Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
1. Quatre traducteurs de l'Iliade d'Homère, par eux-mêmes

Prosodie de l’hexamètre homérique : de l’indépendance de la langue par rapport au mètre

Agustín García Calvo (†2012)
p. 85-100

Résumés

Toutes les langues, dans leur diversité, sont capables de produire un rythme mesuré et donc des hexamètres, parce que les techniques de versification, qui appartiennent à la conscience de l’art, opèrent par-dessus le linguistique. Longueur, durée ou quantité linguistiques ne peuvent être distinguées en elles-mêmes : c’est grâce au rythme que l’on établit une certaine régularité dans les retours des temps forts ou des temps marqués du vers. C’est en vertu de la grammaire particulière d’une langue donnée que certains éléments prosodiques, comme les types de syllabe, les accents de mot, les intonations de comma ou de phrase interviennent dans la fabrication du vers métrique en le conditionnant de différentes manières. Présentation d’un extrait de L’Iliade en hexamètres espagnols.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Aperçu du texte

[…]

Et dans le cas de ce que nous connaissons comme hexamètre spondaïque, vous trouvez cette autre possibilité : ici c’est une fin de mot de deux syllabes non marquées suivie de quatre syllabes, de quatre syllabes sans limite de mot. Ce sont les conditions de l’hexamètre spondaïque pratiqué par Homère. En général, c’est comme ça que se remplissent les intervalles. La cinquième fois, le plus normal, c’est deux d’intervalle, et pour leur condensation comme « un », il faut cette condition spéciale de l’hexamètre spondaïque : c’est tout.

J’aurais dû (je vais le faire) marquer aussi en sombre [#] la fin du vers, qui est importante : c’est un silence qui est naturellement métrique, puisque le vers lui-même est métrique. Vous pouvez dire que c’est un silence d’un demi-pied ou un silence d’un pied entier (ça n’importe pas beaucoup), mais en tout cas c’est un silence, qui, comme dans les chants normaux, dans les chants mesurés, est aussi mesuré : c’est la même chos...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agustín García Calvo (†2012), « Prosodie de l’hexamètre homérique : de l’indépendance de la langue par rapport au mètre », Anabases, 20 | 2014, 85-100.

Référence électronique

Agustín García Calvo (†2012), « Prosodie de l’hexamètre homérique : de l’indépendance de la langue par rapport au mètre », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/4902 ; DOI : 10.4000/anabases.4902

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page