Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Des «  rites de passage  » avant van Gennep  : les cérémonies funéraires dans les traités antiquaires et «  ethnographiques  » de la première modernité (xvie-xviiie siècle)

Christian Grosse
p. 99-114

Résumés

Rappelant le travail d’archéologie de l’ethnologie et de l’histoire comparée des religions auquel Arnold van Gennep se livre entre 1905 et 1920, ce texte montre qu’il remonte progressivement jusqu’à l’ouvrage de l’antiquaire Claude Guichard, Funérailles et diverses manières d’ensevelir des Romains, Grecs et autres nations (1581), identifié comme l’un des premiers témoignages de la «  méthode comparative  ». En suivant un cheminement similaire, l’article met en évidence la manière dont se construit et se diffuse, dès la Renaissance, à partir des travaux des antiquaires, des récits de voyages et d’une science des cérémonies d’État en formation, un vaste corpus de connaissances comparatives sur les rites funéraires «  de tous les peuples du monde  » et, dans une certaine mesure aussi, sur les rites nuptiaux. Ces connaissances, qui commencent à être synthétisées au xviie siècle, jettent les bases d’un savoir et d’une théorisation sur les rites de passage en général, dont l’ouvrage de van Gennep, Les rites de passage (1909) constitue l’un des aboutissements.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Aperçu du texte

Célèbre surtout pour avoir isolé une «  classe autonome  » de cérémonies, qu’il a désignées comme Rites de passage – l’expression est si consacrée qu’elle est passée telle quelle dans la langue anglaise – et connu dans une moindre mesure comme l’auteur d’une monumentale et inachevée encyclopédie du ­Folklore français, Arnold van Gennep (1873-1957) a également manifesté, très tôt dans sa carrière, un intérêt pour l’histoire des sciences qu’il pratiquait – histoire des religions, ethnographie, folklore, anthropologie, sciences de l’homme… Plusieurs textes visant à retracer cette histoire se succèdent de manière resserrée pendant une dizaine d’années, entre 1905 et 1920, et témoignent de cet intérêt en portant une attention particulière à la formation de la méthode comparative.

Le premier d’entre eux ne dessine qu’une rapide esquisse en repérant les textes français qui ont posé, au xviiie siècle, «  des règles de méthode  » influentes pour ces disciplines  : Fontenelle (1657-1757) et D...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Grosse, « Des «  rites de passage  » avant van Gennep  : les cérémonies funéraires dans les traités antiquaires et «  ethnographiques  » de la première modernité (xvie-xviiie siècle) », Anabases, 23 | 2016, 99-114.

Référence électronique

Christian Grosse, « Des «  rites de passage  » avant van Gennep  : les cérémonies funéraires dans les traités antiquaires et «  ethnographiques  » de la première modernité (xvie-xviiie siècle) », Anabases [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 02 juin 2019, consulté le 23 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/5599 ; DOI : 10.4000/anabases.5599

Haut de page

Auteur

Christian Grosse

Professeur ordinaire
Histoire et anthropologie des christianismes modernes
Université de Lausanne
Faculté de Théologie et de Sciences des religions, Cultures et Modernité
christian.grosse@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page