Navigation – Plan du site
Historiographie et identité culturelles

Ubi tu Gaius, ibi ego Gaia. Enjeux historiographiques du mariage romain

Sabine Armani
p. 63-84

Résumés

L’auteur balaie cent cinquante années d’études relatives au mariage romain. Pendant longtemps, l’intérêt porté aux «  grands textes  » explique que les premiers travaux aient fait la part belle aux aspects religieux et juridiques de l’union dans la Rome ancienne. Avec la seconde moitié du xxe siècle marquée par le développement des sciences sociales, les analyses s’enrichissent de nouveaux questionnements et problématiques en adoptant notamment les grilles de lecture lévi-straussiennes. C’est à cette époque que les théories duméziliennes sur la trifonctionnalité du mariage romain connaissent leurs premières critiques. Au milieu des années 1980, sous l’influence de l’épigraphie qui s’impose progressivement comme une science à part entière, les techniques de mise en série consacrent provisoirement la prédominance des études quantitatives importées du monde anglo-saxon. Appliquées à l’analyse de l’union dans le monde romain, elles contribuèrent à explorer de nouvelles pistes tant sur le plan démographique (âge au mariage des conjoints), que social (la question de l’alliance dans les couches inférieures à l’aristocratie impériale) ou encore géographique avec la prise en considération de plus en plus fréquente des sociétés provinciales. Ce n’est que récemment que les études de genre ont investi le champ du mariage romain. Devant le foisonnement des travaux, l’auteur propose, pour finir, de décloisonner les approches pour tenter une lecture globale du dossier.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La définition d’un premier champ d’étude  : étude religieuse et symbolique du mariage
Le temps des pionniers
La «  révolution  » dumézilienne
Les premières critiques
Mariage et épigraphie  : nouvelles approches
L’influence des sciences sociales
La domination des études quantitatives
Le retour de la prosopographie
Vers une histoire globale  ?
Le désintérêt initial des études de genre
Reconsidérations et nouvelles perspectives

Aperçu du texte

Le titre de la communication fait sienne la célèbre formule nuptiale traduite de Plutarque pour attirer d’emblée l’attention non seulement sur la chronologie du dossier traité ici qui ne prendra en compte ni le mariage chrétien ni la période tardive, qui a fait l’objet d’un récent état des lieux, mais aussi sur la complexité de la question à aborder. Cette formule rituelle en est la première illustration. Elle est en effet traditionnellement associée à tort au rite nuptial en général alors que, semble-t-il, elle n’était prononcée qu’à l’occasion d’une procédure particulière, sur laquelle d’ailleurs il n’y a pas forcément consensus, la confarreatio ou la coemptio, que l’on évoquera plus loin. Plutôt que de traiter un dossier particulier (beaucoup de thèmes comme l’inceste, l’endogamie ou l’exogamie ont fait dernièrement l’objet de mises au point), l’on reviendra sur un siècle et demi d’historiographie relative au mariage, compris à la fois dans son acception cérémonielle et festive (...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Armani, « Ubi tu Gaius, ibi ego Gaia. Enjeux historiographiques du mariage romain », Anabases, 22 | 2015, 63-84.

Référence électronique

Sabine Armani, « Ubi tu Gaius, ibi ego Gaia. Enjeux historiographiques du mariage romain », Anabases [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5445

Haut de page

Auteur

Sabine Armani

Maître de conférences d’histoire romaine,
Université Paris 13 Sorbonne-Paris-Cité
ufr llshs
sabine.armani@univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page