente, sur six colonnes, l’Ancien Testament en hébreu et en grec. Le texte hébreu commande la transcription grecque et les traductions grecques plus littérales d’Aquila et de Symmaque ; tandis que la traduction de la Septante, qui comprend des signes diacritiques empruntés par Origène aux érudits d’Alexandrie, commande celle de Théodotion, qui en est une révision discrète. Conscients que toute reconstruction des Hexaples est sujette à débat, les auteurs évaluent les témoignages disponibles d’auteurs du ive siècle, tel celui d’Épiphane de Salamine, et étudient les deux fragments survivants, celui de la Geniza du Caire et celui de l’Ambrosiana à Milan. Les auteurs en concluent que si ces matériaux donnent une image incomplète du texte, ils l’insèrent toutefois dans les modes de fabrique et de stockage du livre dans la basse Antiquité, avec l’exploitation maximale de la forme du codex − 40 codex de 800 pages chacun. Enfin, spéculant sur le projet d’Origène, les auteurs estiment qu’il aurait commencé son travail à Césarée, où prospérait la communauté juive, et qu’il maîtrisait au moins les bases de l’hébreu. Mais la finalité de son projet resterait floue : s’agit-il d’établir la prééminence philologique de la Septante ou de présenter un outil d’apologie contre les juifs, qui auraient dénaturé le texte biblique après la Septante ?

4Le chapitre 3 traite ensuite de la réception de l’œuvre d’Origène par Eusèbe. Selon les auteurs, ce dernier est allé plus loin qu’Origène dans la « mise en page » et les techniques de fabrique du livre, par son usage historiographique du format multicolonne ainsi que par son recours au mécénat institutionnel − impérial. Cependant, Eusèbe n’en reste pas moins l’héritier d’Origène, comme en témoigne sa Chronique, liste datée d’événements de la Création à 303. En effet, divisé en deux parties − la Chronographie et les Canons −, ce travail présente une liste de synchronies de l’histoire juive, grecque et romaine ; puis une chronique de l’histoire du monde qui suit dix-neuf anciens royaumes, jusqu’à l’unique colonne de l’Empire romain. Or, contrairement à son prédécesseur Julius l’Africain, Eusèbe inclut dans sa Chronique des données sur l'histoire de l’Égypte et de Babylone, même quand elles ne concordent pas avec le texte biblique. Amplifiant une remarque de l’historien Timothy Barnes, les auteurs constatent ainsi l’influence des Hexaples d’Origène : ce texte aurait appris à Eusèbe à comparer des textes parallèles en en laissant les divergences. La chronologie, dès lors, serait devenue une « discipline ouverte au débat » (p. 170).

5Le chapitre 4 se concentre, enfin, sur le travail éditorial d’Eusèbe à Césarée et ses conditions d’élaboration. Les auteurs examinent d’abord ce que l’on connaît de son mentor Pamphile († 310), auquel Origène n’a en réalité pas légué de bibliothèque. En effet, l’importante bibliothèque de Pamphile serait le résultat de son admiration pour Origène et de son goût pour la collection et l’assemblage de livres. C’est dans ce contexte qu’Eusèbe a donc pu prolonger la tradition éditoriale de son mentor tout en expérimentant de nouvelles techniques. Les auteurs insistent, à cet égard, sur la dimension collective de cette entreprise : outre ses collaborateurs, qui maintiennent en état la bibliothèque et l’agrandissent, Eusèbe emploie beaucoup de scribes. Il visite aussi les archives de la région, par exemple à Jérusalem, et bénéficie, en véritable « imprésario chrétien du codex », du soutien de l’empereur Constantin, qui lui commande cinquante bibles ornementales. Autant d’indices, selon les auteurs, de la transformation de la bibliothèque de Césarée en une importante institution de recherche, « à la fois lieu d’archives, bibliothèque et scriptorium » (p. 215). Les auteurs soulignent, in fine, l’influence des œuvres ultérieures d’Eusèbe – l’Onomasticon et la Vie de Constantin − sur l’émergence de nouveaux genres chrétiens, telle la cartographie des lieux bibliques.

6Au total, ce riche et rigoureux ouvrage transdisciplinaire parvient à articuler histoire intellectuelle et histoire du livre, en particulier à travers l’esquisse d’une typologie de la figure de l’érudit chrétien. Si l’on regrette l’absence d’un travail plus approfondi sur la réception des Hexaples et de la Chronique par les érudits postérieurs, notamment d’un point de vue cognitif, les auteurs soulignent clairement combien ces pratiques éditoriales ont été incorporées aux savoirs sécularisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie La Torré, « Anthony Grafton, Megan Williams, Christianity and the Transformation of the Book. Origen, Eusebius, and the Library of Caesarea », Anabases, 9 | 2009, 335-337.

Référence électronique

Aurélie La Torré, « Anthony Grafton, Megan Williams, Christianity and the Transformation of the Book. Origen, Eusebius, and the Library of Caesarea », Anabases [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/574

Haut de page

Auteur

Aurélie La Torré

Université de Limoges, Centre Maurice-Halbwachs, (ehess/ens/cnrs)
Aurelie.La.Torre@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page