Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
3. Prolongements de l'hexamètre français

En guise de catalexe

Philippe Brunet
p. 279-285

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Aperçu du texte

L’existence de traductions d’Homère en hexamètres dans des langues aussi différentes que le français, l’italien, le castillan, le portugais du Brésil, l’estonien, le roumain et l’anglais, sans parler de l’allemand ou du russe, dont les exemples sont plus connus, avec des extensions réalisées ou encore en promesse au latin de Lucrèce ou Virgile, prouve la vitalité d’un phénomène ancien puisqu’il remonte, dans son processus de transfert et d’imitation, à l’Antiquité romaine, ou, plus proche de nous, mais très éphémère, aux expériences de Jean-Antoine Baïf (étudiées par Juliette Lormier ; référence également présente chez le musicien François Cam) et de quelques poètes de la Renaissance, Jodelle, d’Aubigné, ou Mousset, traducteur malheureux d’une Iliade dont il reste moins de deux hexamètres.

L’analyse prosodique du grec (A. García Calvo, D. Ventre, E. Lascoux, G. de Rosny, moi) tend à fonder de manière de plus en plus claire l’autonomie du rythme et de la langue dans le fonctionnement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Brunet, « En guise de catalexe », Anabases, 20 | 2014, 279-285.

Référence électronique

Philippe Brunet, « En guise de catalexe », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/5093 ; DOI : 10.4000/anabases.5093

Haut de page

Auteur

Philippe Brunet

Université de Rouen (Eriac)
Faculté des Lettres et Sciences humaines
demodocos@demodocos.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page