Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Relire le Satyricon. Pline le Jeune et les chrétiens, cibles du roman secret d’un affranchi cultivé

Stéphane Ratti
p. 99-145

Résumés

On propose dans la première partie de cette étude de dater le Satyricon de la fin du règne de Trajan, après 107-111, et de situer sa composition dans la maisonnée de Pline le Jeune. Dans ce contexte la présence d’allusions aux Évangiles dans le roman non seulement n’est plus impossible mais devient vraisemblable. La seconde partie de l’étude se propose d’examiner le dossier en tenant compte de cette nouvelle datation du roman et des conséquences importantes qui en découlent pour l’interprétation d’un ouvrage qui n’est sans doute pas l’œuvre d’un aristocrate observant de haut le monde des esclaves mais celle d’un intellectuel issu du milieu des affranchis et d’un observateur privilégié et amusé du monde aristocratique de Pline le Jeune et de son temps.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

Première partie. L’auteur du Satyricon, un familier de Pline le Jeune
La décadence de l’école  : un motif dans l’actualité du iie siècle
L’auteur du Satyricon a lu Martial et Tacite
L’auteur du Satyricon connaissait la correspondance de Pline le Jeune
Comment Pétrone a choisi son nom de plume
L’auteur du Satyricon est un affranchi et non un aristocrate
Le Satyricon, un miroir de la maison de Pline le Jeune
La clémence de Pline le Jeune sujet d’une saynète dans le Satyricon
Pline le Jeune et Trimalchion  : une même ambition de propriétaire terrien
Le tombeau de Trimalchion  : nouvelle parodie du monde de Pline
Deuxième partie. Les Évangiles dans le Satyricon  : éléments parodiques
Les chrétiens et le roman
La nouvelle datation du Satyricon  : une conséquence majeure
Le tombeau de Trimalchion et le symbolisme chrétien
Trimalchion et l’onction de Béthanie
Le chant du coq
Trimalchion croit en la vie après la mort
La Matrone d’Éphèse et les Évangiles
«  Mangez mon corps  »  : une scène d’eucharistie dans le Satyricon
Manger de la chair humaine  : une punition réservée aux aristocrates cupides
L’immortalité par les œuvres
Le Satyricon et la datation des Évangiles
Nicomaque Flavien senior, Pétrone et les pseudonymes
Le paradigme Émile Ajar

Aperçu du texte

Première partie. L’auteur du Satyricon, un familier de Pline le Jeune

L'auteur du Satyricon connaissait bien la correspondance de Pline le Jeune. Il y a puisé un certain nombre de thèmes ou de situations caractéristiques de la vie intellectuelle du début du iie siècle ainsi que de la condition des affranchis. Ces parallèles fournissent un argument sûr pour refuser l’identification de l’auteur du Satyricon avec le consulaire Petronius mentionné par Tacite. Ils établissent que le roman a été écrit après l’année 107 et peut-être après 111, très probablement au début du iie siècle. Ils confirment enfin de manière éclatante la thèse qui voit en Encolpius, l’affranchi de Pline le Jeune, l’auteur du Satyricon.

Cette nouvelle datation du roman, éloigné désormais de toute espèce de relation avec les temps néroniens, ouvre la voie, dans la continuité d’une contextualisation refondée, à de nouvelles pistes de lecture. Non seulement Trimalchion n’est pas dans le Satyricon l’arriviste obtus que l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ratti, « Relire le Satyricon. Pline le Jeune et les chrétiens, cibles du roman secret d’un affranchi cultivé », Anabases, 22 | 2015, 99-145.

Référence électronique

Stéphane Ratti, « Relire le Satyricon. Pline le Jeune et les chrétiens, cibles du roman secret d’un affranchi cultivé », Anabases [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/5463 ; DOI : 10.4000/anabases.5463

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page