Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Geoffrey W. Adams, Marcus Aurelius in the Historia Augusta and Beyond

Benoît Rossignol
p. 329-330
Référence(s) :

Geoffrey W. Adams, Marcus Aurelius in the Historia Augusta and Beyond, Lanham-Plymouth, Lexington Books, 2013, 333 p.
80 dollars-74,12 euros / isbn 978-0-7391-7638-2

Texte intégral

1L’ouvrage de Geoffrey W. Adams (A.) affronte trois buts remarquables : éclairer la composition de la Vita Marci dans l’Histoire Auguste (ha), la commenter et la replacer dans son contexte littéraire et historiographique. Aucun n’est atteint. Formellement, une relecture sérieuse aurait évité d’abondantes coquilles et des erreurs de bibliographie : l’article de White (jrs, 1967) a un doublon fictif en 1977 (p. 330), celui de Scholtemeijer (Acta Classica, 1976) apparaît deux fois et jamais correctement (p. 327-328). L’index, trop court, est affecté par des coquilles et est incomplet. Le système de références est désinvolte, les abréviations parfois incohérentes ou confuses : Syme, 1972, op. cit. peut renvoyer à trois articles ! Outre de trop nombreuses répétitions, de longues citations auraient pu être abrégées et ne sont pas analysées (p. 168-170, 220). Malgré une traduction finale, les citations sont souvent retraduites. Un livre plus bref aurait été possible et profitable. La thèse de fond est aisée à résumer. Pour comprendre la Vita Marci il faudrait faire abstraction du passage 15.1-19.12 qui serait une interpolation. A. ne tient donc pas compte de cet extrait, commenté et traduit à part. La thèse était déjà celle de Magie en 1921, référence majeure d’A. Si cela pouvait alors être séduisant, l’idée de telles interpolations ne semblait plus pertinente depuis l’article de White en 1967. La réhabiliter n’est pas possible ici. La Vita contient deux renvois explicites à la prétendue interpolation (21.9 et 23.7) et la Vita Veri en compte un (10.2), tandis que « l’interpolation » (19.5) renvoie à la Vita Commodi. A. prétend trouver pour chaque renvoi une explication, parfois confuse, toujours insuffisante car spéculative. Ces passages renverraient à d’autres ouvrages, seraient issus des sources du biographe ou de « l’interpolateur » : ut diximus en 21.9 renverrait en fait à Eutrope ! A. grossit des différences minimes (23.7) et néglige des rencontres précises : le renvoi à la Vita Commodi concerne le chiffre de 1 000 combats et y trouve son répondant exact en 12.11. Acceptable pour un cas, une coïncidence possible, l’idée devient complètement irrecevable pour l’ensemble des références croisées, sans parler des échos moins explicites, et outrepasse toute vraisemblance. A. met aussi en avant les deux récits de la mort de Marc dans sa vita. L’argument est faible : l’ha n’a pas une structure rigide, on sait ses fantaisies. L’explication est dans la genèse du texte, comme l’a suggéré Antony Birley dans le récent Companion to Marcus Aurelius (p. 18-27), dans une manière de travailler qui procède moins de façon linéaire que par « ampliations » (A. Molinier-Arbo) et aussi par ce qui peut ainsi être dit sur Marc et Commode. On ne peut pas s’appuyer sur les quelques divergences entre « l’interpolation » et le reste de la vie : l’ha fait bien pire, quand ces divergences ne sont pas illusoires (ainsi la p. 173 ignore Vita Severi, 20). Ayant exclu l’interpolation, A. déduit une image de Marc pour le biographe et l’utilise en retour pour justifier l’exclusion : l’argument est circulaire. Reste que le texte sans « l’interpolation » est cohérent : là où Adams voit le regard de l’auteur, il faut reconnaître celui de sa source principale, Marius Maximus ou Ignotus. Mais A. ne s’est pas assez confronté à la question des sources : il ne présente pas clairement le débat sur Marius Maximus et il est trop rapide sur l’ekg. Prenant pour argent comptant le texte, contresens sur sa fiction, A. veut dater « l’interpolation » sous Dioclétien et en faire la source d’Eutrope, sans voir les problèmes. Une hypothèse erronée, même si elle est un étonnant retour en arrière historiographique, n’invaliderait pas l’utilité du livre s’il présentait les mérites que l’on est en droit d’attendre. Ce n’est pas le cas. Le commentaire cherche seulement à éclairer les intentions de l’HA sans s’en donner les moyens. Absent du point de vue littéraire – les figures de style sont ignorées – il est aussi inexistant philologiquement : les diverses leçons ne sont quasiment jamais discutées. Inconscient des problèmes, A. appelle P « the Borghesi manuscript » (p. 57), le confondant avec une correction. Cela culmine dans la traduction qui s’écarte plusieurs fois du texte latin proposé, suivant paresseusement Magie (en 2.7, en 22.9, en 23.6, en 25.4). Le commentaire historique ne dispense pas de celui de Schwendemann (1923) et constitue parfois un grave retour en arrière comme lorsqu’A. parle de Succuba (p. 57) ! Des lacunes sont immenses : sur la peste Duncan-Jones est ignoré, sur les diogmites (p. 105) A. se contente de la note de Magie, oubliant l’épigraphie. Idem pour la prosopographie : A. ignore la date récemment fixée du consulat de Pompeianus, ce qui peut se comprendre, mais lui attribue igr III, 135 qui concerne Claudius Severus (p. 103 et n. 455, p. 147), etc. Malgré les déclarations d’intentions (p. 55), ce n’est pas mieux pour les monnaies, la synthèse de Szaivert est ignorée et le détail pèche souvent : pour la légende Verissimos, A. renvoie à Eckhel plutôt qu’au sng (Stancomb, XI, 916-7) ! Faute d’érudition suffisante, le chapitre 4 ne sort pas des banalités sur le bon empereur, voire de la paraphrase. Il est surtout biaisé puisqu’excluant de ses réflexions le cœur de la vita, « l’interpolation ». Le chapitre final sur l’image de Marc aux iiie-ive siècles oublie les Césars de Julien et Ammien Marcellin, pour ne pas parler de Philostrate, Eusèbe, Symmaque, Ausone et Thémistius, sans compter ses insuffisances pour les auteurs retenus (évoquée p. 219, la nature fragmentaire du texte de Dion n’est pas prise en compte). Tout doit être vérifié, les références sont parfois fausses comme quand Mommsen est cité à tort d’après Magie mal utilisé (p. 77 avec note 242, p. 139). Pourquoi ce résultat désolant ? L’absence d’éditeur est criante et entre 2005 et 2009, A. a publié six livres sur des sujets aussi différents que Caligula, les villae ou la Bretagne. Publish or perish ? Pas au prix des bonnes méthodes, comme dans ce livre qu’il vaut mieux oublier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Rossignol, « Geoffrey W. Adams, Marcus Aurelius in the Historia Augusta and Beyond », Anabases, 19 | 2014, 329-330.

Référence électronique

Benoît Rossignol, « Geoffrey W. Adams, Marcus Aurelius in the Historia Augusta and Beyond », Anabases [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://anabases.revues.org/4709

Haut de page

Auteur

Benoît Rossignol

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
anhima (umr 8820)
Benoit.Rossignol@univ-paris1.fr

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page