Navigazione – Piano del sito
Comptes rendus de lecture

Agnès Bérenger et Olivier Dard (dir.), Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Alexandre Massé
p. 332-334
Riferimento/i:

Agnès Bérenger et Olivier Dard (dir.), Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, Metz, Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, 2015, 443 p.
25 euros / isbn 2-85730-061-1

Testo integrale

1Dans cet ouvrage, Agnès Bérenger, pro­fesseur d’histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, et Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, présentent les actes du colloque qui s’est tenu à Metz les 10-12 octobre 2013. Dans une brève intro­duction, ils exposent les choix qui struc­turent leur démarche scientifique. Le col­loque portait sur l’usage des lettres comme vecteurs de pouvoir. Sont donc appréhen­dés tous les courriers susceptibles d’avoir exercé une influence politique, ce qui inclut les correspondances publiques, diploma­tiques et administratives, mais aussi les lettres de recommandation et certains échanges épistolaires privés. Les organisa­teurs ont donc fait le choix d’ouvrir, autant que possible, l’angle d’approche en abor­dant les lettres comme des vecteurs de la pensée, de l’action politique, d’informa­tions, de conseils, d’ordres, de débats, etc. Cette approche soulève tout particulière­ment la question des divergences entre le discours et les pratiques concrètes, mais aussi le problème de l’efficacité des corres­pondances dans une perspective rejoignant la problématique de l’opposition centre/ périphéries.

2Dans l’objectif d’un élargissement maxi­mal, les organisateurs ont également fait le choix du temps long pour s’efforcer, avec succès, de dépasser les questionnements propres à chaque période. Il s’agit, pour eux, de prouver l’existence d’invariants politiques, comme l’apparition de bureau­craties et de technicités dans les États orga­nisés. Il a donc été demandé aux contri­buteurs de réfléchir à partir de méthodes comparables, notamment en travaillant à une typologie des correspondances qu’ils utilisent, à leur fréquence et leur durée, aux réseaux embrassés par elles et à leurs implantations territoriales afin de les car­tographier. En fin de compte, cet ouvrage regroupe vingt-et-une présentations répar­ties autour de cinq thèmes : « Informer, renseigner », « Conseiller, négocier », « Art et pratique du gouvernement : bien et mal gouverner », « Recommander, nommer » et « Expressions du pouvoir ». Suivant la logique présentée par les auteurs, cha­cune des cinq parties de l’ouvrage contient des contributions portant sur plusieurs périodes historiques, l’époque contempo­raine étant moins présente.

3La partie « Informer, renseigner » contient cinq interventions. Julien Briand y étudie la correspondance entre le roi et la ville de Reims au XVe siècle (p. 13-37) et Klara Hübner s’y intéresse à la messagerie de Fribourg également au XVe siècle (p. 39-52). François Brizay présente une étude des correspon­dances des consuls et diplomates en poste à Rome et dans le Royaume de Naples au début du XVIIie siècle en insistant sur leur mission informative (p. 53-72). Ferenc Tóth analyse l’influence de la correspon­dance diplomatique de Louis XIV durant la guerre d’indépendance hongroise (1703­1711) (p. 73-94). Julie d’Andurain s’intéresse à la correspondance privée des officiers coloniaux, notamment à celle de Lyautey (p. 95-113).

4La partie « Conseiller, négocier » s’orga­nise également autour de cinq interven­tions. Armand Jamme étudie la corres­pondance entre le Pape et les souverains au milieu du xive siècle (p. 117-145). François Pernot analyse la pratique des consulta – un avis écrit par un conseiller à propos d’une lettre ou d’une demande reçue par le roi – dans l’Espagne de Philippe II (p. 147-155). Thierry Rentet s’intéresse à la correspon­dance de M. de Gordes, lieutenant général du roi, au moment où il gouverne le Dau­phiné (1564-1566) (p. 157-175). Claire Buchet se penche sur la correspondance propé­deutique entre une mère, Charlotte-Mar­guerite de Montmorency, et un fils, Louis II de Bourbon, le futur Grand Condé, de 1643 à 1646 (p. 177-187). Jean-François Plamondon analyse l’importance du réseau épistolaire de Marie de l’Incarnation dans la fondation du monastère des Ursulines à Québec dans les années 1630 (p. 89-206).

5La partie « Art et pratique du gouver­nement : bien et mal gouverner » s’orga­nise aussi autour de cinq interventions. Rémy Poignault étudie la correspondance du rhéteur Fronton et ses conseils sur l’art de gouverner au IIe siècle (p. 209-232). Fanny Firon s’intéresse aux lettres adres­sées par la population aux administrateurs d’Oxyrhynchos dans la province romaine d’Égypte du ier siècle au ive siècle (p. 233­249). François-Xavier Romanacce analyse la correspondance de l’évêque de Carthage, Cyprien, pendant la persécution anti-chré­tienne de 250-251 (p. 252-269). Christiane Veyrard-Cosme se penche sur les lettres de Charlemagne (p. 271-285). Amandine Le Roux étudie la pratique épistolaire comme moyen de gouvernance financière à travers l’exemple des échanges entre la papauté et ses collecteurs aux xive et XVe siècles (p. 287-310).

6La partie « Recommander, nommer » contient quatre interventions. Christian Settipani analyse les parentés implicites ou explicites dans les recueils épistolaires gallo-romains (p. 313-346). Luciana Furbetta s’intéresse aux lettres de recommandation en Gaule du ve siècle au vIIie siècle (p. 347­368). Jonathan Barbier se penche sur la pra­tique des recommandations médicales chez Français-Vincent Raspail de 1840 à 1862 et ses liens avec la politique (p. 369-388). Julie Bour étudie les interactions entre la pra­tique de la faveur et la corruption à travers les lettres de recommandation en Meuse de 1880 à 1980 (p. 389-403). Enfin, la partie « Expressions du pouvoir », la plus courte, se limite à deux interven­tions. Agnès Bérenger y étudie la pratique épistolaire des gouverneurs de province dans l’Empire romain en se focalisant sur les lettres adressées aux administrés ou à d’autres représentants du pouvoir central (p. 407-423). François Bérenger se penche sur l’utilisation de la correspondance par le roi Charles II d’Anjou pour gouverner la Sicile (1289-1294) (p. 423-440).

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Alexandre Massé, « Agnès Bérenger et Olivier Dard (dir.), Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine  », Anabases, 24 | 2016, 332-334.

Riferimento elettronico

Alexandre Massé, « Agnès Bérenger et Olivier Dard (dir.), Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine  », Anabases [Online], 24 | 2016, Messo online il 15 novembre 2016, consultato il 18 ottobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5739

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Anabases

Inizio pagina