Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
1. Quatre traducteurs de l'Iliade d'Homère, par eux-mêmes

Principes de scansion de l’hexamètre en français

Philippe Brunet
p. 121-136

Résumés

Les traductions métriques qui ont vu le jour ces dernières années (Le Livre de Catulle d’André Markowicz 1985, Œuvres et fragments d’Hésiode 1999, L’Iliade d’Homère 2010) ont activé dans la prosodie française un principe rythmique qui était le plus souvent refusé à la langue pour des raisons historiques déguisées en nature. Or un tel hexamètre est possible, puisqu’il a permis de retraduire Catulle, Hésiode et l’Iliade. On expose ici le mode d’emploi de l’hexamètre en français. De même qu’Homère impose à la langue grecque un moule métrique, de même il est possible de faire entendre vocalement de l’alternance rythmique en français. Ni totalement accentuel ni totalement quantitatif, l’hexamètre produit de la mesure, de la répétition rythmique, et cette conscience résulte d’un partage avec le public. Tout lecteur, en entrant dans la connivence du rythme, entre aussi en même temps dans le jeu aédique. Accentuer, marquer, tenir, tendre sont les activités principales du lecteur-récitant en performance, dans un parcours préparé par le traducteur-aède.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Indifférence de la prosodie française ?
Le schéma métrique et la marque
1. Syllabes toniques portant naturellement le TF
2. Syllabe devant porter un TF par sa place
3. Syllabe susceptible de porter un Tf par sa nature
4. Syllabe obligatoirement faible par sa place
En guise de conclusion

Aperçu du texte

Dans les recréations françaises de l’hexamètre qui ont vu le jour ces dernières années, la scansion est éprouvée à travers une expérience qui associe quatre principes : imitation verticale de la forme grecque ou latine, imitation horizontale des autres pratiques advenues dans les littératures modernes, élaboration de la forme à l’intérieur de la langue (non sans confrontation avec la prosodie traditionnelle), et expérimentation orale.

L’imitation verticale est le principe qui fonde la forme nouvelle dans sa mîmêsis, c’est-à-dire dans l’activation d’un principe rythmique et poétique qui ne valait jusque-là qu’à l’intérieur de la poésie grecque : ainsi procédèrent les premiers poètes latins instaurant la forme grecque dans leur littérature encore non mesurée jusque-là. Cette verticalité est ressentie dans l’idéalisation du modèle grec : la distance fait le désir d’hexamètre et le succès de la nouvelle scansion, réalisée dans les pas de la première.

L’imitation horizontale procède d’une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Brunet, « Principes de scansion de l’hexamètre en français », Anabases, 20 | 2014, 121-136.

Référence électronique

Philippe Brunet, « Principes de scansion de l’hexamètre en français », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://anabases.revues.org/4953 ; DOI : 10.4000/anabases.4953

Haut de page

Auteur

Philippe Brunet

Professeur à l’Université de Rouen
Faculté des lettres et sciences humaines
demodocos@demodocos.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page