Navigation – Plan du site
Historiographie et identité culturelles

Mariages paléo-babyloniens typiques et atypiques

Brigitte Lion
p. 11-26

Résumés

Le mariage à l’époque paléo-babylonienne (début du IIe millénaire av. J.-C.) a fait l’objet, depuis plus d’un siècle, de nombreuses études, menées à partir des lois et des documents de la pratique. Or les lois envisagent surtout les cas complexes et les contrats, relativement rares, documentent souvent les situations qui s’écartent des règles habituelles, comme les mariages bigames, ou ceux qu’accompagne une adoption. Pour cette raison, le mariage «  ordinaire  » semble difficile à saisir pour l’historien. En outre, les coutumes ont pu varier selon les lieux  : celles du nord de la plaine mésopotamienne (la région de Babylone) semblent avoir différé de celles du sud (l’ancien pays de Sumer).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Qu’est-ce qu’un mariage paléo-babylonien  ?
Éléments de bibliographie
Le mariage selon la reconstruction de R. Westbrook
Le mariage selon une tablette de Sippar
Des mariages atypiques
Le recours à l’écrit
Mariages bigames
Mariages et adoptions
Remariages
Adoptions de gendres
Adoptions matrimoniales
Autres cas de reconfigurations familiales
Autour du mariage  : contrats et autres documents
Variations géographiques
Nord et sud
Qui prend l’initiative du mariage  ?
Les divorces

Aperçu du texte

La Mésopotamie antique a livré une documentation importante sur la question du mariage, connue par deux grands types de sources  : les recueils de lois et les documents de la pratique, notamment les contrats de mariage. Pour l’époque paléo-babylonienne (dite aussi époque amorrite), qui couvre la première moitié du IIe millénaire av. J.-C., trois grands recueils de lois, provenant de trois royaumes différents, ont été trouvés  : le «  code  » de Lipit-Eštar, roi d’Isin au xxe s. av. J.-C., rédigé en sumérien  ; les lois d’Ešnunna et le «  code  » de Hammu-rabi, roi de Babylone, tous deux datant du xviiie s. av. J.-C. et rédigés en akkadien. Il faut leur ajouter environ 130 contrats de mariage, règlements de divorces, procès, etc., issus d’archives familiales.

Cette documentation a été étudiée avec beaucoup d’attention par les historiens et historiens du droit depuis le début du xxe s. et un rapide bilan des travaux sur la question sera présenté ici. Les textes de la pratique relatifs ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Lion, « Mariages paléo-babyloniens typiques et atypiques », Anabases, 22 | 2015, 11-26.

Référence électronique

Brigitte Lion, « Mariages paléo-babyloniens typiques et atypiques », Anabases [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5398 ; DOI : 10.4000/anabases.5398

Haut de page

Auteur

Brigitte Lion

Professeur à l’université de Lille 3
halma, umr 8164
brigitte.lion@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page