Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Moses I. Finley (1912-1986) et sa réception en France

Introduction
p. 11-14

Notes de la rédaction

Publication d’une journée d’étude organisée par François Hartog (ehess, crh), Pauline Schmitt Pantel (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, anhima), Alain Schnapp (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, arscam), le 15 décembre 2012, à Paris.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2017.

Aperçu du texte

La réception française de l’œuvre de Moses I. Finley a été importante et rapide. Les plus âgés d’entre nous l’ont accompagnée. À partir de la publication de la traduction du Monde d’Ulysse, en 1969, il est rapidement devenu un familier, quelqu’un qui, pour ainsi dire, allait faire partie de la famille du Centre dirigé par Jean-Pierre Vernant, qui s’appelait encore Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes, avant de prendre le nom de Centre Louis Gernet. Il était l’historien lu et enseigné, une référence et, bientôt, une autorité, mais il était plus : une personne à qui on pouvait s’adresser, qui répondait avec une grande ponctualité quand on lui envoyait un article ou un ouvrage, qu’on pouvait aller visiter ; bref une sorte d’oncle de Cambridge.

Les plus jeunes ont encore lu du Finley au cours de leurs études. Et, assurément, celles et ceux qui ont engagé des travaux sur Homère, l’esclavage ou l’économie, peut-être la politique, n’ont pas manqué de le lire de plus prè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Moses I. Finley (1912-1986) et sa réception en France », Anabases, 19 | 2014, 11-14.

Référence électronique

« Moses I. Finley (1912-1986) et sa réception en France », Anabases [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/4754 ; DOI : 10.4000/anabases.4754

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page