Navigation – Plan du site
Lire, relire la bibliothèque des sciences de l'Antiquité

«  L’impression de quelque chose de très grand et d’inachevé  ». Franz Cumont découvre l’Amérique et ses universités en 1911

Corinne Bonnet et Diane Perrey
p. 219-226

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Aperçu du texte

Franz Cumont (1868-1947) est âgé de 43 ans lorsqu’à l’automne 1911, il se rend pour la première fois aux États-Unis afin d’accomplir une tournée de conférences. Il est vrai qu’il est désormais libre de toutes charges universitaires puisqu’il a démissionné de sa chaire gantoise, suite à un conflit idéologique avec le Ministre. Son père, Charles Cumont (1830-1912), est cependant gravement malade et décédera le 12 octobre 1912, créant les conditions de l’éloignement durable de Cumont de la Belgique. C’est par la suite à Paris, chez son frère, et surtout à Rome que le savant belge se fixera. Le voyage, qui va l’amener à parcourir une grande partie du nord-est des États-Unis et qui se situe juste en amont de ces importants bouleversements familiaux et professionnels, est en fait l’aboutissement d’un projet en germe depuis plusieurs années.

Lors de son séjour de formation en Allemagne, à l’école de la prestigieuse Altertumswissenschaft allemande, Cumont a sympathisé avec un jeune savant a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet et Diane Perrey, « «  L’impression de quelque chose de très grand et d’inachevé  ». Franz Cumont découvre l’Amérique et ses universités en 1911 », Anabases, 23 | 2016, 219-226.

Référence électronique

Corinne Bonnet et Diane Perrey, « «  L’impression de quelque chose de très grand et d’inachevé  ». Franz Cumont découvre l’Amérique et ses universités en 1911 », Anabases [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5665 ; DOI : 10.4000/anabases.5665

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page