Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Le monstrum et la gallina : figures féminines dans l’Agamemnon de Stanley

Marie Saint Martin
p. 45-59

Résumés

La traduction latine de l’Agamemnon d’Eschyle par Stanley est profondément marquée par l’influence de Sénèque, qui en constitue la source naturelle par la communauté de langue, mais peut-être également par la meilleure diffusion en Grande-Bretagne de Sénèque, dont elle semble adopter l’esthétique comme le vocabulaire. Pourtant, Stanley réalise une synthèse originale entre la poétique sénéquienne et d’autres éléments empruntés à Aristote. Cette tension entre une poétique violente, encore peu diffusée dans la deuxième moitié du xviie siècle, et une poétique plus classique, peut se lire dans certains choix de traduction, en particulier lorsqu’il s’agit de passages qui ont trait à la famille d’Agamemnon.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Aperçu du texte

Lorsque le philologue londonien Thomas Stanley entreprend de rééditer l’œuvre d’Eschyle et d’en donner une traduction latine en 1663, sa démarche s’inscrit dans la continuité du travail de Vettorius, édité chez Estienne en 1557. Les trois éditions précédentes, celle d’Alde Manuce en 1518, de Turnèbe en 1552 et de Robortello la même année, s’appuyaient sur un manuscrit dans lequel la fin d’Agamemnon était tronquée  ; la pièce était suivie des Choéphores, dont on ignorait qu’elle en fût indépendante. Vettorius, le premier, rétablit les derniers vers de l’Agamemnon et, surtout, donne aux Choéphores leur indépendance, en s’appuyant sur un manuscrit plus complet. Une dernière édition, de Gulielmus Canterus, en 1580, apporte peu d’améliorations au texte. Stanley, en s’appuyant sur le travail de Vettorius, donne ce qui va devenir une édition de référence, qui opère la synthèse encyclopédique du travail de ses prédécesseurs  : on y trouve les préfaces et commentaires de Turnèbe, Robortello,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Saint Martin, « Le monstrum et la gallina : figures féminines dans l’Agamemnon de Stanley », Anabases, 21 | 2015, 45-59.

Référence électronique

Marie Saint Martin, « Le monstrum et la gallina : figures féminines dans l’Agamemnon de Stanley », Anabases [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 24 avril 2017. URL : http://anabases.revues.org/5220 ; DOI : 10.4000/anabases.5220

Haut de page

Auteur

Marie Saint Martin

Professeur en cpge,
membre rattachée au crlc
saintmartin.marie@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page