Navigation – Plan du site
Historiographie et identité culturelles

Le mariage homérique et ses logiques

Évelyne Scheid-Tissinier
p. 49-62

Résumés

Cette étude propose de mettre en évidence les processus et les stratégies qui caractérisent les mariages aristocratiques mis en scène par les poèmes homériques. Des mariages marqués par la présence de prestations matrimoniales spécifiques, le don de têtes de bétail, les hedna, fournis à son futur beau-père par le gendre et qui lui permettent d’emmener en retour la fiancée comme épouse légitime dans son propre oikos. Cet échange s’accompagne de rivalités lorsque plusieurs prétendants ambitionnent la main de la même jeune fille et aussi d’intenses négociations. En revanche certaines circonstances peuvent amener le beau-père à souhaiter donner sa fille comme épouse «  sans hedna  ». Par ailleurs, d’autres cadeaux interviennent dont le rôle pour être moins visible est tout aussi réel  : il s’agit des objets précieux (bijoux, vêtements) que le père offre à sa fille le jour des ses noces et qui accompagnent la mariée. Entreposés dans le trésor du palais, ils témoignent par leur présence du rang élevé de la famille de l’épouse et du souci qu’a eu son père de l’honorer. Autant d’éléments qui contribuent à fixer le statut de la femme dans sa nouvelle famille.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Les hedna
Se marier sans hedna
Statut et richesses des épouses

Aperçu du texte

Le mariage dit «  homérique  », dont la dénomination même souligne la spécificité et qui n’est effectivement mentionné que dans l’Iliade et dans l’Odyssée, se caractérise par une pratique qui le différencie radicalement des usages matrimoniaux de l’époque historique. Cette pratique, c’est le versement des hedna, une somme de biens composée de têtes de bétail, essentiellement des bovins, que le futur époux remet au père de la fille qu’il prend pour femme. Cette transaction paraissait incongrue aux Grecs de l’époque classique habitués à la pratique de la dot partout en usage, et ils l'interprétaient comme un «  mariage par achat  ». Un type de mariage qu’ils jugeaient appartenir à un lointain passé, et qui était aussi quelque peu entaché de barbarie. Autrefois, dit ainsi Aristote, les Grecs «  s’achetaient mutuellement leurs femmes  ». Une manière de faire caractéristique d’un passé où les Grecs, continue Aristote, avaient des lois «  simplistes et barbares  » parmi lesquelles notamme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évelyne Scheid-Tissinier, « Le mariage homérique et ses logiques », Anabases, 22 | 2015, 49-62.

Référence électronique

Évelyne Scheid-Tissinier, « Le mariage homérique et ses logiques », Anabases [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://anabases.revues.org/5425 ; DOI : 10.4000/anabases.5425

Haut de page

Auteur

Évelyne Scheid-Tissinier

Université Paris 13
EA 7338 Pléiade
evelyne.scheid@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page