Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Les découvertes funéraires du Haut-Empire au sud de Tolosa : à l’instar d’une « petite Rome » ? Image idéalisée de la ville antique, de l’historiographie à la réalité archéologique

Patrice Georges-Zimmermann, Christophe Requi, Jean-Jacques Grizeaud et Catherine Amiel
p. 171-187

Résumés

Les découvertes funéraires au sud de la ville de Toulouse ont été interprétées par Michel Labrousse comme les vestiges de la plus importante et la plus riche des nécropoles. Elle bordait la route de Narbonne qui, selon lui, devait être pour Toulouse ce qu’était la Voie Appienne pour Rome, à savoir la nécropole principale de la cité et le lieu d’élection des sépultures aristocratiques, tant il est vrai que Rome est le modèle plus ou moins implicite de ce type d’étude. Cette idée a perduré jusqu’à aujourd’hui. L’analyse de l’ensemble des découvertes, y compris les plus récentes, permettent-elles vraiment d’accréditer cette hypothèse encore formulée récemment ? Dans quelle mesure le cursus de Michel Labrousse, qui voyait en Toulouse « une petite Rome », l’explique-t-il ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2017.

Plan

Récolement des données anciennes : l’œuvre de M. Labrousse
Interprétations : l’influence du parcours personnel ?
L’apport de l’archéologie préventive : du funéraire…
… à la localisation de la voie narbonnaise
Interprétations nouvelles ?

Aperçu du texte

À mesure qu’elle progresse, on le sait, l’investigation archéologique ne cesse d’ouvrir de nouvelles pistes et d’engendrer de nouvelles frustrations. Croit-on qu’elle vient d’apporter une réponse à des questions qu’on se posait depuis longtemps, la réponse se révèle incertaine, décevante, insuffisante, ou au contraire si riche, si surprenante qu’elle suscite à son tour un flot de nouvelles questions. La période du Haut-Empire à Toulouse illustre à merveille ces vérités d’expérience. Que savons-nous de plus ou d’autre, aujourd’hui, qu’il y a trente ans ?
Jean-Marie Pailler (2001).

Sans doute plus que dans tout autre domaine, l’interprétation des données funéraires appelle à la circonspection. Cette vérité, valable certes sur tout le territoire de la Gaule et au-delà, se doit d’être rappelée avec force pour la région Midi-Pyrénées où, pour l’Antiquité, nombre de découvertes dites funéraires ne passent pas le crible de l’analyse. C’est pourquoi, chaque nouvelle fouille archéologique de s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Georges-Zimmermann, Christophe Requi, Jean-Jacques Grizeaud et Catherine Amiel, « Les découvertes funéraires du Haut-Empire au sud de Tolosa : à l’instar d’une « petite Rome » ? Image idéalisée de la ville antique, de l’historiographie à la réalité archéologique », Anabases, 19 | 2014, 171-187.

Référence électronique

Patrice Georges-Zimmermann, Christophe Requi, Jean-Jacques Grizeaud et Catherine Amiel, « Les découvertes funéraires du Haut-Empire au sud de Tolosa : à l’instar d’une « petite Rome » ? Image idéalisée de la ville antique, de l’historiographie à la réalité archéologique », Anabases [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/4643 ; DOI : 10.4000/anabases.4643

Haut de page

Auteurs

Patrice Georges-Zimmermann

Archéo-anthropologues, Inrap
umr 5608 du cnrs (traces)
Centre archéologique Inrap Midi-Pyr. nord
patrice.georges@inrap.fr
christophe.requi@inrap.fr

Christophe Requi

Jean-Jacques Grizeaud

Archéologues, Inrap
umr 5608 du cnrs (traces)
Centre archéologique Inrap Midi-Pyr. sud
jean-jacques.grizeaud@inrap.fr
catherine.amiel@inrap.fr

Catherine Amiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page