Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
2. Traditions avérées ou introuvables d'Homère

La traduction d’Homère en Estonie : une bataille pour ou contre l’hexamètre quantitatif

Janika Päll
p. 211-234

Résumés

En Estonie, la traduction métrique des épopées d’Homère a commencé à la fin du xixe siècle avec les traductions accentuelles de la Batrachomyomachie et de l’Odyssée. À partir des années 1920 et 1930 les essais de traduction quantitative ont commencé, en parallèle avec la recherche théorique sur l’estonien en tant que base phonétique de telles traductions. Le fait que, en estonien, on trouve à la fois trois durées de phonèmes et des accents, laisse toujours ouverte la possibilité aux traducteurs de s’orienter vers les accents ou vers les quantités ou, encore, d’utiliser les deux en cherchant un langage poétique qui ne soit pas trop artificiel. Très probablement les discussions pour ou contre la traduction quantitative continueront au xxie siècle, comme aussi la traduction de l’épopée grecque (il manque encore les Hymnes homériques, la Théogonie entière, ainsi que les œuvres d’Apollonios de Rhodes et de Nonnos).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

La prosodie de l’estonien comme base pour une traduction quantitative
Les phonèmes et l’alphabet
La structure de la syllabe
L’accent
La quantité et la durée
L’intonation
Les autres aspects du développement historique et la base phonétique de la poésie estonienne
La traduction des hexamètres grecs en estonien
Les solutions
La traduction des formules
Les pratiques ambivalentes
Conclusion

Aperçu du texte

Cet article est divisé en trois parties : premièrement, quelques explications sur la prosodie de l’Estonien, une langue finno-ougrienne du groupe balto-finlandais, caractérisé par ses quatorze cas, par son absence de genres grammaticaux, du futur et du passif et encore par une combinaison de l’intonation, de l’accent et de la quantité, qui reste énigmatique pour les phonéticiens jusqu’à aujourd’hui ; deuxièmement, une brève histoire de la traduction des hexamètres grecs en Estonie, et troisièmement le regard d’une traductrice sur les plus grands problèmes et les défis des traducteurs des hexamètres quantitatifs en estonien.

La prosodie de l’estonien comme base pour une traduction quantitative

Les phonèmes et l’alphabet

En estonien, il y a au total neuf voyelles différentes :

a, e, i, o, u [comme ou en français],
õ [ɤ, son entre ou et eu, comparable à ɪ en turc],
ä, ö, ü [tous les trois presque comme en allemand].

Chacune des voyelles peut être brève, longue ou hyper-longue et être comb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janika Päll, « La traduction d’Homère en Estonie : une bataille pour ou contre l’hexamètre quantitatif », Anabases, 20 | 2014, 211-234.

Référence électronique

Janika Päll, « La traduction d’Homère en Estonie : une bataille pour ou contre l’hexamètre quantitatif », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/5029 ; DOI : 10.4000/anabases.5029

Haut de page

Auteur

Janika Päll

Tartu University Library, Science Centre
Janika.Pall@ut.ee

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page