Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Trois interpretationes de l’«  Antigone  » de Sophocle. Gentien Hervet (1541), Georges Rataller (1550) et Jean Lalemant (1557)

Michele Mastroianni
p. 61-77

Résumés

Dans ce travail on étudie trois interpretationes latines de l’Antigone de Sophocle  : celle de Gentien Hervet (1541), celle de Georges Rataller (1550) et celle de Jehan Lalemant (1557). Il s’agit de traductions ayant pour objectif de venir en aide à ceux qui désiraient accéder au texte original sans avoir une parfaite connaissance de la langue grecque. Dans cette perspective, les traducteurs se reconnaissent dans une filière qui remonte au moins à Érasme. Ces trois interpretationes accentuent le caractère sentencieux du texte original, transformant la tragédie de Sophocle en un véritable florilège de maximes morales, ce qui influence au niveau du langage la lecture chrétienne de la tragédie ancienne. La présente étude analyse les lettres-dédicaces et préfaces, qui soulignent certains problèmes posés aux traducteurs, surtout en ce qui concerne les parties chorales. Afin d’éclaircir les difficultés d’interprétation, on discute la traduction de l’incipit du célèbre chœur consacré à une réflexion sur la dignité de l’homme (Sophocle, Antigone, 332-333).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

I
II
III

Aperçu du texte

I

Parmi les genres littéraires classiques que le xvie siècle entend faire renaître en France (comme en Italie), la tragédie est sans doute considérée comme le genre le plus prestigieux (probablement à cause des jugements d’Horace et Aristote). Toutefois, en même temps, c’est le dernier genre à être reconstitué selon les modèles anciens. En effet, si l’on excepte quelques tentatives au xive siècle (telles que l’Ecerinis d’Albertino Mussato), ou encore quelques essais érudits au xve siècle, dans le sillon de l’imitation de Sénèque, il faut attendre la quatrième décennie du xvie siècle pour avoir, en Italie comme en France, des tragédies reproduisant fidèlement la structure classique. C’est le cas de la Tragedia di Antigone de Luigi Alamanni, probablement composée en Italie avant 1522, mais imprimée en France, à Lyon, en 1533. C’est aussi le cas, pour ce qui concerne la France, de la Tragedie de Sophoclés intitulee Electra, de Lazare de Baïf, publiée en 1537, ou de l’Antigone de Sophocl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Mastroianni, « Trois interpretationes de l’«  Antigone  » de Sophocle. Gentien Hervet (1541), Georges Rataller (1550) et Jean Lalemant (1557) », Anabases, 21 | 2015, 61-77.

Référence électronique

Michele Mastroianni, « Trois interpretationes de l’«  Antigone  » de Sophocle. Gentien Hervet (1541), Georges Rataller (1550) et Jean Lalemant (1557) », Anabases [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5229 ; DOI : 10.4000/anabases.5229

Haut de page

Auteur

Michele Mastroianni

Professeur de littérature française à l’université du Piémont Oriental.
Dipartimento di Studi Umanistici
michele.mastroianni@unipmn.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page