Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Claude Calame, Qu’est-ce que la mythologie grecque ?

Carine Giovénal
p. 304-305
Référence(s) :

Claude Calame, Qu’est-ce que la mythologie grecque ?
Paris, Gallimard, 2015, 736 p.
10, 20 euros/ isbn 9782070445783

Texte intégral

1Cette imposante monographie propose une relecture des plus célèbres mythes grecs, mythes qui, loin d’être figés pour l’éternité, se révèlent instables et modulables au gré des époques, des auteurs, du message moral, cultuel ou politique qu’on veut leur faire transmettre. En onze chapitres, c’est l’art du mythe que l’auteur nous invite à découvrir, art poétique, dramatique, iconographique…

2Le chapitre 1 «  Mythes et mytho-logiques  » et le chapitre 2 «  Créations narratives et poétiques  » montrent comment le mythe du rapt de Perséphone, au-delà de sa dimension narrative et fictive, renvoie à l’institution et la célébration des Mystères d’Eleusis  ; dans le deuxième chapitre, l’étude de l’Hymne homérique à Déméter démontre que raconter un mythe signifie avoir recours à une forme poétique donnée pour en obtenir des effets esthétique, émotionnel et moral sur un public particulier dans des conditions d’énonciation précises  : ainsi le mythe prend-il sens, par la forme poétique, dans la performance ritualisée. Le chapitre 3 «  Bellérophon, le passage à l’âge adulte et la pragmatique du récit homérique  » s’intéresse au texte fondateur qu’est L’Iliade, récit mythique que l’aède recrée en faisant revivre la figure d’un jeune héros condamné à une mort obscure, en correspondance avec l’action narrée dans son poème. Le chapitre 4 «  Clytemnestre, Oreste et la célébration poétique d’une victoire aux Jeux pythiques  » utilise l’exemple épique d’Oreste revisité par le poète, pour contribuer à l’héroïsation rituelle de l’­athlète des jeux de Delphes lors d’une performance musicale, publique et religieuse d’un poème choral. C. Calame aborde ensuite l’univers dramatique avec le chapitre 5, «  Iô, les Danaïdes, l’étranger et l’autochtone  : l’inflexion tragique  »  ; à travers le mythe d’Iô séduite par Zeus et fuyant en Égypte, c’est un récit géographique et généalogique qui se trouve dramatisé en deux tragédies par Eschyle pour figurer les valeurs sociales et culturelles que le poète tragique partage avec ses spectateurs athéniens. Un exemple d’historiographie nous est ensuite donné dans le chapitre 6 où Hérodote livre sa version de la guerre de Troie, version qui innocente Hélène  : l’enquête d’Hérodote étant traversée par la logique d’équilibre géopolitique entre Europe et Asie, la conduite de son «  historiopoiétique  » s’oriente vers un présent politiquement et moralement marqué par les guerres médiques. Une approche de l’iconographie grecque est présentée dans le chapitre 7 «  Thésée l’Athénien en héros iconographique  : légitimation d’une politique d’expansion maritime  »  : une coupe attique classique figurant la double scène de l’accueil du jeune Thésée à Athènes, puis dans le domaine sous-marin de Poséidon, métaphorise la domination du contrôle économique, politique et religieux exercé par l’Athènes du ve siècle sur la mer Égée. Le chapitre 8 enchaîne avec «  Héraclès, héros tragique et victime sacrificielle  : entre drame et culte  », représenté dans la tragédie de Sophocle qui renvoie, par l’apothéose du héros, au rituel sacrificiel de l’holocauste tel qu’il est attesté dans la pratique cultuelle hellène comme consécration entière de la victime à la divinité. Dans le chapitre 9 «  Prométhée et la justice civique dans le dialogue philosophique  », le mythe du Prométhée enchaîné d’Eschyle se trouve réorienté dans la logique argumentative d’un dialogue entre le titan et Zeus portant sur un enseignement de la vertu, plaidoyer pour la sagesse et la justice civiques comme fondements de la valeur et de l’humanité. Le chapitre 10 analyse la recréation poétique du mythe de Tirésias par le poète Callimaque qui met en scène le récit originel thébain dans une forme hymnique, probablement destinée à ses collègues de la bibliothèque d’Alexandrie. Enfin, «  Artémis, Hippolyte et l’espace cultuel de Trézène racontés par un géographe  » constitue le chapitre 11  : le géographe et historien Pausanias dessine à travers ce mythe l’espace cultuel et politique de Trézène, et offre au public grec sous domination romaine un manuel raisonné sur les origines de la culture politico-religieuse de la Grèce traditionnelle  ; le mythe y trouve une pragmatique nouvelle, la mémoire culturelle lettrée.

3Pour conclure, un ouvrage très documenté, d’une réflexion approfondie, aux analyses riches et rigoureuses, mais un ouvrage par là même complexe, et donc réservé à un lectorat de spécialistes de la mythologie et de la culture grecques antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Giovénal, « Claude Calame, Qu’est-ce que la mythologie grecque ? », Anabases, 23 | 2016, 304-305.

Référence électronique

Carine Giovénal, « Claude Calame, Qu’est-ce que la mythologie grecque ? », Anabases [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 02 mai 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5684

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page