Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Peut-on traduire «  savamment  » tout en faisant des bévues incroyables  ? Andreas Divus et son Aristophane

Simone Beta
p. 125-138

Résumés

Bien que la première traduction complète d’Aristophane, qui parut en 1538, ne soit pas parfaite, le rôle qu’elle a joué dans la connaissance de son œuvre a été extrêmement important, car cette traduction remporta un vif succès et fut réimprimée six fois entre 1539 et 1597. Dans sa préface, le traducteur, Andreas Divus, un professeur de Capodistrie, déclare n’avoir pas essayé de reproduire l’élégance, la beauté et le charme des mots  : il s’est contenté de la traduire de la façon la plus fidèle possible, pour exprimer les figures poétiques du style d’Aristophane. Or c’est précisément dans sa résolution de traduire le sens des mots que se trouvent les mérites et les défauts de son entreprise  : on peut parler de mérites, parce que sa traduction mot à mot a permis à qui possédait une connaissance limitée de la langue grecque de comprendre le texte d’Aristophane  ; mais on peut aussi parler de défauts, dans la mesure où le désir d’être toujours fidèle au texte original a produit une traduction qui est soit incorrecte soit incompréhensible. Les «  savants  » qui se sont occupés de cette traduction «  savante  » ont toujours négligé ses mérites et souligné ses défauts. Dans cette contribution, j’essaierai de souligner, à côté de défauts de Divus, ses mérites de traducteur, en analysant les Cavaliers, la plus politique de ses comédies.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Aperçu du texte

On sait que, à la Renaissance, les comédies d’Aristophane faisaient partie des textes qu’il fallait absolument lire et connaître parce que le poète athénien était considéré un modèle parfait du dialecte attique. Dans une lettre envoyée à John Claymond, le premier président du collège Corpus Christi d’Oxford, Érasme de Rotterdam fait d’Aristophane un exemple de pureté stylistique à égalité avec Démosthène et Lucien  ; dans son traité sur la méthode pour étudier, lire et interpréter les auteurs, il inclut Aristophane dans son canon des meilleurs poètes, avec Homère et Euripide.

C’est pour cette raison que, au début du xve siècle, bien avant que la première édition du texte grec d’Aristophane fût publié à Venise par l’imprimeur Aldo Manuzio, les premiers humanistes choisirent de traduire, à coté d’auteurs comme Platon et Aristote, Aristophane. Leonardo Bruni, l’humaniste arétin qui, après avoir suivi les leçons de Manuele Crisolora, traduisit les trois cent premiers vers du Ploutos, déc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Beta, « Peut-on traduire «  savamment  » tout en faisant des bévues incroyables  ? Andreas Divus et son Aristophane », Anabases, 21 | 2015, 125-138.

Référence électronique

Simone Beta, « Peut-on traduire «  savamment  » tout en faisant des bévues incroyables  ? Andreas Divus et son Aristophane », Anabases [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5287 ; DOI : 10.4000/anabases.5287

Haut de page

Auteur

Simone Beta

Dipartimento di Filologia e Critica delle Letterature Antiche e Moderne
Università di Siena
beta@unisi.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page