Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
3. Prolongements de l'hexamètre français

Musique et hexamètre français

François Cam
p. 257-266

Résumés

Cet article est un témoignage historiquement informé d’une étape importante de la collaboration artistique entre l’auteur et la compagnie Démodocos : la mise en musique en 2003 pour le spectacle Circé des dix premiers hexamètres français de l’Odyssée d’Homère traduits par Philippe Brunet. Par un retour à la source du travail, une lettre du traducteur et metteur en scène indiquant la marche à suivre à partir des dix vers transmis, on se propose de démonter en quatre points le mécanisme de composition d’une mélodie conçue pour des hexamètres français. On apporte enfin, par l’analyse qui est faite de l’adaptation de cette mélodie aux hexamètres grecs, une contribution au paradigme musical de la théorie de l’information en convoquant l’art toujours vivant des aèdes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

De l’hexamètre français à l’hexamètre grec : une synthèse des arts

Aperçu du texte

« Paris, le 16 septembre 2003

Cher François,
pourrais-tu mettre en musique le début de l’Odyssée ?

Muse, dis-moi les détours de l’homme aux ruses
[nombreuses,
détours nombreux, lorsqu’il eut détruit la cité troyenne, *
sainte, et connu les murs et le cœur de mortels
[innombrables,
et enduré sur la mer les douleurs innombrables de l’âme,
pour obtenir son retour et la vie de ses compagnons
[d’armes.
Mais il ne put sauver, malgré son désir immense,
ses compagnons, qui périrent du fait de leur propre sottise,
Les insensés ! Ils mangèrent les bœufs du soleil, le
[splendide
Hypérion ! Et lui les priva du retour désirable.
Fille de Zeus, commence par nous raconter leur histoire.

* variante :
Muse, dis-moi, de l’homme aux ruses nombreuses les mille
vagabondages, quand il eut détruit la cité troyenne… »

Voici un message qui me mit immédiatement au travail (chose nouvelle pour moi). D’autant qu’au verso (photocopie d’un tract du théâtre Démodocos annonçant « Une comédie antique reconstituée / musique, chœurs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Cam, « Musique et hexamètre français », Anabases, 20 | 2014, 257-266.

Référence électronique

François Cam, « Musique et hexamètre français », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/5073 ; DOI : 10.4000/anabases.5073

Haut de page

Auteur

François Cam

Eriac (Université de Rouen)
Faculté des Lettres et Sciences humaines
cam.frcois@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page