Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
3. Prolongements de l'hexamètre français

Pour une traduction musicale des vers de Lucrèce

Guillaume Boussard
p. 235-247

Résumés

La surface sonore d’un poème, fût-il philosophique, est première : le traducteur doit s’attacher à rendre les effets prosodiques les plus marquants. Qu’en est-il dans le poème de Lucrèce ? Guillaume Boussard témoigne de la façon dont il rend compte d’un certain nombre de particularités du style de Lucrèce dans sa traduction mesurée du Dē Nātūrā Rērum : vers spondaïques et doubles élisions, génitifs archaïques en āī, néologismes. Les principes de jonction et disjonction qui fondent la physique épicurienne sont illustrés par Lucrèce dès l’échelle de la syllabe en latin, et doivent être sensibles en français.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Hommage
Propositions d’ouverture du Livre 1, vers 1-9
Le miel et l’absinthe (1.922-950)
Vers spondaïques du livre 1
1. Précisions lexicales (1.58-61)
2. Horreur de la religion, éloge d’Épicure (1.62-65)
3. Nécessité de la loi naturelle (1.584-586)
4. Nécessité d’un minimum de matière (1.615-618)
5. Nécessité de l’infinité de l’espace (1.985-991)
6. Nécessité de l’opposition matière-vide (1.1077-1080)
7. Immensité des perspectives scientifiques (1.1114-1117, final)
Alphabet atomique
L’âme-esprit : jonction et disjonction
Néologismes
L’âme-esprit : jonction et disjonction (suite)
L’âme-esprit : jonction et disjonction (fin)

Aperçu du texte

Comme le chien dont le flair découvre le gîte des fauves
rôde-montagnes, tranquille, caché sous de vierges
[feuillages…
(Dē Nātūrā Rērum, 1.404-405)

Dès le début du Chant 1, Lucrèce se place sous le double patronage poétique d’Homère et d’Ennius :

Hommage

1.120

…etsī praetereā tamen esse acherūsia templa

Ennius aeternīs expōnit uersibus ēdēns,

quō neque permaneant animae neque corpora nostra,

sed quaedam simulācra modīs pallentia mīrīs ;

unde sibi exortam semper flōrentis Homērī

1.125

commemorat speciem lacrimās effundere salsās

coepisse et rērum nātūram expandere dictīs.

1.120

et pourtant, dans des vers immortels, Ennius nous explique

qu’il existe, au bord de l’Achéron, des espaces

où ne subsistent de nous ni les corps ni les âmes, mais comme

des pâleurs, des façons de simulacres étranges ;

il raconte avoir vu là-bas le visage d’Homère,

1.125

pour toujours florissant, qui versa des larmes salines

en commençant à déployer la nature des choses.

J’ai eu la chance de pratiquer à voix haute l’hexamètre franç...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Boussard, « Pour une traduction musicale des vers de Lucrèce », Anabases, 20 | 2014, 235-247.

Référence électronique

Guillaume Boussard, « Pour une traduction musicale des vers de Lucrèce », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/5052 ; DOI : 10.4000/anabases.5052

Haut de page

Auteur

Guillaume Boussard

Centre de poésie et de théâtre antiques
Compagnie Démodocos
guillaume.boussard@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page