Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Edme Béguillet traducteur de Martianus Capella ? Enquête sur la réception des Noces de Philologie et de Mercure en France dans les années 1770-1780

Jean-Baptiste Guillaumin
p. 155-169

Résumés

Le xviiie s. est généralement présenté comme un temps faible dans l’histoire de la réception des Noces de Philologie et de Mercure de Martianus Capella. On peut pourtant lire, dans les pages de garde d’une édition de la BnF, des notes manuscrites d’Edme Béguillet (1730-1786), qui affirme avoir traduit le texte (ou plus vraisemblablement les deux premiers livres). Si nous n’avons pas retrouvé la traduction en question, cette étude permet toutefois de mettre en évidence un contexte intellectuel propice à un regain d’intérêt pour le roman allégorique de Martianus Capella dans les années 1770-1780.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2017.

Plan

Notes manuscrites d’Edme Béguillet
Éléments biographiques et bibliographiques
Une traduction pour la Bibliothèque des Romans ?
Antoine Court de Gébelin lecteur de Martianus Capella
Conclusion

Aperçu du texte

Composée au début du ve s. ap. J.-C., l’œuvre de Martianus Capella connut une large diffusion au Moyen Âge et à la Renaissance. De fait, en insérant, au sein d’un prosimètre narrant le mariage allégorique du dieu Mercure avec la mortelle Philologie (l. I-II), sept exposés scientifiques attribués aux jeunes filles représentant les arts libéraux (Grammaire, Dialectique, Rhétorique, Géométrie, Arithmétique, Astronomie, Harmonie, l. III-IX), les Noces de Philologie et de Mercure fournissaient plusieurs clefs de lecture susceptibles d’entrer en résonance avec les attentes intellectuelles des différentes époques : synthèse didactique des sciences antiques, récit bigarré relevant du genre de la satire ménippée, ou encore réflexion symbolique néoplatonicienne sur l’ascension par la connaissance. Les premières éditions semblent encore témoigner d’une réception relativement large du texte : le siècle qui sépare l’editio princeps (1499) de celle de Grotius (1599) a ainsi laissé, au total, sept...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Guillaumin, « Edme Béguillet traducteur de Martianus Capella ? Enquête sur la réception des Noces de Philologie et de Mercure en France dans les années 1770-1780 », Anabases, 19 | 2014, 155-169.

Référence électronique

Jean-Baptiste Guillaumin, « Edme Béguillet traducteur de Martianus Capella ? Enquête sur la réception des Noces de Philologie et de Mercure en France dans les années 1770-1780 », Anabases [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anabases.revues.org/4589 ; DOI : 10.4000/anabases.4589

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page