Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
2. Traditions avérées ou introuvables d'Homère

Traduire en hexamètres français : une contradiction dans les termes ?

Juliette Lormier
p. 174-191

Résumés

Cet article propose d’analyser deux entreprises de traduction en hexamètres français : celle des Travaux et des Jours d’Hésiode par Jean-Antoine de Baïf dans ses Étrénes de poézie fransoeze an vers mezurés (1574), et celle de l’Iliade d’Homère par Philippe Brunet (2010). Il s’agit de resituer ces expériences dans l’histoire littéraire française, puis de définir ce qui les différencie, tant d’un point de vue métrico-rythmique que traductologique. Si le poète de la Pléiade reste très proche du patron métrique antique, le laissant poindre dans sa graphie même, Philippe Brunet, propose pour sa part une approche que l’on pourrait qualifier d’« hexarythmique » de l’hexamètre grec. La notion de signifiance, telle qu’elle fut définie par Henri Meschonnic notamment dans sa Critique du rythme, semble un outil pertinent pour mesurer la portée poétique d’une telle expérience de traduction. Dans ces deux traductions, la dimension phonique et oralisée de l’hexamètre français demeure primordiale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Plusieurs poésies françaises « à l’antique », plusieurs hexamètres
La traduction poétique : problématiques et réponses hexamétriques
Deux hexamètres français : Jean-Antoine de Baïf marchant au pas d’Hésiode…
Philippe Brunet et le vers d’Homère : « Non pas un calque, non pas une copie, mais un équivalent. »
Ce que l’hexamètre est devenu

Aperçu du texte

Homère ! à ce grand nom, du Pinde à l’Hellespont,
Les airs, les cieux, les flots, la terre, tout répond.
Monument d’un autre âge et d’une autre nature,
Homme ! l’homme n’a plus le mot qui te mesure !
Lamartine

Malgré le silence des anthologies de poésie française sur ce fait singulier dans l’histoire littéraire, ainsi que le peu d’intérêt que lui accorde encore aujourd’hui la recherche universitaire, nombreux sont les poètes français qui ont tenté, du xvie siècle à nos jours, de mesurer leurs vers sur ceux des anciens, c’est-à-dire, dans un processus que l’on pourrait presque qualifier de translatio studii métrique, d’adapter au français les principes de la prosodie grecque et/ou latine ancienne(s). Séduits par l’idée de se mesurer à eux, ces auteurs ont pour la plupart inventé, théorisé et mis en pratique un système permettant de former des pieds en français. Des pieds ? Qu’est-ce à dire ? Précisément ici, selon la définition purement classique de la métrique ancienne, divers groupement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Lormier, « Traduire en hexamètres français : une contradiction dans les termes ? », Anabases, 20 | 2014, 174-191.

Référence électronique

Juliette Lormier, « Traduire en hexamètres français : une contradiction dans les termes ? », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://anabases.revues.org/5014 ; DOI : 10.4000/anabases.5014

Haut de page

Auteur

Juliette Lormier

Alithila (Université de Lille 3)
juliette.lormier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page