Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Napoléon et l’hellénisme

Jacques-Olivier Boudon
p. 33-48

Résumés

Napoléon Bonaparte appartient à cette génération d’hommes des Lumières nourris d’une culture antique qui a été largement sollicitée pour fournir des modèles politiques dans une Europe en révolution. Bien que n’ayant jamais appris le grec, il a beaucoup lu, en traduction, les auteurs grecs, à commencer par Plutarque dont les Vies l’ont accompagné au long de sa vie. Comme son maître Rousseau, il est davantage alors séduit par le modèle de Sparte que par celui d’Athènes, ce que confirme ensuite son analyse des vertus militaires des deux cités. Dans sa jeunesse, il identifie volontiers la Grèce à son île natale et recherche dans les cités grecques un modèle de gouvernement pour la Corse. Ses lectures d’exil témoignent aussi de cet attrait pour la Grèce ancienne. Elles le replongent dans un environnement militaire qu’il affectionne et lui permettent de réfléchir à sa propre épopée. Enfin le modèle de la Grèce antique est sollicité dans le projet de construction européenne qu’il formule à Sainte-Hélène. Ainsi les échelles ont changé, de la Corse à l’Europe, mais la Grèce reste une référence pour Napoléon jusqu’au terme de son existence.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Les lectures de jeunesse
Les lectures de l’exil
La Grèce, modèle d’une Europe unie

Aperçu du texte

« En butte aux factions qui divisent mon pays, et à l’inimitié des plus grandes puissances de l’Europe, j’ai terminé ma carrière politique. Je viens, comme Thémistocle, m’asseoir sur le foyer du peuple britannique ; je me mets sous la protection de ses lois, que je réclame de Votre Altesse Royale, comme celle du plus puissant, du plus constant, du plus généreux de mes ennemis. »

C’est par ces mots que, monté sur le Bellérophon le 15 juillet 1815, trois semaines après avoir abdiqué pour la seconde fois, Napoléon confie son sort au prince-régent d’Angleterre. Il n’hésite pas à cette occasion à faire référence au souvenir de l’Athénien Thémistocle, héros de Salamine, contraint à l’exil et accueilli par le roi des Perses, son ennemi d’hier. Cette allusion montre à quel point Napoléon était fortement imprégné de culture classique. Si l’on en croit Las Cases, Napoléon aurait déjà fait référence à Thémistocle, à la veille de la bataille de Waterloo, un aide de camp l’entendant prononcer ce ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Olivier Boudon, « Napoléon et l’hellénisme », Anabases, 20 | 2014, 33-48.

Référence électronique

Jacques-Olivier Boudon, « Napoléon et l’hellénisme », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/4843 ; DOI : 10.4000/anabases.4843

Haut de page

Auteur

Jacques-Olivier Boudon

Professeur d’histoire contemporaine
à l’Université Paris-Sorbonne
Centre d’histoire du xixe siècle (EA 3550)
jacques-olivier.boudon@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page