Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

«  Et la Grèce le scella de son empreinte  » Pierre Paris, des lettres à l’archéologie, du Normalien à l’Athénien

Grégory Reimond
p. 167-192

Résumés

Connu pour ses études sur la culture ibérique, fondateur de la Casa de Velázquez (Madrid), Pierre Paris est un brillant archéologue hispaniste. Formé à la fin du xixe siècle dans les plus prestigieuses institutions scientifiques françaises de l’époque, l’École normale puis l’École française d’Athènes, ses premiers pas en tant que chercheur et enseignant sont restés longtemps méconnus. Le présent essai se penche sur son parcours athénien. Il s’agira de voir comment un jeune érudit formé à la philologie classique s’est peu à peu orienté vers les études archéologiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

À «  l’école de précision de l’esprit français  »  : le Normalien de la rue d’Ulm
L’agrégé de lettres (1882)
À l’école d’Albert Dumont et de Paul Foucart
Le séjour athénien et la conversion à l’archéologie (1882-1885)
«  Et la Grèce le scella de son
empreinte  »

Aperçu du texte

S'il est un pays auquel le nom de Pierre Paris (1859-1931) reste attaché, c’est bien l’Espagne. Figure majeure de l’hispanisme archéologique, précurseur des études sur la culture ibérique qu’il contribue à faire connaître – et reconnaître – à la suite de Léon Heuzey, son nom est lié à un événement qui va marquer le cours de sa carrière  : l’achat du célèbre buste de la Dame d’Elche qu’il réalise pour le compte du musée du Louvre en 1897. Sa voie est alors tracée. Jusqu’à sa mort, le savant bordelais travaille sans relâche à mieux connaître le pays qu’il a adopté, tout en suscitant un grand nombre d’études sur l’histoire et la culture hispaniques à travers des institutions dont il est en grande partie le fondateur (l’École des hautes études hispaniques puis la Casa de Velázquez).

Pierre Paris reste pourtant une figure méconnue. Si les notices biographiques les plus récentes consacrent l’essentiel de leur développement aux «  années ibériques  », nous avons pu constater à quel point le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Reimond, « «  Et la Grèce le scella de son empreinte  » Pierre Paris, des lettres à l’archéologie, du Normalien à l’Athénien », Anabases, 22 | 2015, 167-192.

Référence électronique

Grégory Reimond, « «  Et la Grèce le scella de son empreinte  » Pierre Paris, des lettres à l’archéologie, du Normalien à l’Athénien », Anabases [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://anabases.revues.org/5490 ; DOI : 10.4000/anabases.5490

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page