Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Érasme traducteur

Thomas Baier
p. 99-111

Résumés

Érasme est le premier à traduire des tragédies grecques entières en latin. Les versions d’Euripide étaient pour lui des exercices propédeutiques pour son grand projet, la traduction du Nouveau Testament. Dans les lettres à William Warham, il nous informe sur sa méthode  : dans l’Hécube, il fournit une traduction vers à vers qui vise à imiter l’original d’une façon mimétique. Dans l’Iphigénie, Érasme a abandonné ce principe de mimésis, et traduit de manière plus détaillée. Il essaie d’atteindre les objectifs de l’original par des moyens de la langue cible et se sert d’une forme que l’on pourrait dénommer d’une notion de J.S. Holmes «  analogical form  ». Il est ainsi l’instigateur non seulement de la traduction littérale, mais aussi de celle littéraire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Interpretatio, Imitatio, Aemulatio
Érasme traducteur
Pourquoi le sujet aurait-il pu intéresser Érasme  ?
Caractérisation de la traduction

Aperçu du texte

λάβωμεν δὲ ὡς ὅτιπερ ἂν Ἕλληνες βαρβάρων
παραλάβωσι
, κάλλιον τοῦτο εἰς τέλος ἀπεργάζονται·

«  Mais remarquons que les Grecs ont perfectionné
tout ce qu’ils ont reçu des Barbares.  » (trad. Victor Cousin)

Interpretatio, Imitatio, Aemulatio

Cette phrase, extraite de l’Epinomis, un dialogue de Platon dont l’authenticité est contestée (987E), témoignant d’une certaine fierté, nous fait comprendre que la littérature grecque s’est approprié de nombreuses influences étrangères, mais d’une façon si soigneuse qu’elle les ressentait en fin de compte comme ses propres structures. Ce fait va de pair avec une manière désobligeante de traiter l’étranger de «  barbare  », ainsi qu’avec l’idée que l’on pourrait présenter pour chaque mérite culturel un propre – donc quelqu’un d’origine grecque – πρῶτος εὑρετῆς. Un tel climat, saturé d’autosuffisance, n’est pas propice aux traductions. Nous ne sommes alors point étonnés qu’il n’y ait – à part de la Septante – aucune traduction remarquable en grec. En r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Baier, « Érasme traducteur », Anabases, 21 | 2015, 99-111.

Référence électronique

Thomas Baier, « Érasme traducteur », Anabases [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 24 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5251 ; DOI : 10.4000/anabases.5251

Haut de page

Auteur

Thomas Baier

Lehrstuhl für Klassische Philologie II (Latinistik) der Universität Würzburg
thomas.baier@uni-wuerzburg.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page