Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Le roman historique est-il archéocompatible  ?

Claude Aziza
p. 181-194

Résumés

Le roman historique et l’archéologie sont nés pour ainsi dire en même temps. Chacun d’eux plonge ses racines dans l’Histoire mais le premier fait partie des Belles Lettres alors que la seconde entre dans le champ des sciences humaines. Pourtant, tout au long du xixe siècle, se tissent d’invisibles liens entre les découvertes archéologiques et les productions fictionnelles à sujet antique. L’Égypte, la Grèce, Rome, l’Afrique inspirent les romanciers qui marchent sur les pas des archéologues. Thèbes, Pompéi, Rome, Carthage, Jérusalem, autant de noms qui suscitent un imaginaire dont la poésie masque l’érudition.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Les Derniers Jours de Pompéi ou l’Antiquité ressuscitée (1834)
Acté ou l’Antiquité flamboyante (1839)
Fabiola ou l’Antiquité chrétienne (1854)
Le Roman de la momie ou l’Antiquité refuge (1857)
Salammbô ou l’Antiquité évasion (1862)
Ben-Hur ou l’Antiquité messianique (1880)
Gradiva ou l’Antiquité fantasmatique (1903 et 1907)

Aperçu du texte

On voudra bien pardonner ici un terme volontairement ludique pour un sujet qui risque de l’être moins, à savoir examiner les liens entre la toute jeune archéologie et ce nouveau genre littéraire qu’est le roman, qu’il soit historique ou autre. Tous deux sont nés à la fin du xviiie siècle, ont prospéré tout au long du siècle suivant, ont fait les beaux jours du xxe et se portent à merveille aujourd’hui. Ce type de roman a-t-il une dette envers cette jeune science  ? Les chantiers de fouilles ont-ils inspiré des romans historiques  ? Tentative de réponse en six romans et autant de nouvelles.

Les Derniers Jours de Pompéi ou l’Antiquité ressuscitée (1834)

Peu de temps avant Les Martyrs (1809), en 1804, Chateaubriand, secrétaire d’ambassade à Rome depuis 1803, est allé voir Pompéi. Il en a retiré une impression, très en avance pour son temps  : «  Il faut laisser les choses, écrit-il dans son Voyage en Italie, dans l’endroit où on les trouve. Ne serait-ce pas là le plus merveilleux musée d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Aziza, « Le roman historique est-il archéocompatible  ? », Anabases, 21 | 2015, 181-194.

Référence électronique

Claude Aziza, « Le roman historique est-il archéocompatible  ? », Anabases [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5320 ; DOI : 10.4000/anabases.5320

Haut de page

Auteur

Claude Aziza

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III
claude.aziza@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page