Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
1. Quatre traducteurs de l'Iliade d'Homère, par eux-mêmes

L’hexamètre dans la traduction italienne de l’Iliade

Danièle Ventre
p. 111-120

Résumés

Dans la tradition littéraire italienne on retrouve deux façons de restituer au moins le rythme de l’hexamètre par la prosodie accentuelle : l’hexamètre « barbare » à la Carducci, un vers qui a été substantiellement calqué sur l’effet rythmique spontané que l’on rencontre dans l’hexamètre latin sans considérer son rythme quantitatif, à partir de sa structure métrique-verbale due aux règles de sa typologie ; la versification « néo-classique » de Pascoli, une approche différente qui n’est pas basée sur l’union de membres rythmiques préconstitués qui donnent un écho générique de la typologie du vers latin, mais fondée sur la répétition, dans l’espace du vers, de cellules rythmiques définies, dont les temps forts sont considérés en fait comme des syllabes longues. Dans la nouvelle traduction isométrique de l’Iliade, on a proposé une restitution rythmique-accentuelle de l’hexamètre qui à partir d’une forme traditionnelle d’hexamètre barbare a comme résultat une sorte de crypto-anisosyllabisme et de non-correspondance systémique entre l’accent de mot et l’accent rythmique, dans une structure compatible avec la métrique syllabique accentuelle traditionnelle et l’interaction naturelle du ton et de la prosodie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Aperçu du texte

Contrairement à ce qui arrive dans beaucoup d’autres langues européennes, la voie italienne de la transposition des vers grecs et latins dans une métrique basée sur l’accent et non pas sur la quantité syllabique présente une série de problèmes tout à fait particuliers, en dehors de la profonde diversité prosodique qui évidemment sépare les langues modernes accentuelles des langues anciennes quantitatives. La vieille langue poétique italienne résolvait plusieurs nœuds rythmiques en utilisant la multiplication des apocopes et des syncopes dans les mots qui se prêtent à cet expédient phonétique : néanmoins cette langue poétique a succombé à l’ironie et à la parodie qui ont marqué son crépuscule pendant les quarante premières années du siècle passé, et elle est absolument impossible à proposer aujourd’hui.

Cet aspect grossièrement lié à la matière phonique de la langue s’associe à d’autres questions de caractère historique et littéraire. Si l’on omet, pour des raisons évidentes dues au c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Ventre, « L’hexamètre dans la traduction italienne de l’Iliade », Anabases, 20 | 2014, 111-120.

Référence électronique

Danièle Ventre, « L’hexamètre dans la traduction italienne de l’Iliade », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://anabases.revues.org/4937 ; DOI : 10.4000/anabases.4937

Haut de page

Auteur

Danièle Ventre

professeur au lycée G. Garibaldi de Naples
amicuseius@hotmail.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page